05/10/2012

Les salariés de la Perle et du Joyau cerdan Mobilisés

lutte, santé

Vendredi 28.09.2012, le collectif des salariés de la Perle et du Joyau Cerdan a pu rencontrer Mesdames Aoustin (directrice générale de l’ARS Languedoc Roussillon) et Barnole (responsable de l’antenne  santé des PO) ainsi que Mr Le Quellec ( directeur de l’offre de soin), lors de leur venue sur l’hôpital transfrontalier de Puigcerdá. L’’inquiétude des salariés de ces établissements gérés par l’A.L.E.F.P.A   augmente au regard d’une absence totale  d’écoute attentive de la part des pouvoirs publics (Ministre de la santé, député, président du conseil régional). A ce jour, aucune réponse n’est donnée  concernant  le devenir de l’activité de l’établissement sur le plateau Cerdan. Le financement du surcoût lié au transfert des jeunes en hébergement de nuit, le projet de construction de nouveaux bâtiments sur le site d’Osséja, le projet global de réorganisation du territoire au regard des recommandations de l’ARS (loi Bachelot), ont été les différentes questions abordées lors de cette courte entrevue. Si  l’ARS ,  représentée par  Mme Aoustin,  est missionnée par l’état pour  réduire les « lits » donc les coûts, en réorganisant l’offre au profit des grandes villes et de l’ambulatoire  (loi Bachelot), il semble que le projet de pôle pédiatrique retienne son attention  et  suscite son accord de principe. Aujourd’hui la mise en échec de ce projet  est due aux divergences des différents directeurs  des établissements de Cerdagne concernés et à des manigances politiques dont nous sommes devenus les otages. Mme Aoustin  réitère son souhait d’un regroupement des différents acteurs du sanitaire pédiatrique sur le plateau : regroupement de moyens, mais diminution du nombre de lits (actuellement 220 lits) qui selon elle ne peuvent être pérennes et fiables sur du long terme…

Qu’en est –il de  la dimension humaine ? Doit –on accepter  le sacrifice des zones géographiques « isolées »  dont la survie économique repose sur l’activité sanitaire et médico-sociale  à l’heure où la pérennité du tourisme hivernal est remise en question.

Que font nos élus, ne sont-ils pas missionnés pour nous protéger des décisions comptables de ces institutions d’état.

Le collectif des salariés de la Perle et du Joyau cerdan  n’est pas décidé à laisser se déliter l’activité et les emplois sur le plateau cerdan et le Capcir  et poursuit sa mobilisation de manière à interpeller tous les acteurs directs et indirects de  ces prises de décisions.

14:18 Publié dans manifestation, santé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lutte, santé

23/09/2012

Belle mobilisation à Mont-Louis pour la défense de la Perle Cerdane

défense,combat,lutte


Ils étaient plus de 80 participants, salariés de la Perle mais aussi élus, dont le maire d’Osséja, habitants des hauts cantons, pour faire entendre leurs revendications.

 Le Préfet des Pyrénées Orientales a pris un arrêté de fermeture de nuit de la Perle Cerdane, pour raisons de sécurité. Depuis septembre, les  enfants de la Perle sont hébergés aux Escaldes. Une situation qui pose des problèmes pour les enfants qui doivent prendre le bus et sont déstabilisés, sorti de leur environnement. Une décision qui entraîne des surcouts financiers, 200 000 € par trimestre (transport et hébergement). Une somme qui à priori devrait être prise en charge par l’Agence Régionale de Santé qui à ce jour n’a versé aucune dotation.

défense,combat,lutteUn nouveau bâtiment : l’ALEFPA qui gère la Perle, envisage de reconstruire l’ensemble de l’espace de vie hébergement, un projet qui inquiète les salariés de la Perle. Ceux-ci souhaiteraient que dans un premier temps, seul soit envisagé la construction du bâtiment d’hébergement de nuit. Une solution plus réaliste et moins onéreuse, que le projet global de  l’ALEFPA. A ce jour, aucun permis de construire n’a été déposé.

Un combat : devant toutes ces incertitudes, les salariés de la Perle ont réalisé hier de 10 h à 14 h, un barrage filtrant au rond point de Mont-louis pour informer le public de cet état de fait. Une action qui n’a pas agacé les automobilistes et qui a réuni quelques 80 personnes. 130 emplois sont en jeu et pèsent sur l’économie des hauts cantons qui est de plus en plus en difficulté.

 

défense,combat,lutte

mobilisation pour la défense de l’emploi dans les hauts cantons

13/02/2012

Lutte pour l'école dans les hauts cantons : le combat continue

IMG_5200_modifié-1.jpg

La suppression 3 classes, 2 postes RASED et 3 postes de titulaires mobiles, a secoué la communauté montagnarde qui ne baisse pas les bras. Une réunion à la Cabanasse a permis d’envisager la suite de l’action.

