17/01/2014

Le Centre d'incendie et de secours du Cqapcir est opérationnel

secours, feu, aide

Implanté au cœur du Capcir, le long de la D 52, le centre de secours du Capcir, outil moderne, fonctionnel, incontournable, a été inauguré lundi.

secours, feu, aideC’est le Colonel Jean Pierre Salles-Mazou, directeur du SDIS, qui prends le premier la parole, proposant une minute de silence en la mémoire du caporal chef Jeannot Zenoni, pompier volontaire des Angles, décédé la semaine dernière. Après ce moment de recueillement, il rappelle la démarche de modernisation du SDIS, engagée depuis une douzaine d’année, dont les installations du Capcir sont le fruit. Notre objectif est de « donner aux femmes et hommes du SDIS, la capacité à agir pour sauver des vies, lutter contre incendies, accidents et évènements majeurs ou de tous les jours ». Hermeline Malherbe, présidente du Conseil Général, rappelle le cheminement de ce projet, qui depuis la pose de la première pierre en juillet 2012, aboutit aujourd’hui à cette structure opérationnelle, au service de la population. « les sapeurs pompiers volontaires, c’est une spécificité française que l’on nous envie en Europe. Cet engagement citoyen, au service de toutes et de tous, honore et fait l’histoire des pompiers ». La parlementaire Ségolène Neuville assure qu’« en tant que Député, je ne permettrai passecours, feu, aide que l’on rogne sur la sécurité et les secours, l’argent public, c’est fait pour cela. Les sapeurs pompiers donnent beaucoup, on vous le doit ». Mireille Bossy, Sous préfète de Prades, prends le relai et rappelle l’effort financier du SDIS et du Conseil Général. Elle salue la mobilisation et l’esprit de responsabilité des élus qui ont permis à ce projet d’aboutir, et l’implication des sapeurs pompiers volontaires « vous êtes un groupe uni de volontaires, qui partagent les mêmes valeurs, avec un esprit de corps qui fait votre force ».

Appel au volontariat : au-delà de la satisfaction partagée, de l’existence de cette caserne par les quatre intervenants, c’est un appel commun aux élus, employeurs, et en particulier aux citoyens à rejoindre les sapeurs pompiers volontaires qui est lancé. La pérennité de ce nouveau centre de secours, est conditionnée au renouvellement des volontaires. La Sous préfète rappelle la volonté de l’Etat de pérenniser moyens et dispositifs et d’encourager le processus de volontariat.

secours, feu, aide

Le vin de l’amitié a conclu cette inauguration.

Vous souhaitez devenir sapeur pompier volontaire ? Adressez vous au centre de secours, vous y serez bien accueilli, informé et vous pourrez le visiter.

 

Le centre de secours

Il couvre les communes de Fontrabiouse, Formiguères, Les Angles, Matemale, Puyvalador, Railleu, Réal, Sansa.

La population concernée est de 1597 habitants avec une surpopulation importante en été et hiver.

Avec 970 m2 construits en deux étages, le centre de secours est implanté sur une parcelle de 7000 m2.

Coût total de l’investissement : 2 835 000 € TTC.

Effectif : 32 sapeurs pompiers volontaires (5 femmes), dont deux médecins et une infirmière.

Matériel : huit véhicules de secours (personnes et incendie) et une embarcation.

Le Centre Incendie Secours du Capcir a réalisé 258 sorties secours en 2013.

Chef de centre, Lieutenant Frédéric Bataille, adjoints, Lieutenant jean François Pellicer et sergent-chef Jérôme Bataille.

A côté du centre de secours, vont démarrer les travaux de la maison médicale de Capcir. Une zone d’atterrissage pour hélicoptère sera aussi aménagée.

 

secours, feu, aide

14:16 Publié dans pompiers, sécurité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : secours, feu, aide

01/10/2013

Les services "solidarité" de la Têt se restructurent

IMG_7974_modifié-1.jpg


Isabelle Chavanne directrice des maisons sociales de la Têt, Serge Ponsa son adjoint et le personnel de Font-Romeu ont présenté la réorganisation de leurs services.

Salle comble à la Mairie de Font-Romeu pour cette réunion importante pour notre territoire. L’action sociale qui œuvre pour le « bien vivre ensemble », a certes un coût, 53 % du budget départemental, mais est une démarche incontournable et solidaire dans la protection et l’épanouissement de notre vie sociale.

