10/01/2012

"C'est ensemble que nous réussirons

IMG_3119.JPG


C’est le leitmotiv déclamé par Florence Dabosi, nouvelle édile de la commune lors de ses vœux à la population.

Ils étaient nombreux les habitants de Puyvalador-Rieutort à honorer l’invitation aux vœux de leur municipalité. Allant droit au but, la Maire rappelait « Depuis trois ans, la commune de Puyvalador-Rieutort est en instabilité politique au niveau des élus municipaux. 2011 riche en rebondissements et expériences, nous a permis de constituer une nouvelle équipe ». La tâche est grande, et les difficultés à surmonter importantes, mais l’équipe en place est prête à redresser la barre. Avec un nouveau directeur de régie (Jean Luc Aguzou), le deuxième adjoint impliqué dans cette structure (Jean Pierre Barthés), un directeur compétent et un personnel impliqué, la station de ski reste ouverte. L’usine à  neige qui avait brulé a été réhabilitée « grâce à l’aide financière et morale du conseil général, des neiges catalanes et de la communauté de commune Capcir/Haut-Conflent » que Florence Dabosi remercie au passage. Certes la commune va devoir prendre en compte le passif, mais la motivation des élus, leur implication collective doit permettre d’aller de l’avant. Une bonne nouvelle, le centre de vacances va rouvrir dès février. C’est l’association accueil loisirs catalans qui est chargée de son fonctionnement et de sa gestion. « c’est le fruit du travail de mon prédécesseur, Gérard Andrillo », précise l’élue.

Un buffet convivial clôturait cette cérémonie.

 

IMG_3120_modifié-1.jpg

                  de nombreux habitants étaient présents aux vœux de la nouvelle municipalité.

09:52 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voeux, maire, puyvalador

05/08/2010

Le parking de la discorde

Les commerçants de Mont-Louis ont le moral en berne. Leur chiffre d'affaires est en chute libre, ce qu'ils attribuent au parking payant qui ferait fuir les clients potentiels. Ils espéraient un geste de la municipalité, comme par exemple la gratuité du parking en août, mais fin de non recevoir.

 

Réunis symboliquement devant l'entrée de la citadelle, les commerçants désespèrent d'être entendus. Leurs représentants de la CCI ont rencontré le maire, mais, le parking gratuit en août, c'est hors de question. Seul effort consenti par la municipalité, lever le pied sur les PV dans la cité. « il n'y a pas de volonté de dialogue, on n'est pas entendus, le commerce à Mont-Louis est en danger » dénoncent unanimement les commerçants. Ils s'insurgent sur le fait que la démission du maire leur soit attribuée « les problèmes ont commencé en 2008. Quelques personnes dans le conseil municipal, très influentes se moquent du devenir des commerçants. Le maire, ça fait quatre fois qu'il annonce sa démission ». L'association des commerçants était contre le parking payant et la zone bleu, mais la municipalité n'en a pas tenu compte. « nous sommes d'accord avec l'objectif de désengorger Mont-Louis des véhicules. Le parking payant produit l'effet inverse. Beaucoup font demi tour et s'en vont, ou rentrent dans la ville, en font le tour sans descendre de leur véhicule et... s'en vont. C'est une erreur de stratégie » précisent-ils. « le passage à l'UNESCO ne doit pas être un frein à la vie économique du village, qui vit à l'année. Et de dénoncer aussi le fait que la municipalité a été mise en place par les résidences secondaires, qui ne viennent qu'en été, et qui ne souhaitent pas voir trop de touristes qui les dérangent. «une élection ne changera rien, ils sont plus nombreux, donc ils auront le pouvoir ». « la municipalité a endetté la commune pour mettre en place des barrières, quel est le retour sur cet investissement, on ne sait pas. Trop d'interdits font fuir les touristes ». Les commerçants regrettent les économies faites sur la décoration de la ville, son entretien, les animations d'été. « l'argent a été mis dans le parking ». Habitants et clientèle locale les rejoignent. Une pétition circule et a recueilli 2000 signatures en une semaine. Les commerçants ont l'impression d'êtres sacrifiés et abandonnés. « on a fait un appel au secours par courrier aux maires des villages environnants, au Préfet, au Conseil Général, personne ne nous a répondu ».

http://www.acmont-louis.com 

 

IMG_9748_modifié-2.jpg

réunis symboliquement ce matin devant l'entrée de Mont-Louis, les commerçants lancent un vibrant appel au secours.