La forte mobilisation de jeudi n’aura pas suffi, tous s’en doutaient, mais des actions vont être mises en place dès la rentrée scolaire. Il est clair qu’il manque des budgets pour financer les postes supprimés, mais à quelle porte frapper ? Le gouvernement a décidé de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, les écoles aujourd’hui payent cela. Les montagnards ont l’impression que l’inspecteur d’académie « les prends pour des demeurés ».

Mobiliser : Les parents d’élèves vont mobiliser autour d’eux d’autres parents pour continuer le combat et engager des opérations fortes. «il faut vérifier auprès d’un conseil juridique si parents et enseignants peuvent attaquer cette décision » décident les présents. Jean Louis Démelin, maire de Font-Romeu affirme que sa « commune va attaquer la décision de fermeture de classe. La décision de l’académie doit-être approuvée par le conseil municipal. Nous ne l’approuverons pas et appelons tous les conseils municipaux à voter une motion ». Les maires présents approuvent et vont prendre conseil auprès d’un avocat. « on a la loi avec nous, la concertation n’a pas eu lieu » précise Raymond Trilles, maire de Matemale. Occupation des classes, blocage de routes, boycott des élections présidentielles, demande collective de révision du traité des Pyrénées, sont envisagés. Mais la priorité est de motiver la population à entrer en résistance. Les enseignants ont adressé à l’Inspecteur d’’Académie une lettre signée par les 2/3 de leurs collègues, informant qu’ils n’organiseraient pas les Jeux Olympiques des Petits Montagnards 2012. Une nouvelle réunion est prévue le dimanche 26 février à 18 heures à la salle des fêtes de La Cabanasse. Elle permettra de jauger la force de la mobilisation et de confirmer les nouvelles actions à engager.

10/02/2012

Mobilisés pour l'école

Hier, les bus cerdans et Capcinois ont rallié Perpignan depuis Mont-Louis pour manifester contre les fermetures de classes.

 

IMG_4910_modifié-1.jpg

Ils étaient 150 parents, enseignants, élus, au départ de Mont-Louis, à se répartir dans les trois bus et rejoindre l’Inspection académique à Perpignan pour témoigner leur opposition aux fermetures de classes dans les hauts cantons.

15:22 Publié dans école, lutte | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mobilisés, école, lutte

31/01/2012

Menace de Fermeture de classe : le Capcir se mobilise

grève, lutte, mobilisation, école


Alertés par les syndicats, du risque de fermetures de classe dans les hauts cantons, parents d’élèves, élus, enseignants, personnels des écoles se mobilisent par mesure préventive, précédant la réunion académique de mercredi qui statuera.

Dans les hauts cantons, lorsque l’on touche à l’école, cela entraîne une mobilisation générale, comme hier en Capcir. Les enseignants ont été alertés par leurs syndicats de la fermeture probable de classes. Sur les regroupements pédagogiques c’est Formiguères, La Cabanasse et Palau de Cerdagne qui seraient concernés, mais sur l’ensemble des écoles de Cerdagne Capcir cela serait plus important.

grève, lutte, mobilisation, écoleForte mobilisation : à l’appel de l’association des parents d’élèves, ils étaient une centaine à répondre présents ce matin dès 9 heures devant l’école de Formiguères. Les maires des communes du Capcir présents, montraient leur solidarité « il faut se mobiliser sérieusement », « l’académie ne nous respecte pas », « nous achevons 17 logements sur Formiguères qui vont amener de nouveaux enfants scolarisables », « nous devons avoir une position commune »… les élus des Angles, Formiguères et Matemale décidaient, de prendre un arrêté de fermeture des écoles de leurs villages mardi 31 janvier, sans assurer de service minimum. Le conseiller général Pierre Bataille mandaté par la présidente du département, s’associait à cette décision et proposait de «combattre cette logique comptable, et de n’accepter aucune fermeture de classe ». La moyenne par classe su le regroupement Capcir est de 19.75 élèves. Elus, parents, enseignants ont fait le tour des trois écoles du Capcir et des délégués vont occuper les lieux jusqu’à la décision académique.

Aberration pédagogique : les élus du Capcir rejoints par le président du syndicat scolaire sontgrève, lutte, mobilisation, école étonnés. Le 16 janvier, ils ont rencontré l’inspecteur d’académie primaire qui les à félicités pour la qualité du fonctionnement pédagogique du regroupement, des transports, cantines, et assuré qu’aucune classe ne serait fermée en Capcir. La fermeture d’un poste sur Formiguères aurait pour conséquence le démantèlement du regroupement et irait à l’encontre de la justification de sa création. Actuellement chaque école accueille un cycle, et il y a un enseignant par niveau. Une décision de fermeture qui de l’avis de tous « déstructure l’organisation du regroupement pédagogique, ce qui est inacceptable ».  

La mobilisation va s’étendre à l’ensemble des hauts cantons. L’école de La cabanasse sera aussi fermée aujourd’hui, et la Cerdagne va s’engager dans l’action. Demain des délégations d’enseignants et parents d’élève participeront à la manifestation prévue à Perpignan.

 

grève, lutte, mobilisation, école

belle mobilisation pacifique, avec occupation des écoles sous le regard des gendarmes locaux présents sur le terrain.