Des missions accueil des personnes, accompagnement social et médico-social par des équipes pluridisciplinaires, prévention et protection de l’enfance, missions vers les personnes âgées et les personnes handicapées, missions d’insertion préprofessionnelles, aide au logement sont au programme des maisons sociales

Départementales de proximité.

IMG_7978_modifié-1.jpgRéorganisation  « le conseil général souhaite que l’on soit de plus en plus acteurs sur les projets du territoire pour le mieux être des habitants. Nous allons nous impliquer d’avantage dans cette mission » précise Isabelle Chavanne directrice des maisons sociales des vallées de la Têt. Pour cela les lieux de permanence sont développés et les permanences augmentées. « nous développons un maillage, qui permet d’être au plus prêt de l’habitant et de l’utilisateur. Il est indispensable que les services sociaux de l’Etat fassent de même », affirme Serge Ponsa, son adjoint. Jean Louis Garrigue, responsable du pôle bâtiment à la solidarité précise « les lieux de permanence doivent respecter la sécurité, la confidentialité et le confort des usagers ». Nouveauté, pour un meilleur accompagnement des publics concernés, la spécialisation du personnel et en particulier des assistantes sociales, qui étaient trop dans la polyvalence. A la Maison Sociale de Font-Romeu, 22 agents, en équipes pluridisciplinaires, accompagnent les personnes depuis la naissance jusqu’à la fin de vie.

Renseignements 04.68.30.19.58 et www.cg66.fr rubrique « être solidaires ».

Village où ont lieu les permanences Bourg-Madame, Enveigt, Font-Romeu, Formiguères, Les Angles, Mont-Louis,  Palau de Cerdagne,  Saillagouse, Ur.

Les maisons sociales de la vallée de la Tête regroupent les maisons sociales de Thuir, Prades et Font-Romeu.

Isabelle Chavanne, Serge Pponsa et une partie du personnel de Ft Romeu_modifié-1.jpg

14:43 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aide, santé, réunion

20/06/2013

Il faut sauver le "AA"

le AA avant démontage.jpg


Avec ses 108 ans, le sardinal dénommé « AA », a subi les outrages du temps. L’association « Bonança » a décidé de le réhabiliter et de le faire naviguer. Un pari engagé que l’association souhaite gagner.

C’est en 1905 que ce bateau de pêche est construit dans les ateliers Bonafos à Banyuls. Avec un tirant d’eau de 0.80 m, 10.80 m de longueur, 2.90 m de largeur, son port d’attache sera le Barcarès, ses principaux patrons Louis et Maurice Frances. Gréé d’une voile latine, il est équipé d’un moteur Baudouin en 1926. Il pratique la pêche à la sardine jusqu’en 1970. Utilisé ensuite pour la plaisance, il sera entreposé dans une darse au Barcarès. Voué à la destruction, l’association Bonança le récupère et décide de le réhabiliter, pour le faire naviguer à nouveau.

Valeur patrimoniale : si les barques catalanes ont des lignes semblables, sont construites en bois, le AA avant démontage (2).jpgavec un faible tirant d’eau, elles sont toutes différentes et uniques. Chaque charpentier de marine avait sa signature et utilisait un gabarit qu’il interprétait librement. Par contre, elles ont une particularité, l’emploi du gréement latin. Utilisé sur tout le pourtour méditerranéen, depuis le delta du Nil jusqu’au Maghreb et aux côtes d’Espagne, de France et d’Italie, il est composé d’une grande voile enverguée sur une antenne qui coulisse sur le mât. Cette voile triangulaire, appelée à l’origine « alla trina » (à trois pointes) et dite aujourd’hui voile latine, a joué un rôle primordial dans l'histoire des techniques de la voile. C’est elle qui est à l'origine de toutes les voiles axiales modernes. Son origine semble remonter à l’Antiquité grecque et dès le 6ème siècle, c’est la voile méditerranéenne par excellence. Le moteur à explosion a donné le coup de grâce aux voiles des  bateaux de pêche de petite taille, dont certains, comme la barque catalane, l'avaient conservé dans toute sa pureté originelle.

