11/07/2013

Ha la vache ! quelle balade...

rosée, pyrénées, vache, éleveur


Profiter des vacances pour découvrir un territoire naturel, rencontrer des hommes qui y vivent et y travaillent, déguster et apprécier le fruit de leur travail, c’est possible avec les balades en estives.

rosée, pyrénées, vache, éleveurC’est merveilleux les vacances. Un moment privilégié où l’on peut faire, ou ne rien faire. Il y a les « plage-soleil », les « actif-sportif », les « bar-disco », les « penseur-rêveur », les « routinier-passif », les « va-comme je te pousse », les « visiteur-planifié », les « qu’est-ce que je fous-ici », les « voyageur-flexible ». Mais, quelle que soit votre typologie de vacanciers, vos habitudes, vos goût pour l’action ou la non action, changez de planète. Les éleveurs de la montagne catalane vous y aident, au travers de leurs balades en estives.

Ha, la vache ! dans ce siècle où la viande de cheval se confond avec celle du bœuf, le sous vide industriel avec le fait maison, les éleveurs catalans on choisi la voie de la qualité. Ainsi est née la « Rosée des Pyrénées Catalanes ». Cette « vedelle » (nom féminin du veau), élevée en estive au lait de sa mère et à l’herbe naturelle des montagnes. Le cahier des charges élaborérosée, pyrénées, vache, éleveur par les éleveurs, contrôlé par un organisme indépendant, est la garantie d’une production naturelle. Qualités gustatives, nutritionnelles et sanitaires des viandes, choix des races (Aubrac, Gasconne, Brunes), dates de commercialisation de juin à septembre, traçabilité, devraient permettre d’obtenir l’obtention d’une IGP (Indication Géographique Protégée). « ici, on n’engraisse pas les bêtes. Elles sont nourries à l’herbe de montagne et au lait de leur mère » déclare avec fierté un éleveur.

Quelle balade… organisés en association, les éleveurs de rosée, amoureux de leur métier, leurs montagnes, leurs troupeaux, ont décidé d’organiser des balades en estive. « l’objectif de ces balades, c’est la promotion de la rosée, mais aussi, pour le public, la découverte du territoire, l’expression d’un métier, la transmission de l’amour d’un pays » affirment les éleveurs. Et ce n’est pas une promesse de gascon. Il suffit pour cela d’écouter les participants :  « c’est un retour aux sources, aux origines, ça c’est de l’écologie», « on est très contents de cette découverte, on reviendra et on enverra du monde », « on a passé une belle journée », « nous découvrons un mode d’élevage respectueux de l’environnement et des consommateurs » « une belle journée très conviviale », « les enfants ne regrettent pas d’être venus », « on apprécie de rencontrer les gens du pays dans leur cadre de vie, la façon dont ils nous font partager leur passion», « c’est une belle organisation, l’accueil est agréable. L’échange avec les éleveurs très enrichissant », « lors du repas, les senteurs de la grillade de Rosée et la senteur des pins se marient parfaitement ».

rosée, pyrénées, vache, éleveur


A midi, un repas composé uniquement de produits locaux, dont une grillade de Rosée, vous permettra d’apprécier ses qualités gustatives.

Les balades en estive ont obtenu la marque « accueil » du Parc naturel régional des Pyrénées Catalanes pour leurs qualités environnementales et humaines.

Une journée inoubliable, accessible à tous, meuh oui…

 

Pratique

rosée, pyrénées, vache, éleveurTarifs repas compris: adulte 30 €, enfant (6 à 12 ans) 15  €, moins de 6 ans gratuit.

Inscription obligatoire 48 h au plus tard avant la date de la balade

Penser aux indispensables : chapeau, crème solaire, vêtement chaud et de pluie, bonnes chaussures, bouteille d’eau, appareil photo…

Dates des balades : 25 juillet Caudiès Conflent départ de la Llagonne, 7 août Coma de Pontells départ d’Olette, 22 août Estany de Clot départ de Nohèdes.

