15/07/2013

Les Bouillouses : la nature sans voitures

IMG_3426_modifié-1.jpg


A 2000 mètres d’altitude, le site naturel des Bouillouses, espace de nature extraordinaire voit durant l’été, son accès régulé, pour une protection de cet environnement sublime, mais fragile, et le plaisir de ses visiteurs.

Quelle bonne idée a eu le conseil général des Pyrénées orientales, lorsqu’il a décidé en 2000, de réguler l’accès aux Bouillouses. Site classé, reconnu espace naturel fragile, il  subissait durant l’été, un  incessant aller et retour de voitures. « se croiser dans l’accordéon, quand il y avait de la circulation, c’était souvent risqué » se souvient un pécheur. La mise en place de navettes a un effet bénéfique sur la pollution et la sécurité. On est passé du « je monte, clic clac photo et je redescends », à « je prends le temps de découvrir ce site extraordinaire ».

IMG_3488_modifié-1.jpgQuel site : tous les visiteurs sont unanimes, « que c’est beau !». Le lac, les Pérics majestueux qui s’y reflètent, le Carlit dominateur, les cols rouges paradis des mouflons. Des sentiers balisés (1 h 30 à 5 h), vous invitent à pénétrer au cœur de cet écrin. Boucle des étangs du Carlit, de la Pradella, du lac d’Aude, les étangs des Esquits. Un jeu d’orientation, avec 14 balises à découvrir, permet aux enfants, à l’aide d’un plan de s’initier à l’orientation. Paradis des pêcheurs, de nombreux lacs pour « taquiner » la truite leurs sont accessibles, pourvu qu’ils soient munis d’un permis de pêche. Avec cent mille visiteurs par an, le site est propre et peu pollué. Le public est sensibilisé à adopter un comportement éco citoyen et y adhère.

Le point info : véritable office du tourisme des Bouillouses, c’est un lieu incontournable et fortementIMG_3446_modifié-1.jpg fréquenté. Situé à hauteur du barrage, en rive droite, vous y trouverez, information, documentation, carte des sentiers balisés, toilettes écologiques, point d’eau, portes bébés et un accueil sympathique. Une bibliothèque de livres de montagne à consulter sur place, la possibilité d’envoyer une carte postale par internet à vos proches ou amis, complètent ces services. Côté animation, tous les mardi et jeudi, du 9 juillet au 22 août, par demi journée des balades sont proposées, encadrées par ces accompagnateurs en montagne. Les 24 juillet et 21 août, des initiations à la pêche sont organisées par la fédération départementale de pêche. Tous ces services et animations sont gratuits.

N’hésitez pas, allez y.

Des nouveautés 

Visitez les Bouillouses à partir de Perpignan pour 7 euros : au départ de Perpignan, empruntez-le bus à 1 €. A Mont-louis une correspondance vous dépose au parking du Pla de Barrès, point de départ des navettes des Bouillouses, où vous achèterez votre titre de passage à 5 €. Au retour, le bus à 1 € vous conduira à Mont-Louis avec correspondance pour Perpignan.

IMG_3496_modifié-1.jpgActions pédagogiques auprès des scolaires : à partir de septembre les Bouillouses accueilleront des scolaires du département pour une découverte du site et de sa biodiversité. Transport et encadrement sont mis à disposition par le conseil général.

 Pratique

Accès au Bouillouses : par la navette bus à partir du parking du Pla de Barrès. Du 29 juin au 1 septembre et les week-ends des 7/8 et 14/15 septembre. Cout adultes 5 €, enfants 3.5 €. Par le télésiège de la Calme sud (station de Font-Romeu) du 6 juillet au 25 août. Coût adulte 805 €, enfant 5.5 € (04.68.30.68.30.)