Un challenge : les barques catalanes portent le nom de « cassous « ou « bettes » pour les plus petits,démontage AA par l'équipe bonança.jpg « nacelles » ou « sardinals » pour les plus grands. Durant des années, les bateaux qui péchaient la sardine et l’anchois, ont navigué à la voile. Les marins qui les pilotaient étaient expérimentés et dotés d’une grande habileté. Dépassées par les nouvelles formes de pêche et les motorisations, ces barques ont été peu à peu « désarmées ». Devenues épaves sur les plages où elles pourrissent, la plupart seront brulées. Le long de la côte catalane, des associations de passionnés se sont mobilisées pour réhabiliter les rescapées et les faire naviguer à la voile sur mer et étang. C’est le cas de l’association Bonança, implantée sur le site de la fount del port de l’étang de Saint-Hippolyte. Une dizaine de bateaux de petites et moyenne taille, ont étés réhabilités et aujourd’hui l’objectif est la remise en état du sardinal « AA ». Pour cela Bonança a confié à  Jérémie Thiell, jeune charpentier de marine, aidé par les membres de l’association, la conduite et la réalisation de ce chantier.

Solidarité : entretenir et faire naviguer une flotte d’une dizaine de bateaux a un coût, que l’association maitrise avec ses fonds propres et l’aide financière des communes de Saint-Laurent de la Salanque, Saint Hippolyte et du Conseil Général des PO. Pour la réhabilitation du « AA », les fonds propres de Bonança ne suffiront pas. Ainsi est née l’idée de faire appel à la solidarité pour réunir matériaux et financements nécessaires à cette réhabilitation. La commune et la Régie des Angles ont répondu présent en offrant le pin sylvestre de la Matte. Philippe Gali, berger à Sansa, l’a transporté gracieusement. Vous pouvez participer à la sauvegarde de ce  monument  du patrimoine maritime catalan en devenant membre bienfaiteur de Bonança. Retrouvez les bénévoles de l’association,  dimanche 23 juin sur le marché de Saint Laurent, ou venez les rencontrer sur leur site le mercredi ou samedi matin. Des bouteilles de vin du Roussillon de la cave de Cases de Pene, au sigle de l’association sont aussi à la vente.

vue du site_modifié-1.jpg

18/03/2013

"Formi Coeur" quand le ski aide la recherche médicale

recherche médicale, aide, solidarité


Faire avancer la recherche médicale dans les maladies génétiques de la rétine, au programme de ce week-end de ski, organisé par l’association « Formi Cœur » et la station de Formiguères.

recherche médicale, aide, solidaritéIl y a actuellement en France plus de 110 000 personnes aveugles (acuité inférieure à 1/20) et pour 50 % d’entre eux, en raison de maladie de la rétine, dont une partie est héréditaire. C’est le cas pour les enfants d’Inès et Michel Crouzet qui sont à l’initiative de la création de l’association « Formi Cœur ». « quand ma fille Emilie a été diagnostiquée, il n’y avait aucun espoir de guérir. Aujourd’hui, la recherche avance, nous devons l’aider, l’utopie pourrait devenir réalité », précise Inès. L’association organise des évènements sportifs, festifs, culturels, qui lui permettent de récolter des fonds. Ces sommes sont versées directement à deux chercheurs de l’INSERM, les professeurs Hélène Dollfus et Christian Hamel. Ce samedi à Formiguères, un slalom yeux bandés était organisé par l’association, et animée par l’Ecole du Ski Français.  La station s’est associée à l’évènement en versant à la recherche 1 € par forfait vendu.

Quelle énergie : « c’est très important pour moi de skier, cela me permet de mieux vivre, de recherche médicale, aide, solidaritésurmonter certains obstacles du quotidien » s’enflamme Emilie. C’est à Formiguères qu’elle a appris à skier et elle continue. « Antoine mon guide m’a motivée à aller jusqu’à la compétition. C’est du bon stress, de gros coups d’adrénaline. Le son est un sens que j’ai fortement développé. La tonalité de la voix d’Antoine induit le type de mouvement. Quand cela fonctionne, j’ai l’impression de voir positivement ».

Masseur kinésithérapeute en banlieue parisienne, spécialisée en neurologie adulte, Emilie est à l’aise dans sa vie et sur ses skis.