04/08/2010

Jean-Michel Larmé, maire de Mont-Louis "tire sa révérence

IMG_9471.JPGLe classement au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO devait faire de Mont-Louis un site touristique départemental fort. Aujourd'hui, il subit une baisse de fréquentation, qui entraîne un différent entre commerçants et municipalité.

 

 Se promener dans un site historique, sans la pression des voitures, déambuler dans des rues piétonnes, c'est il faut le reconnaître fort agréable. C'est l'objectif que s'est fixée la municipalité et son maire Jean Michel Larmé «notre classement UNESCO nous permet d'avoir des conseils du ministère du tourisme sur l'accueil des vacanciers. Toutes les études montrent que dans les sites touristiques, la voiture n'a plus droit de cité ». Pour aller vers cet objectif, deux mesures ont été prises le 8 janvier 2009. Mise aux normes du parking dans les fossés de la citadelle, qui devient payant, mise en place d'une zone bleue à l'intérieur de Mont-Louis avec disque de stationnement obligatoire. Deux décisions acceptées dans un premier temps par les commerçants, pour juillet et août uniquement précisent t'ils, et qui aujourd'hui sont remises en causes par ces derniers. « avec cette politique, la municipalité chasse les gens, nous au contraire nous voulons les faire rentrer » explique Laurent Leclerc, président de l'association des commerçants de Mont-Louis. « certains commerces affichent de moins 30 à moins 50 % de chiffre d'affaire. Les clients locaux, qui venaient à l'année, désertent. Le parking est vide et les vacanciers ne s'arrêtent plus. On a souffert durant trois ans des travaux dans les rues, cela suffit ». Côté municipalité, si l'on est conscient que les travaux de voirie ont trainé en longueur, le péage du parking semble incontournable. Il permet entre autre de prendre en charge une partie du salaire du personnel de l'Office du tourisme. « les commerçants étaient d'accord pour le parking payant, et sur leur demande, nous avons diminué le coût de moitié » précise le maire. La première demi-heure est gratuite, puis c'est 1 € de l'heure, limité à 2 € pour une demi-journée, 4 € la nuit pour les campings car, accès au point vidange et eau compris. Les disques sont offerts par les commerçants qui ont investi 1000 € pour leur achat. Les habitants permanents ont des autorisations gratuites pour stationner dans les rues et sur le parking interne. Il existe un projet de parking gratuit à l'extérieur de la citadelle, mais la municipalité doit trouver des aides financières pour le réaliser. Le président de l'association est clair « inutile d'en rajouter à la crise. Supprimons les disques à l'intérieur et gratuité du parking tout de suite, avant que l'on ne doive licencier ». Les commerçants ne se sentent pas entendus, la municipalité ne comprend pas leur acharnement, un climat de tension s'instaure. Apparemment, élus et commerçants ne sont pas sur la même longueur d'onde. Le maire a décidé de démissionner de sa fonction, une décision qui devrait-être effective à compter du 12 août 2010.

IMG_9476.JPGIMG_9481.JPGIMG_9482.JPG

parking payants et disques obligatoires, deux points de discorde qui ont conduit le maire à démissionner.

Maire de mont louis.JPG "Je n'ai pas d'autre choix que de démissionner"

Jean Michel Larmé : « élu maire de Mont-Louis en 2002, c'est mon deuxième mandat. J'ai vécu une aventure passionnante, avec des partenaires très présents autour de nous, et un projet d'avenir fort dont le premier pas est le classement UNESCO. Il reste encore beaucoup à réaliser. Faire de Mont-Louis une cité piétonne, c'est répondre à l'attente des vacanciers pour un tourisme non polluant. La majorité des commerçants de Mont-Louis rejetant la politique menée par la municipalité, je n'ai pas d'autre choix que de démissionner de mon poste ».