Dormir et manger, boire un verre aux Bouillouses :

Refuge du CAF 04.68.04.93.88. www.refugedesbouillouses.ffcam.fr

Auberge du Carlit 04.68.04.22.23. www.aubergeducarlit.free.fr

Hôtel Les  Bones Hores 04.68.04.24.22 www.boneshores.com

Renseignements/réservation animations : 04.68.04.24.61. www.cg66.fr

Auberge du Carlit 04.68.04.22.23.

 

Ils ont apprécié les Bouillouses

 

Catherine, Guenael, Jean Claude, Anne Marie.jpgCatherine, Guenaël, Jean Claude, Anne Marie, originaires de Charentes, en vacances à St Pierre del Forcats. «nous étions déjà venu aux Bouillouses il y a trente ans. Le site est très propre et les navettes un bon moyen d’accès. On est allé au fond du lac des Bouillouses. Il y a du monde, mis ce n’est pas gênant. Les gens sont sympas et il y a de la place. Les paysages sont magnifiques, et la neige sur les montagnes avec l’eau au pied c’est très beau ».

 



Christophe, Cyril, Anaïs, Véronique, Maxime, habitant dans l’Aude, en vacances àChristophe, Cyril, Anaïs, Véronique, Maxime.jpg Formiguères. « on vient habituellement skier à Formiguères et on a voulu découvrir le pays l’été. On a fait la magnifique boucle des 9 lacs. C’est calme, de jolis points de vue. Le parcours est bien balisé, vallonné mais pas trop difficile, adapté aux familles. Le site est propre, l’accès navette intéressant. La présence de neige rajoute du piment à la beauté des paysages ».

 




Jérome, Marie Pierre, Paola, Andréa.jpgJérôme, Marie Pierre, Paola, Andréa, originaires de Montauban, en vacances à Egat. une redécouverte, pour Jérome qui y venait enfant. « on a fait la balade le long du lac avec une pause pique nique au bord de l’eau. Le site est magnifique, les gens semblent respectueux. Le fait de prendre les navettes, les informations, nous rendent éco-citoyens. On a l’impression de s’être posés dans un splendide site naturel, ressourçant, fleuri. Les enfants sont ravis ».

 



Marjorie, chargée d’accueil au point-info. « beaucoup de personnes passent au point info. Météo,Marjorie.jpg document des sentiers balisés, réglementation de la pêche sont leurs demandes prioritaires. La majorité des visiteurs sont agréables et souvent ravis. La propreté du site et l’absence de voitures sont mis en avant, en particulier par ceux qui ont connu le site avant les navettes. Après leur balade, ils repassent me voir, me font part de leur périple, de leurs émotions ».


30/05/2013

Le moulin "del magre" réhabilité

IMG_2782_modifié-1.jpg


Elus et « Garotxis » ont trinqué avec émotion à la réhabilitation de ce patrimoine bâti, témoignage d’une vie agricole intense et encore active au début du 20è siècle.

IMG_2771_modifié-1.jpgCessant son activité en 1912, le moulin à farine de Sansa, implanté à côté de la rivière Cabrils était un élément important de la vie agricole des Garotxes. Vivant en autarcie de la terre et de l’élevage, les habitants apportaient au  moulin le blé qu’ils produisaient. Chaque maison avait son four à pain. Pierre Franck maire de Sansa et son conseil municipal décident en 2010 de réhabiliter ce patrimoine dégradé et laissé à l’abandon. Positionné sur un circuit pédestre balisé, le moulin réhabilité n’est plus en fonctionnement, mais est ouvert aux randonneurs qui peuvent le visiter.