Renseignements, réservation : 06.24.41.01.18.  www.roseedespyrenees.com

rosée, pyrénées, vache, éleveur

17/08/2011

Une faune très sympa au parc animalier

parc, animaux, faune, pyrénées

Ce qui surprend le plus, les visiteurs du parc, c’est l’espace de nature préservée dans parc, animaux, faune, pyrénéeslequel évoluent les animaux. Chaque espèce à son propre territoire, bien adapté à ses besoins. Les animaux sont beaux, en pleine santé, et se reproduisent normalement, ce qui prouve qu’ils se sentent bien dans le parc. Au parc, il faut prendre le temps, pour les voir. Certains plus craintifs, tels les loups, se cachent dans les arbres, mais curieux, finissent par se mettre à découvert. D’autres, les bisons imposants, les cerfs majestueux, font fi de votre présence et vaquent à leurs occupations. L’aménagement date de 1994, mais il fait partie des nouvelles générations de parcs qui ont su privilégier le confort desparc, animaux, faune, pyrénées animaux, ce qu’ils nous rendent bien, en se laissant observer. Les visiteurs sont toujours contents. La plupart du temps, ils ont vu, parfois de près, parfois au loin, toutes les espèces. Pour vivre ce bonheur, il faut accepter de ne pas être trop bruyant, surtout si l’on est en groupe. Originalité, concernant les mouflons, bouquetins et isards, vous traversez leur enclos. Les bouquetins impressionnent toujours, juchés sur un rocher, imperturbables, ils ne bougent pas lors de votre passage et même vous ignorent. Profitez-en pour les prendre en photo, ils sont là, tout proche, pas effarouchés. Les parc, animaux, faune, pyrénéesRennes, avec leur bois de velours en été, s’étendent au soleil, chassant quelques mouches agaçantes. Les daims sont les plus demandeurs de caresses. Le chevreuil, élancé, joue un peu à cache-cache, les sangliers se battent pour la nourriture pendant que les marcassins en « habit de bagnard » jouent en criant. La marmotte stocke sa graisse avant l’hiver, l’ours brun, dans son enclos, se promène, ou se prélasse au soleil. Une superbe balade, pour les petits et les grands, avec des espaces pique nique, des sentiers, botanique et traces d’animaux.

Pratique : ouvert tous les jours de l’été de 9 h à 19 h. deux parcours (3.5 km et 1.5 km). Comptez entre 2 et 3 heures de visite. Il vous en coûtera  12 € pour un adulte, 10  € pour un enfant (4 à 14 ans).

Renseignements 04.68.04.17.20.

parc, animaux, faune, pyrénées

une balade dans un cadre de nature à la rencontre de l’emblématique faune sauvage des Pyrénées.

Ce qu’ils en pensent.

"Agréable et éducatif"

parc, animaux, faune, pyrénéesArnaud, Solène, Sarah, Hugo, habitant la région nantaise, en vacances aux Angles. Cela fait quatre fois que nous le visitons, deux fois en hiver. Le parc est agréable, éducatif pour les enfants. Le parcours est bien balisé et la distance à parcourir  adaptée pour une famille. Aujourd’hui on a vu tous les animaux et les enfants sont ravis. L’été il est très accessible, la flore est un plus. L’hiver avec la neige, c’est plus compliqué mais très agréable. La prochaine fois, on en profitera pour pique-niquer sur place.

 

"De superbes animaux"

André, Antony, Suzanne, originaires de Muret, en vacances aux Angles. On connaît bienparc, animaux, faune, pyrénées la région, mais le parc c’est une première. Il est très beau, bien aménagé. C’est agréable, facile d’accès, les aires de pique que sont sympa. Les animaux sont propres, bien nourris et apparemment en bonne santé, on les voit facilement. On a été étonnés par les petits marcassins, mais tous les animaux sont intéressants. On le recommandera à des amis et on envisage une sortie scolaire l’année prochaine. Il est très facile d’accès.

 

"Parcours facile et magique

parc, animaux, faune, pyrénéesEmma, Jean Philippe, Mauryne, originaires de Narbonne, en vacances à Bolquère. C’est notre première visite au parc, il nous a été conseillé par la famille. Les filles ont beaucoup aimé et ont été impressionnées par les bouquetins impériaux sur leurs rochers. Emma, ce sont « les animaux qui ressemblent à bamby (daims) et les ours qui m’ont bien plu ». Le parcours ne présente pas de difficulté. On voit facilement les animaux, c’est magnifique. Le ruisseau du sentier botanique est agréable, on s’est régalés.

 

"Une belle découverte"

Georges, Mathias, Marie-Françoise, originaires du Tarn et Garonne, en vacances à Laparc, animaux, faune, pyrénées tour de Carol. Le parc nous le visitons régulièrement, aujourd’hui nous l’avons fait découvrir à notre belle sœur. Les enclos des animaux sont importants, adaptés à leurs besoins, dans leur milieu naturel, rien à voir avec un zoo. On a fait de belles photos. Les loups étaient présents, ils venaient d’être nourris. C’est propre, calme, on est en pleine nature et on reviendra. Pour Marie Françoise, c’est une très belle découverte.