 

www.formicoeur.org

 

Surprenante expérience

 

recherche médicale, aide, solidarité

Isabelle qui pratique le ski depuis toujours. « Les yeux bandés, cela donne une impression de mal de mer. Perte des automatismes, c’est un apprentissage nouveau. On se demande ce que l’on fait là, c’est très impressionnant ».

 

recherche médicale, aide, solidarité

Anne pratique le ski habituellement. « C’est angoissant, on ne sait plus où l’on est. On perd tous ses repères habituels, on ne sait pas si l’on monte ou si l’on descend. Du coup, on s’accroche à fond à la voix du guide ».

 

recherche médicale, aide, solidarité

Frédéric, skieur de bon niveau. « une expérience extraordinaire de par les sensations uniques, que l’on ne peut ressentir avec la vue. Cela suscite une énorme admiration pour les non voyants et leur capacité d’adaptation ».

 

recherche médicale, aide, solidarité

Marc Alexandre passionné de ski. « c’est fabuleux à vivre, à expérimenter. On se rend compte combien la vision est importante. On a l’impression d’être un novice qui ne maitrise pas ses skis. Il faut avoir confiance au guide ».

 

recherche médicale, aide, solidarité

plaisir du ski et aide à la recherche pour ce week-end « Formi cœur » à Formiguères.

10/03/2013

Emplois d'avenir : un engagement citoyen

DSC02411_modifié-1.jpg


Élus, secrétaires de mairie, ont participé à cette réunion d’information sur les emplois d’avenir, organisée et animée par la DIRECCTE, la sous préfecture et le conseil général.

Géraldine Morillon de la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi dresse le tableau. Avec un chômage de 30.88 % en Languedoc Roussillon (moyenne nationale 22.7 %), la situation des jeunes de moins de 25 ans est particulièrement difficile sur le marché du travail. Les jeunes non qualifiés, sont les plus touchés. Devant cette réalité, l’Etat va mettre en place des emplois aidés dits « d’avenir ».

DSC02413.jpgLe dispositif : 100 000 emplois d’avenir vont-être créés en 2013, 150 000 en 2014, 4423 pour la région, 816 pour le département. Ce sont les jeunes chômeurs, âgés de 16 à 25 ans (30 ans pour les personnes reconnues travailleurs handicapés), sans qualifications ou peu qualifiées (niveau V maximum) qui sont visés par cette mesure. Côté employeurs, c’est le secteur non marchand et particulièrement les associations et les collectivités territoriales qui est concerné, et plus restrictivement les entreprises d’insertion du secteur marchand. Le contrat d’une durée de 36 mois à temps plein en CDD ou CDI sont fortement aidés par l’Etat : 75 % du SMIG pour le secteur non marchand, de 35 à 47 % pour le marchand. « pour les bénéficiaire du RSA de moins de 26 ans et en charge de famille, le Conseil Général des PO s’engagera financièrement auprès de l’employeur  avec une participation de 286 € par jeune » précise Jean Louis Chambon conseiller général chargé des politiques d’insertion.

Tutorat : clé de voute du dispositif, auquel il faut rajouter l’obligation de formation, le tuteur va faciliter l’intégration du jeune et l’accompagner dans sa professionnalisation. Sur la durée du contrat, formation pré-qualifiante ou qualifiante transférables, remises à niveau, vont compléter et renforcer l’expérience professionnelle. « les organismes de formation, qui fonctionnent avec l’argent des contribuables, doivent se rapprocher des personnes à former » précise Alice Coste sous Préfète de Prades, incitant les collectivités à s’engager dans cet « acte citoyen «  et à tout mettre en œuvre pour accompagner les jeunes vers l’emploi « on ne peut se permettre d’employer des jeunes pendant trois ans, sans leur proposer une vraie solution de sortie ».

Et concrètement ? Mission locale, cap emploi, agence pôle emploi, Conseil Général, DIRECCTE accompagnent les employeurs potentiels dans leur démarche.

Un suivi personnalisé  du parcours du jeune, de sa formation, de son insertion et de son implication, est régulièrement effectué entre un représentant de la mission locale et le jeune et son tuteur.

