06/04/2014

Le sardinal "aa" pourrait retrouver les flots

Né en 1905, ce sardinal était voué à la destruction. L’association Bonança, a décidé de le remettre à l’eau et sollicite votre aide.

sardinal, naviguer, protéger

1er mai 1905 : neuf heures du matin. Michel Grau, pécheur à Banyuls sur mer est un homme heureux. Dans moins d’une heure, il naviguera sur le « AA », un superbe «sardinal», de plus de 10 mètres. Il sera le « patron » de ce bateau construit dans les ateliers de son copain Michel Bonafos, charpentier de marine. Le bouquet de fleurs de garrigue décore l’étrave. Le grand pavois flotte. Le prêtre termine sa bénédiction. Les familles, les amis, les pêcheurs du port, les autorités locales entourent le bateau. Elancé, formes douces, souples, arrondies, couleurs multicolores, mât dressé vers la proue, antenne ourlée de la voile latine, prête à se déployer pour accueillir « tramuntana », « gregal », ou « garbi », le « AA » dresse son « capillou » sur la plage de galets.

13 mai 2003 : dans une darse du Barcarès, le « AA » est en train de mourir. Plastifié, il n’en finit pas de pourrir. Affublé d’une cabine ridicule, demain sûrement, quelqu’un va l’incendier. Il en a connu pourtant des aventures, pêché du poisson, obéi à différents patrons. Puis avec l’arrivée des bateaux en plastique, il a été délaissé pour finir par être parqué dans cet espèce de cimetière marin. Heureux coup du sort, des membres de l’association « Bonança » vont le récupérer pour le réhabiliter.

Solidaires : classé bateau d’intérêt patrimonial en janvier 2013, un long travail de réhabilitation est engagé sous la conduite de Jérémie Thiell, jeune charpentier de marine. Pour la remise à l’eau, c’est 30 100 € qui doivent être investis. Une souscription nationale est lancée (voir encadré).

Aidez l’association à remettre ce monument du patrimoine maritime sur l’eau.

Visiter le AA : Bonança, la Font del Port, Saint Hippolyte (mercredi toute la journée, samedi matin).

sardinal, naviguer, protéger

Les barques catalanes

 Construites avec différentes essences de bois, les barques catalanes sont équipées d’un gréement latin. Il est composé d’une grande voile triangulaire, enverguée sur une  antenne qui coulisse sur le mât, incliné à 17° vers la proue. Une voile que l’on retrouve sur tout le pourtour méditerranéen et dans son état originel sur Les barques catalanes. Pas facile à manœuvrer, les marins qui les pilotaient étaient dotés d’une grande habileté. Elles seront équipées de moteur dans les années 1925. Délaissées, stockées puis brûlées sur les plages, elles ont failli disparaître. Dans la plupart des ports de la côte catalane, des associations de passionnés, regroupés dans l’association GAPAMAR, se sont mobilisées pour sauver quelques spécimens qui aujourd’hui déploient leurs voiles au cours de « trobadas » (rencontres), offrant un spectacle multicolore et original. Le Conseil Général est aussi investi dans cette mission de sauvegarde du patrimoine maritime catalan dans le cadre de l’atelier des barques de Paulilles. Il ne reste plus qu’un seul atelier de charpente maritime traditionnelle, c’est celui d’Yves Bernadou à Canet plage.

sardinal, naviguer, protéger

Souscription Fondation du Patrimoine

Sous couvert de la Fondation du Patrimoine, une souscription nationale est lancée, pour ce bateau classé d’intérêt patrimonial en janvier 2013. Celle-ci vous permet de déduire de votre facture d’impôts, 66 % de votre don. Participez à cette belle aventure, et faites un don par chèque ou mieux par internet. Pour cela rentrez sur le site www.bonança.info, rubrique « souscription AA », puis cliquez sur le lien direct avec la fondation. Laissez vous guider, la fondation vous adressera directement le reçu pour la déduction fiscale.

 

sardinal, naviguer, protéger

petit à petit le « AA » retrouve son aspect d’origine, votre coup de pouce le remettra à l’eau.

13/09/2013

Et d'aventure... de port en port, les voiles latines s'ouvrent

IMG_7525_modifié-1.jpg


Dans le cadre des journées du patrimoine, samedi 13 et dimanche 14, du Barcarès à Cerbère, les associations de voiles latines vous ouvrent leurs voiles.

IMG.jpgLa plupart des ports de la côte catalane, comptent des passionnés de voile traditionnelle. Du plus petit «cassou » (petit bateau à fonds plat) au plus grand « sardinal » (grande barque de 11 à 12 m pour la pêche à la sardine), ces embarcations, construites au début du 20è siècle, sont entretenues et naviguent au long de l’année. Pour la fête du patrimoine de ce week-end, découvrez-les et rencontrez leurs équipages qui vous conteront leur histoire.