16/09/2010

Une première historique : les parcs pyrénéens s'unissent pour la vitalité du massif

IMG_0748.JPG

Le Parc National des Pyrénées, le Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises et celui des Pyrénées Catalanes, réunis à la LLagonne sous l'égide du Commissaire à l'aménagement de Pyrénées, ont signé une convention de partenariat, pour la mise en œuvre de projets communs, l'échange d'informations, le partenariat technique et la mutualisation de bonnes pratiques.

 

Les parcs Pyrénéens, représentent un atout pour ce massif, et par leur travail sur l'espace montagnard des Pyrénées, peuvent donner une image de la montagne plus large que celle liée à la neige et aux sports d'hiver. C'est l'intime conviction de Charles Pujos, commissaire à l'aménagement des Pyrénées « les parcs sont très attachés à l'image des Pyrénées. Ce sont des territoires vivants et habités qu'il faut faire vivre. Les parcs véhiculent une image de valeurs naturelles et culturelles qu'il faut faire connaître et intéressent le grand public. La mise en réseau des parcs pyrénéens est une bonne chose ». Message reçu et validé par les élus des trois parcs qui, depuis plusieurs mois travaillent avec leurs techniciens sur cette mise en réseau. Pour André Rouch, président du parc Pyrénées Ariège « il y a une attente des gens envers le parc. Monter des projets en commun permettra de mieux les faire aboutir ». Président du Parc National des Pyrénées, André Berdou affirme « nos Pyrénées sont vivantes. Travailler en réseau nous permet d'être plus efficaces, et de porter haut et fort l'image des Pyrénées ». Des points de vue que partage Raymond Trilles premier vice-président du Parc des Pyrénées Catalanes et représentant son président Christian Bourquin retenu par d'autres obligations « il y a une vraie volonté de travailler à l'échelle Pyrénéenne. Un chemin pas simple mais que nous gravirons par notre volonté de travailler ensemble et par la mise en place d'une organisation acceptée par tous ».

Premières thématiques : le travail engagé en amont a permis de définir des axes de travail réalistes, impliquant les trois partenaires. La méthode de travail proposée et acceptée au cours de la réunion consiste à mettre en place des binômes inter parcs, chargés d'animer le travail sur la thématique attribuée. Ainsi un élu et un technicien issus de parcs différents, devraient permettre de faire le lien entre les partenaires. Pour chaque axe de travail choisi, une large concertation des différents acteurs concernés sera réalisée, un préalable déjà mis en place par les trois parcs. L'observatoire Pyrénéen des paysages et leur évolution en fonction des aménagements est le premier axe de travail validé, avec une réflexion spécifique sur les entrées de village. La réintroduction du bouquetin voit un blocage côté espagnol. Suzanne Delieu insiste pour que soit engagé « un travail d'explication et de concertation avec la population, incontournable si l'on ne veut pas se retrouver dans la problématique de l'ours ». Le tourisme durable concerne les trois parcs, mais deux ou trois actions prioritaires seront définies. Le volet forestier permettra de valoriser les essences locales et de redynamiser la filière courte. Une sensibilisation des artisans locaux sera réalisée. Pour le concours des prairies fleuries, il est envisagé de consacrer un champion Pyrénéen. Les marques parcs qui valorisent les produits du territoire seront développées, et une communication commune mettant en avant le caractère exceptionnel du massif des Pyrénées est envisagée. Les trois parcs vont enfin unir leurs efforts, avec les autres partenaires des deux côtés de la chaîne, pour un travail durable entre les espaces naturels Pyrénéens.

Après un repas à base de produits du parc catalan, dont la « rosée des Pyrénées «, la convention a été signée dans l'entente et la bonne humeur

 

IMG_0708.JPG

forte délégation d'élus et de techniciens des trois parcs pour ce moment historique de signature de loa convention de partenariat Pyrénéen.

Les Rendez vous des cimes du Parc Naturel Régional

IMG_8827.JPG

Les Pyrénées Catalanes, dans leurs hautes terres, révèlent des paysages singuliers, un patrimoine naturel riche, une identité naturelle forte. Une valeur patrimoniale sensible et fragile, que le Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes, souhaite transmettre aux plus grand nombres au cours de ces premiers rendez vous des cimes.

 

 

124-2405_IMG.JPGSous forme de rencontres avec des  professionnels de la montagne et de l'environnement, au cours de journées ou soirées, les randonneurs sont sensibilisés à la biodiversité des milieux qu'ils fréquentent. S'appuyant sur les structures d'accueil que sont les refuges de Marialles dans le massif du Canigou et de Camporells dans le massif des Pérics, c'est aussi une manière de faire découvrir ces hébergements d'altitude. Cette démarche s'inscrit dans les missions du parc, pour favoriser un tourisme durable et soutenir les acteurs économiques locaux dans leurs initiatives de développement de loisirs de pleine nature.