Renseignements : www.lesemploisdavenir.gouv.fr , Agence pôle emploi de Prades tél 04.68.05.39.15., mission locale Saillagouse tél 04.68.04.79.89. mail christine.chamagne@mlj66.org

 

DSC024145 1_modifié-1.jpg

                               écoute, échanges, au cours de cette réunion d’information

13:55 Publié dans économie, emploi | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aide, avenir, jeunes

12/02/2013

Des enfants ders "Restos du Coeur" à la neige

le groupe au pla del Mir.jpg


Durant deux jours, une quinzaine d’enfants et 9 mamans, ont été invités  en Capcir, pour une découverte de la montagne enneigée et du ski de fond.

IMG_0230_modifié-1.jpgAprès une première expérience d’accueil en 2012, c’est à un week-end de découverte que des enfants et adultes bénéficiaires des restos du cœur, originaires de la plaine,  ont été conviés cette année. La tranche d’âge des enfants variait de 7 à 15 ans. Deux journées avec neige et vent, mais qui n’ont en rien perturbé le programme établi.

Le programme : samedi, après un petit déjeuner revitalisant au foyer communal de Matemale, en route vers la station des Angles pour une matinée luge au Pla del Mir. Après le déjeuner, visite du parc animalier. Dimanche matin, malgré la tourmente, balade à ski de fond dans la forêtIMG_0464_modifié-1.jpg de la Matte. L’après midi, projection d’un diaporama sur les oiseaux de montagne, bataille de boules de neige et retour vers la plaine.

Deux jours de plaisir et d’échange qui ont permis aux mamans et aux enfants, de sortir de leur environnement quotidien, de découvrir la montagne, la neige, la tourmente, et de prendre du plaisir.

 

Ils ne sont pas prêts d'oublier

                                 Les mamans du séjour

Sandra, Ingrid, Katy.jpg

Sandra, Ingrid, Katy, mamans accompagnatrices. On en a pris plein les yeux, des paysages magnifiques, une ambiance sympathique, c’était super. Un bel accueil, tout le monde s’est bien entendu, un très bon souvenir qui va rester. On a décompressé et oublié le quotidien. C’était fabuleux, tout a été fait pour que l’on soit bien.

                                       Les adolescents

Yanni, Stanislas, Mélissa.jpg

Yanni, Stanislas, Mélissa. On s’est éclatés sur la piste de luge, ça glissait bien. Le parc animalier c’était bien, mais on n’a pas vu les ours car ils hibernent et les loups qui se cachaient. Ce matin en ski de fond, on a un peu galéré, à cause de la neige et du vent, mais c’était super, dans la forêt. Cela fera un bon souvenir, on s’est régalés.

                                       Les plus jeunes

Morgan, Camélia, Gaëtan, Marianne.jpg

Morgan, Camélia, Gaëtan, Marianne. C’était marrant la luge et le ski de fond. On a bien glissé, ont est aussi tombé, mais c’était super. On a quand même eu un peu froid au départ. On avait déjà vu la neige, mais on  n’avait jamais fait du ski, et on n’a pas eu peur. Au parc on a vu beaucoup d’animaux, même de près. On s’est bien amusés.

                                  Bénévole des Restos

Samya.jpg

Samya, bénévole des restos. Le groupe a apprécié ces deux jours.  Ils sont sortis de leur quotidien, pour trouver un environnement inhabituel. Deux jours de vacances à la neige. L’accueil chaleureux, les activités diversifiées et adaptées, laisseront un souvenir impérissable et de nombreuses anecdotes à raconter. Les enfants sont ravis.

 

Ils ont participé à l’accueil

Des bénévoles de l’antenne restos du cœur Capcir et des habitants de Matemale.

Sur Matemale, la commune, l’épicerie « chez Yannick », le  « bitro d’aqui », le centre de vacances « la Capcinoise », la maison familiale « la Prairie », la fromagerie « le Dourmidou », le Centre de vacances EDF/GDF.

Sur les Angles, la commune, la station de ski, le parc animalier.

Le transport a été assuré par le bus à 1 € du département

IMG_0235.jpg

IMG_0276_modifié-1.jpg

IMG_0319_modifié-1.jpg

 

neige et plaisir au rendez vous de ce week-end animé.