Quel patrimoine fleurons du patrimoine maritime catalan, ces barques à voile latine, construites dans les ateliers de Banyuls, Barcarès, ou Collioure, affrontent encore les sautes d’humeur de la Méditerranée. Elles sont le reflet des charpentiers de marine des années 1900, et portent leur signature originale. Gréés d’une voile triangulaire, appelée à l’origine « alla trina » (à trois pointes) et dite aujourd’hui voile latine, les premiers seront équipés de moteurs au début desIMG_7483_modifié-1.jpg années 20. Jusque là, voile et rame étaient « le moteur » du déplacement, quelle galère.

La passion  dépassées par les nouvelles formes de pêche et les bateaux modernes, ces barques ont été peu à peu délaissées. Entassées sur les plages, véritables cimetières marins, elles finiront par être brûlées. Dans les différents ports de la côte catalane, des passionnés se sont mobilisés pour sauver quelques beaux spécimens qui naviguent et se « tirent la bourre » lors des « trobadas » (rencontres de voiles latines). Le Conseil Général des PO leur a emboité le pas en créant l’atelier des barques à Paulilles. Regroupées au sein de  GAPAMAR (Groupement des Associations du Patrimoine Maritime Roussillonnais), ces amoureux du patrimoine maritime catalan vous accueillent sur leurs sites respectifs. Visites, échanges, débats improvisés, au rendez vous de ce week-end.


Programme de port en port, du nord au sud

 

Saint-Hyppolite, La font del Port (étang)

Samedi et dimanche, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, visite du site, de la barraca en « sanills », présentation des bateaux, du sardinal en reconstruction le « AA », exposition de photos maritimes.

Barcarès, village des pêcheurs

Samedi et dimanche, expositions photos, peintures, dédicaces d’auteurs locaux, visite libre du village, à 11 h visite guidée. 14 h présentation du film de la « trobada » d’aout, discussion avec le public.

Dimanche, 18 h sardanes, 20 h repas (15 €), 21 h habaneres et cramat (1€).

Canet, quai Florence Arthaud

Samedi et dimanche, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, présentation et visite des bateaux du patrimoine, rencontre et échange avec les propriétaires, exposition sur le patrimoine maritime.

Collioure, quai du vora mar

Samedi et dimanche de 10 h à 17 h, découverte du bateau « l’Ufana » avec promenades gratuites commentées, visite du sardinal « Rigo Rigo », exposition « les bateaux naissent en forêt », présentation de matériel de pèche.

Port-Vendres, quai Jolycat, hall de la Plaisance

Samedi et dimanche, visite de  l'exposition "Port-Vendres en 1900".

Paulilles, atelier des barques

Samedi et dimanche, visite libre de 9 h à 18 h, visite guidée à 9h30, 10h30, 15h30, 16h30. Exposition « flash » autour du livre de Claude Simon « le tramway». Dans cet ouvrage, l’auteur raconte le voyage en tramway pour aller la mer depuis Perpignan jusqu'à Canet.

IMG_5176_modifié-1.jpg

26/07/2011

Une première : une barque catalane navigue sur le lac de Matemale

 

llagut, barque, catalan, naviguer, latine

Le « llagut la barraca » gréé d’une voile latine a navigué sur le lac de Matemale. Invitée par la mairie des Angles,  l’association « Bonança » de la Font del Port a du faire un appel sur radio bleu Roussillon pour  transporter le Bateau. Claude Grenouillet d’Info Service a prêté sa remorque, Pierre Ferre de Barcarès Yachting l’a chargée avec sa grue. Un beau défi et une belle aventure qui n’en restera pas là.

 

llagut, barque, catalan, naviguer, latine

la "barraca" glisse en silence sur le lac sous le regard étonné de la montagne "Cambre d'Aze"

 

26/02/2010

Les Belles Catalanes

349-4985_IMG.JPGElancées, formes douces, souples, arrondies, couleurs multicolores, mât dressé vers la proue, antenne ourlée de la voile latine, prête à se déployer pour accueillir tramuntana, gregal, ou garbi, les barques catalanes sont toujours présentes sur notre côte.

Ces bateaux de pêche à la sardine et à l'anchois (sardinals), conçus et construits dans les « drassanes », ateliers implantés à Banyuls, Collioure et Le Barcarès, seront le fleuron de l'économie locale de la mer. Qui ne se souvient des ces « belles catalanes », dressées sur des madriers en bois durs, le long des plages de sable. Délaissées, dépassées par les nouvelles formes de pêche, elles vont, petit à petit disparaître, le tourisme prenant le pas. Une évolution que fustigera le pète catalan Joan Amade, dans son poème « Lydia », inspiré par le bateau des sables. Aujourd'hui, ces pièces de musée, restaurées par des bénévoles passionnés, retrouvent la mer et aiment aguicher le regard du chaland, quand le soleil couchant, mordore d'un rayon espiègle, leur élégante silhouette.