23/09/2011

"Feu les Pompiers"

pompiers, feu, secours, caserne


Sur demande du directeur du SDIS (Service Départemental d’Incendie et Secours), le Préfet a dissous le corps de sapeur pompiers de Matemale. Pompiers et municipalité ont célébré cette mort programmée.

Après un dépôt de gerbe symbolique au monument aux morts, Raymond Trilles, maire du village, prends la parole «perdre un service public dans une commune, est un moment grave. Les sapeurs pompiers sur le village, c’est un service de proximité qui a mobilisé de nombreux habitants au secours des hommes et des biens ». Cette décision prise sans concertation avec les pompiers et la municipalité est difficile à accepter par les locaux, même si elle intervient après une démission de six pompiers sur huit. « c’est une situation inadmissible. Je vais proposer au conseil municipal de créer un corps de sapeurs pompiers autonome sur la commune » précise le maire.

But atteint : depuis la démission du chef de corps en 2009, refusée durant six mois puis acceptée mais sans aucun entretien de la hiérarchie avec l’intéressé, le contact est rompu. « c’est silence radio depuis deux ans » précise le nouveau chef de corps. « il a fallu se battre pour que le poste de chef de corps soit maintenu, et nous sentons bien que depuis, nous sommes marginalisés ». Les six derniers mois, par manque d’effectif et perte de motivation, le centre de secours n’a pu faire face à toutes les sollicitations d’intervention. « lorsque nous avons commencé à faire des refus, la hiérarchie ne s’en est pas inquiété, aucune réaction ». Juin 2011, sans concertation ni information, le camion citerne feux de forêt basé à Matemale est transféré ailleurs « sans cet outil, nous ne servons plus à rien ». C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, le nouveau chef de corps démissionne et dans la foulée six pompiers sur huit. Là encore, tout se fait par courrier et mail, le corps est dissous, aucun contact humain, aucun questionnement sur cette décision collective de démission, les pompiers matemalais ont« l’impression que l’objectif est atteint ».

Drôle de pratique : l’arrêté de dissolution pris, le local pompier de Matemale est visité incognito et photographié par un émissaire de la direction. Puis, dernier épisode, quatre pompiers missionnés viennent récupérer le matériel. « heureusement que nous avons changé le code de la porte, car ils auraient tout emporté et on aurait retrouvé le local vide ». Un élu local s’opposant à la récupération du matériel communal, s’est vu enfermé dans le vestiaire. Les ex pompiers n’ont pu que constater l’enlèvement du matériel, des archives, des vêtements jusqu’aux chaussettes. 

Tous ces évènements laissent un goût d’amertume aux es pompiers, qui déplorent le manque d’écoute, de concertation, de solidarité, d’esprit de corps, qui faisait la force de ce groupement au sein duquel aujourd’hui, les volontaires s’épuisent. Une question se pose. Avec qui fonctionnera la future caserne du Capcir (qui devait regrouper les centres de secours des Angles, Formiguères et Matemale). Plus de pompiers volontaire à Matemale, six aux Angles dont quatre vont partir en retraite, une douzaine à Formiguères…

 

pompiers, feu, secours, caserne

ex pompiers et municipalités réunis pour constater les dégâts.

10:37 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pompiers, feu, secours, caserne