 

09:05 Publié dans neige, ski, social | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : accueil, découverte, aide

18/01/2013

Coup de chapeau à ceux qui font l'actualité

Capcir : Culture, loisirs, vie sociale ou associative, leur investissement personnel a influé sur la vie locale du territoire et de leur commune. Ces hommes et ces femmes, entre autres, ont été les éléments moteur des hauts cantons. l'Indépendant leur rend hommage.

1-Agnès Pacouil.jpg

Agnès Pacouil est hôtesse d’accueil à l’office du tourisme de son village natal des Angles depuis 30 ans. Elle a débuté avec un crayon et une gomme, mais rapidement, elle a eu accès aux outils modernes de communications d’une station digne de ce nom. Faire plaisir aux gens dans ce métier de relation, vivant, c’est ce qui s’exprime dans son beau sourire.

2-Angélique Moïola.jpg

Native de Matemale, Angélique Moïola est responsable ressources humaines à la station des Angles. Son expérience professionnelle, elle l’utilise dans l’action bénévole, au sein du comité d’entreprise de la station, et du comité des fêtes de Matemale. Donner du temps au gens au travers d’animations festives, c’est pour elle un vrai plaisir qui perdure.

3-Raphael Meunier.jpg

Capcinois de cœur et d’adoption, homme de contact, Raphael Meunier est l’animateur communal de Matemale depuis 1971. Au départ un choix de vie, devenu une passion. Travailler avec toutes les tranches d’âge, s’adapter aux différentes particularités des populations, aux caractères forts, répondre à leurs attentes, c’est le crédo du contact humain.

 

4-Philippe Sourjous.jpg

Originaire d’Espousouille, Philippe a une passion, le rugby. Une passion qu’il a vécue le long de sa vie dans différents clubs dont celui de l’entente Cerdagne Capcir. Une passion qui perdure à 56 ans et qu’il vit ballon en main, au sein de l’équipe corpo des « hall Boix ». Il organise des tournois de « rugby flag » (à la cocarde) et y participe activement.

5-Bernard Bataille.jpg

Natif de Formiguères, bien ancré dans son village, Bernard Bataille a été le premier chef d’exploitation de la station. Pompier volontaire depuis 1969, chef de corps durant 30 ans, il a été sur tous les feux, porté secours à de nombreux blessés. Ses motivations, aider les autres, être disponible pour la collectivité, gérer des hommes, savourer la mission accomplie.

6-Françoise Guidel.jpg

Eleveuse de brebis et fromagère à Formiguères, Françoise Guidel préside le groupement de défense sanitaire, outil relationnel entre les éleveurs et les services vétérinaires où elle joue un rôle d’animation et de médiation. Elle est aussi impliquée dans les syndicats ovins, fromagers, bienvenue à la ferme, la fête de la patate, le comité de développement agricole.

7-Eric Pinsolle.jpg

Eric Pinsolle est le Président de la Gymnastique Rythmique Cerdagne Capcir dont le siège est à Bourg Madame. Venant du milieu du rugby, il a pris le « taureau par les cornes » s’impliquant fortement, sa profession lui permettant de trouver des sponsors. Membre régional de la fédération, passionné, il trouve sa plus grande satisfaction dans les résultats sportifs, qui sont excellents.

8-José Villarés.JPG

Heureux retraité de la Régie des Angles, José Villarés a mis son temps libre au service des autres. Après avoir arpenté les stades de rugby avec l’entente Cerdagne Capcir où son caractère fort le mettait sur le devant de la scène, il est un élément actif et discret des restos du cœur. Une volonté d’aider les plus démunis à mieux vivre dans cette société difficile.

9-Etienne Buscail.JPG

Anglois pure souche, comme les truites sauvages qu’il aime taquiner dans les ruisseaux et lacs des hauts cantons, Etienne Buscail a pris des responsabilités à la Fédération de Pêche. Président de la « truite Capcinoise », il œuvre au développement de la pêche en montagne, par l’alevinage, l’entretien des cours d’eau. Une passion qui a rejoint la raison.

10-Georges Riveill.jpg

Après une carrière dans l’artillerie anti aérienne, Georges Riveill a retrouvé son village des Angles. Depuis il s’implique dans la vie locale, par un mandat de conseiller municipal durant lequel il a présidé la régie. Depuis 1995, président du club 3è âge, il a redynamisé cette association. Bouger, s’occuper des autres, un beau moyen pour se tenir en forme et avoir des contacts.