Biodiversité et pastoralisme : Du néolithique à nos jours, comment l'homme a modifié les paysages, quelle est l'influence du pastoralisme sur la biodiversité, quel cheminement de l'agriculture à la protection de l'environnement, quelle agriculture pour quel paysage, sont les questions qui seront abordées au cours d'une veillée et d'une balade accompagnée. Vendredi 3 septembre, à 21 h, au refuge de Mariailles, c'est Olivier Salvador de la Fédération des réserves naturelles catalanes qui animera la veillée. Samedi 4 septembre, balade journée sur le site des Camporells 239-3984_IMG.JPGguidée par Rosemaryn Staat, Conservateur de la réserve naturelle d'Eyne.

Les interventions pour la soirée du 3 et la journée du 4 sont animées et coordonnées par des structures membres du réseau Education Pyrénées. Ces animations sont financées par le PNR et la Ligue de Protection des Oiseaux

.

Pratique :

Vendredi 3 septembre : le rendez vous est fixé au refuge de Mariailles qui peut vous nourrir et vous héberger : nuitée 15.50 €, demi pension 36.70€. Réservation au refuge 04.68.05.57.99.

Samedi 4 septembre : rendez vous sur le parking de la station de ski de Formiguères à 7 h 45. A midi, repas gourmand au refuge des Camporells préparé avec des produits du parc pour 20 € par personne. Réservation au refuge 06.82.12.99.22.

www.parc-pyrenees-catalanes.fr

IMG_0037-2.JPGIMG_8777.JPGIMG_9350.JPG

 

 pastoralisme, biodiversité, au rendez-vous de ces animations mises en place par le PNR.

07/06/2010

Les parcs des Pyrénées en faveur d'un développement du massif

Le Parc National des Pyrénées et les Parcs Naturels Régionaux des Pyrénées Ariègeoises et des Pyrénées Catalanes vont mutualiser compétences et savoirs faire sur des projets à l'échelle des Pyrénées.

 

Les pars Pyrénéens, qu'ils soient national ou régional, représentent des territoires forts, avec des projets bien définis, des élus qui les gèrent en synergie. La référence aux Pyrénées dans leur appellation, les identifie fortement. Ces territoires d'expérimentation, qui couvrent une part importante de la chaîne, sont des outils de développement local incontournables. Afin de les encourager à travailler en concertation le commissaire de massif a décidé d'affecter prioritairement les crédits massifs aux actions concertées de ces trois entités. Des aides qui vont conforter la capacité financières des parcs et éviter un saupoudrage sur la chaîne.

La délégation du parc des Pyrénées Catalanes était composée de quatre vice présidents du parc (Raymond Trilles, Jean Louis Alvarez, Suzanne Delrieu, Grégoire Valbona), d'Olivier Bétoin représentant le parc au comité de massif et du directeur et son adjointe.

Des projets communs  le projet d'observatoire des paysages menés par les 3 parcs, axera sa priorité sur les entrées de vallées et de villages.

La réintroduction du bouquetin est le deuxième dossier commun. Des contacts ont été pris avec les autorités espagnoles pour envisager une collaboration. ONF, ONC, agriculteurs, associations de protection de l'environnement, tous les partenaires territorialement concernés, seront consultés sur cette initiative. La randonnée en haute montagne est une pratique qui va être développée. Pour cela le réseau de refuges au niveau de la chaîne sera renforcé.

Une initiative qui pourrait avoir une influence positive sur l'accompagnement pour les clientèles moins autonomes. Autre axe de travail en commun, la réalisation d'un  plan de développement de l'agriculture bio.

Limiter l'entrée des OGM dans la nourriture des animaux,  favoriser les circuits courts de produits agricoles sont au cœur de ce projet. Enfin, la relance de la filière bois constituera une action collective. Labellisation du pin à crochet, mise en œuvre de nouvelles technologies d e stockage, séchage, traitement du bois, sont au programme.

Pour Raymond Trilles, qui apprécie cette rencontre « il faut avoir une cohérence de massif. Au cours de cette réunion, de nombreux points de réflexions communs ont été abordés. Cette concertation, cet échange, ce travail en commun va permettre d'être plus efficace au niveau du massif ».

Un travail en commun fortement encouragé par le commissaire de massif qui abondera de crédits d'investissement et d'innovations du massif, les initiatives des trois partenaires.

                                                                                                                                                                                                               
printemps10_049.JPG
réunis à Toulouse, par Charles Pujos, commissaire de massif, les trois parcs Pyrénéens ont décidé de travailler en synergie