24/09/2010

La Santé à tout prix

IMG_0818.JPG

La commune de Formiguères vient d'inaugurer sa station de traitement de l'eau et d'un défibrillateur, en présence de Christian Bourquin Président du Conseil Général et de Bernard Mouliné Sous Préfet de Prades.

 

L'eau potable, en plaine comme en montagne est vitale pour l'homme. Une responsabilité qui incombe aux maires qui doivent délivrer à leur population une eau déclarée potable. La Commune de Formiguères doit faire face, comme toutes les stations touristiques, à une forte demande saisonnière en eau potable. Pour faire face à cette fluctuation, vient d'être réalisée une unité de traitement des eaux de la rivière LLadure. Utilistan les méthodes les plus en pointe, elle peut gérer 800 m3 jour, avec un débit de 40 m3 à 50 m3 heure. Une réalisation évolutive, qui sera complétée par un traitement au charbon actif pour pallier à un phénomène de coloration des eaux de la Lladure à la fonte des neiges. Une initiative saluée par Christian Bourquin « une réalisation indispensable, qui coûte cher et qui ne se voit pas » et de rappeler « il y a 10 ans, le Conseil Général a mis en place un pool d'ingénieurs qui assurent un conseil technique permanent en matière de traitement et d'épuration des eaux, qui perdure malgré les lois qui tentent de l'éliminer ». Le représentant de l'Etat rappelait « l'importance de la qualité de l'eau sur la santé et l'aide financière de l'Etat dans ce projet qui a mis quatre ans pour être bouclé ». Une réalisation d'un coût total de 760 000 € hors taxes, avec 78 % de subventions. Conseil Général de 258 000 € (34 %), Agence de l'eau 270 000 € (35.5 %), l'Etat DGE 67 818 € (8.5%), ce qui laisse à la commune, un autofinancement de 164 182 € (22 %).

Auparavant, le défibrillateur installé devant la Mairie était lui aussi inauguré, à la satisfaction du maire Philipe Loos qui remerciait le Conseil Général, mais aussi « les commerçants de la place qui ont participé à la formation et qui sont les mieux placés pour intervenir ». 400 défibrillateurs sont installés dans le département, tous pris en charge à 100 % par le Conseil Général. « Deux millions d'euros investis, mais qui ont déjà sauvé 7 vies », précise avec fierté Christian Bourquin « cela permet de mettre la population en confiance, cela génère un élan de solidarité puisque l'on se forme pour sauver l'autre, et un respect car, aucun n'a été vandalisé ». Un président en forme qui fera une démonstration publique de l'utilisation du défibrillateur

IMG_0800.JPG