11-Dédé Munoz.JPG

Dédé Munoz a été le premier moniteur diplômé de la station des Angles, ce qui lui a valu le titre de « Dédé la spatule ». Passionné par la nature de sa montagne catalane qu’il parcourt inlassablement, disciple du botaniste André Baudière, il est incollable sur les plantes et champignons médicinaux qu’il veut réunir dans une flore. Il rédige la feuille botanique du bulletin municipal.

12-Stéphanie Prudentos.JPG

Habitant en Capcir depuis une quinzaine d’années, Stéphanie Prudentos est fortement impliquée dans la vie associative du pays. Secrétaire de l’école de musique, membre du conseil d’administration du ski club fond Capcir et de l’association « temps danse ». Pour elle la vie associative est importante et elle donne bénévolement de son temps pour que cela perdure.

13-Marcel Tuzet.jpg

Natif de Formiguères, Marcel Tuzet a toujours été impliqué dans la vie locale. Conseiller municipal, sapeur pompier volontaire, vice président de la société de pêche. C’est dans le ski, sa passion, qu’il s’est le plus impliqué. Président du ski club local durant 16 ans, il a participé à l’éducation sportive des jeunes qui a conduit nombre d’entre eux au monitorat de ski.

14-Jenny Morgan-Wood.JPG

Originaire de la région de Kent, en Angleterre, Jenny Morgan-Wood a découvert le Capcir en vacances. Elle gère avec son mari le gîte d’étape la « Dressere »  à Formiguères et est un membre actif de l’association Loisir culture du village. A son initiative, une fresque de mosaïque sur la vie du village, œuvre collective a été réalisée par la section peinture de l’association.

15-Guy Pairulo.JPG

Enfant de Serdinya, Guy Pairulot a exercé le métier d’épicier ambulant. Durant une quarantaine d’années il a parcouru les routes du canton d’Olette et des villages des Garotxes où il était toujours le bienvenu. Un contact permanent avec les gens du pays qui lui a permis de lier de nombreuses amitiés. Aujourd’hui, pour servir ces habitants, son fils a repris le flambeau. Guy est correspondant de  notre journal.

16-magali Deixonne.JPG

Depuis 15 ans, Magalie Deixone, est salariée de l’Office du Tourisme de Mont-Louis. Le cadre de vie, l’intérêt du métier demandant polyvalence et adaptabilité, le contact avec les gens, la motivent. Titulaire du diplôme de guide national, elle conduit des visites guidées en alternance avec sa mission d’accueil. Son intérêt, participer au développement des hauts cantons.

17-Marc Trilles.jpg

Membre actif du comité des fêtes de Matemale, Marc Trilles a une passion, la chasse. Celle-ci l’a conduit à prendre la présidence de l’association de chasse locale. Un plaisir qu’il fait partager aux jeunes chasseurs. Un de ses objectifs forts, est de tout mettre en œuvre pour que la chasse en montagne reste un loisir populaire accessible à tous.

18-Claude Huert.jpg

Vosgien d’origine, Claude Huert, moniteur de ski de fond et accompagnateur montagne, s’installe en Capcir il y a 32 ans. En 1993, des raisons de santé l’amènent à créer l’entreprise « Montagne et Transport », ce qui lui permet de garder le contact avec le public. Reconnu aujourd’hui dans le monde du transport, c’est un  superbe aboutissement, avec le plaisir de travailler en équipe,

19-Andréa Courtin.jpg

Accueillir, informer, renseigner, est le lot quotidien d’Andréa Courtin salariée du multiple rural (poste et office du tourisme) de Matemale. Le contact avec la clientèle locale et touristique, est ce qui lui fait apprécier sa mission. Une situation privilégiée pour être informée et relater la vie du village dans l’Indépendant dont elle est la correspondante locale.

20-Caroline Jacquet.JPG

C’est le travail qui a amené Caroline Jacquet à poser ses valises à Puyvalador. Guide saisonnier à la grotte de Fontrabiouse, elle utilise sa formation de danseuse flamenco pour animer des spectacles contes et danses. Passionnée par les animaux elle souhaite devenir assistante vétérinaire. Elle est impliquée dans la vie locale par un mandat municipal dans son village d’adoption.