Tous d’accord : tous les élus qui ont pris la parole ont salué la conservation de ce patrimoine qui faitIMG_2790_modifié-1.jpg partie de l’histoire locale. Jean Louis Alvarez, conseiller Général du canton d’Olette, se souvient « j’avais huit ans, avec ma grand-mère, on est descendus au moulin de Nyers moudre un sac de blé, c’était en 1956 ». Jean Paul Alduy, président de la communauté d’agglomération Perpignan Méditerranée apprécie « je suis architecte de formation et j’ai l’impression que ce moulin a toujours été dans cet état. Un travail d’orfèvre dans le respect des techniques ancestrales ». Hermeline Malherbe, présidente du Conseil Général affirme sa volonté de « faire vivre les territoires, solidairement, en faisant le lien entre le monde urbain et rural. Agriculture et tourisme sont deux piliers forts de notre économie départementale et créateurs d’emploi ». Le Sénateur François Calvet l’affirme « dans ce territoire la bataille entre le rat des villes et le rat des champs, c’est fini. Ce petit village a une histoire et des valeurs à transmettre ». La député Ségolène Neuville, à l’Assemblée Nationale défend « la montagne et la ruralité. Il faut favoriser les circuits courts, cette belle vallée doit vivre ».

Les deux parlementaires affirment aussi leur volonté d’abonder avec la réserve parlementaire pour aider financièrement les Garotxes. Une proposition saisie au bond par le maire de Sansa qui a des projets à réaliser sur son village.

Les travaux en chiffre : l’AICO (Association d’Insertion du canton d’Olette), a réalisé la réhabilitation du moulin. Sur les 35 000 € investi dans cet aménagement, le Conseil Général des PO a accordé une aide de 60 % et Jean Paul Alduy, alors Sénateur, a abondé de 20 % provenant de sa réserve parlementaire.

IMG_2779_modifié-1.jpg

24/09/2010

La Santé à tout prix

IMG_0818.JPG

La commune de Formiguères vient d'inaugurer sa station de traitement de l'eau et d'un défibrillateur, en présence de Christian Bourquin Président du Conseil Général et de Bernard Mouliné Sous Préfet de Prades.

 

L'eau potable, en plaine comme en montagne est vitale pour l'homme. Une responsabilité qui incombe aux maires qui doivent délivrer à leur population une eau déclarée potable. La Commune de Formiguères doit faire face, comme toutes les stations touristiques, à une forte demande saisonnière en eau potable. Pour faire face à cette fluctuation, vient d'être réalisée une unité de traitement des eaux de la rivière LLadure. Utilistan les méthodes les plus en pointe, elle peut gérer 800 m3 jour, avec un débit de 40 m3 à 50 m3 heure. Une réalisation évolutive, qui sera complétée par un traitement au charbon actif pour pallier à un phénomène de coloration des eaux de la Lladure à la fonte des neiges. Une initiative saluée par Christian Bourquin « une réalisation indispensable, qui coûte cher et qui ne se voit pas » et de rappeler « il y a 10 ans, le Conseil Général a mis en place un pool d'ingénieurs qui assurent un conseil technique permanent en matière de traitement et d'épuration des eaux, qui perdure malgré les lois qui tentent de l'éliminer ». Le représentant de l'Etat rappelait « l'importance de la qualité de l'eau sur la santé et l'aide financière de l'Etat dans ce projet qui a mis quatre ans pour être bouclé ». Une réalisation d'un coût total de 760 000 € hors taxes, avec 78 % de subventions. Conseil Général de 258 000 € (34 %), Agence de l'eau 270 000 € (35.5 %), l'Etat DGE 67 818 € (8.5%), ce qui laisse à la commune, un autofinancement de 164 182 € (22 %).

Auparavant, le défibrillateur installé devant la Mairie était lui aussi inauguré, à la satisfaction du maire Philipe Loos qui remerciait le Conseil Général, mais aussi « les commerçants de la place qui ont participé à la formation et qui sont les mieux placés pour intervenir ». 400 défibrillateurs sont installés dans le département, tous pris en charge à 100 % par le Conseil Général. « Deux millions d'euros investis, mais qui ont déjà sauvé 7 vies », précise avec fierté Christian Bourquin « cela permet de mettre la population en confiance, cela génère un élan de solidarité puisque l'on se forme pour sauver l'autre, et un respect car, aucun n'a été vandalisé ». Un président en forme qui fera une démonstration publique de l'utilisation du défibrillateur

IMG_0800.JPG