09/07/2011

Un tigre dans le ciel du Capcir

tigre, armée, essais, hélicoptère

Dernier modèle de la série, l’hélicoptère militaire TIGRE HAD (Hélicoptère Appui Destruction), réalise ses essais moteur en altitude sur l’aérodrome de la Quillane jusqu’au 13 juillet.

tigre, armée, essais, hélicoptèreDernier né des hélicoptères militaires, fabriqué par la Société Eurocopter filiale d’EADS, ce modèle améliore les performances de son prédécesseur qui opère actuellement en Afghanistan. 500 kg de masse au décollage en plus, deux nouveaux moteurs plus performants (15 % de puissance supplémentaire), possibilité de tirer de nouveaux missiles. Un appareil capable d’être en appui des troupes au sol, mais aussi armé pour le combat aérien. Après des essais moteurs réalisés à Marignane, c’est l’aérodrome de la Quillane qui a pris le relai pour les essais en altitude. Un programme orienté vers la simulation de pannes moteur à différentes hauteurs par rapport au sol.

Exercice sur site : pour que ces essais soient validés, toute une série de mesures et detigre, armée, essais, hélicoptère réactions à la panne vont être réalisés sur site. Le vent doit-être inférieur à 3 nœuds, la température supérieure à 14 degrés, l’expérimentation en dessous de 500 pieds, car au-delà, les pales du TIGRE se mettent en autorotation et l’engin peut se poser normalement. Toutes ces manœuvres sont réalisées par un ingénieur navigant d’essai et un pilote d’essai du fabricant, puis par un tandem identique mais issu du centre d’initiation en vol de la DGA (Direction Générale de l’Armement). Un camion télémesure tigre, armée, essais, hélicoptèrecontrôle au sol tous les paramètres moteurs et les communique au pilote. Dans le même temps, il vérifie force du vent et température pour la validation des essais. Thomas Gaborit de l’OCCAR, organisme international qui a contractualisé le programme TIGRE pour le compte de trois nations (Allemagne, Espagne, France) est aussi présent « mon rôle est de vérifier que l’argent engagé va permettre de remplir le contrat de qualification et de certification de l’engin ». Basé la nuit sur la base militaire de Sainte Léocadie, accueilli le jour à la Quillane, avec les pompiers locaux mobilisés en cas d’accident, un environnement qui ravit Nicolas Mare, responsable des essais aux sols « l’infrastructure est adaptée, l’accueil excellent, de bonnes conditions climatiques ». Il ne reste plus qu’à attendre le verdict des experts, qui s’ils valident les essais, confirmeront l’exaltation du représentant du fabricant.

Mission à risques

Fabrice Bonne pilote d’essai du constructeur est conscient que « ces essais moteur sonttigre, armée, essais, hélicoptère à risque, car on doit démontrer la capacité de l’appareil à atterrir et décoller avec un moteur en panne dans des conditions extrêmes ». Son partenaire, Vicente Gomez, ingénieur pilote d’essai, décide des coupures de moteur « je préviens Fabrice il doit réagir dans la seconde qui suit l’information, pour reconstituer une situation réelle de panne ». Côté DGA, Alain Lescoudron ingénieur navigant d’essai et Patrick Lanteri pilote d’essai conscients du risque encouru, prennent le relai « notre mission est de vérifier que l’industriel réalise les essais conformément au règlement de certification en vigueur. Puis, en vol, nous contrôlons un certain nombre de points réalisés ».

 

tigre, armée, essais, hélicoptère

les pannes moteur simulées en vol et la réaction des pilotes  de l’hélicoptère permettent de valider l’opérationnalité du TIGRE.