01/10/2013

Les services "solidarité" de la Têt se restructurent

IMG_7974_modifié-1.jpg


Isabelle Chavanne directrice des maisons sociales de la Têt, Serge Ponsa son adjoint et le personnel de Font-Romeu ont présenté la réorganisation de leurs services.

Salle comble à la Mairie de Font-Romeu pour cette réunion importante pour notre territoire. L’action sociale qui œuvre pour le « bien vivre ensemble », a certes un coût, 53 % du budget départemental, mais est une démarche incontournable et solidaire dans la protection et l’épanouissement de notre vie sociale.

Des missions accueil des personnes, accompagnement social et médico-social par des équipes pluridisciplinaires, prévention et protection de l’enfance, missions vers les personnes âgées et les personnes handicapées, missions d’insertion préprofessionnelles, aide au logement sont au programme des maisons sociales

Départementales de proximité.

IMG_7978_modifié-1.jpgRéorganisation  « le conseil général souhaite que l’on soit de plus en plus acteurs sur les projets du territoire pour le mieux être des habitants. Nous allons nous impliquer d’avantage dans cette mission » précise Isabelle Chavanne directrice des maisons sociales des vallées de la Têt. Pour cela les lieux de permanence sont développés et les permanences augmentées. « nous développons un maillage, qui permet d’être au plus prêt de l’habitant et de l’utilisateur. Il est indispensable que les services sociaux de l’Etat fassent de même », affirme Serge Ponsa, son adjoint. Jean Louis Garrigue, responsable du pôle bâtiment à la solidarité précise « les lieux de permanence doivent respecter la sécurité, la confidentialité et le confort des usagers ». Nouveauté, pour un meilleur accompagnement des publics concernés, la spécialisation du personnel et en particulier des assistantes sociales, qui étaient trop dans la polyvalence. A la Maison Sociale de Font-Romeu, 22 agents, en équipes pluridisciplinaires, accompagnent les personnes depuis la naissance jusqu’à la fin de vie.

Renseignements 04.68.30.19.58 et www.cg66.fr rubrique « être solidaires ».

Village où ont lieu les permanences Bourg-Madame, Enveigt, Font-Romeu, Formiguères, Les Angles, Mont-Louis,  Palau de Cerdagne,  Saillagouse, Ur.

Les maisons sociales de la vallée de la Tête regroupent les maisons sociales de Thuir, Prades et Font-Romeu.

Isabelle Chavanne, Serge Pponsa et une partie du personnel de Ft Romeu_modifié-1.jpg

14:43 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aide, santé, réunion

18/01/2013

Coup de chapeau à ceux qui font l'actualité

Capcir : Culture, loisirs, vie sociale ou associative, leur investissement personnel a influé sur la vie locale du territoire et de leur commune. Ces hommes et ces femmes, entre autres, ont été les éléments moteur des hauts cantons. l'Indépendant leur rend hommage.

1-Agnès Pacouil.jpg

Agnès Pacouil est hôtesse d’accueil à l’office du tourisme de son village natal des Angles depuis 30 ans. Elle a débuté avec un crayon et une gomme, mais rapidement, elle a eu accès aux outils modernes de communications d’une station digne de ce nom. Faire plaisir aux gens dans ce métier de relation, vivant, c’est ce qui s’exprime dans son beau sourire.

2-Angélique Moïola.jpg

Native de Matemale, Angélique Moïola est responsable ressources humaines à la station des Angles. Son expérience professionnelle, elle l’utilise dans l’action bénévole, au sein du comité d’entreprise de la station, et du comité des fêtes de Matemale. Donner du temps au gens au travers d’animations festives, c’est pour elle un vrai plaisir qui perdure.

3-Raphael Meunier.jpg

Capcinois de cœur et d’adoption, homme de contact, Raphael Meunier est l’animateur communal de Matemale depuis 1971. Au départ un choix de vie, devenu une passion. Travailler avec toutes les tranches d’âge, s’adapter aux différentes particularités des populations, aux caractères forts, répondre à leurs attentes, c’est le crédo du contact humain.

 

4-Philippe Sourjous.jpg

Originaire d’Espousouille, Philippe a une passion, le rugby. Une passion qu’il a vécue le long de sa vie dans différents clubs dont celui de l’entente Cerdagne Capcir. Une passion qui perdure à 56 ans et qu’il vit ballon en main, au sein de l’équipe corpo des « hall Boix ». Il organise des tournois de « rugby flag » (à la cocarde) et y participe activement.

5-Bernard Bataille.jpg

Natif de Formiguères, bien ancré dans son village, Bernard Bataille a été le premier chef d’exploitation de la station. Pompier volontaire depuis 1969, chef de corps durant 30 ans, il a été sur tous les feux, porté secours à de nombreux blessés. Ses motivations, aider les autres, être disponible pour la collectivité, gérer des hommes, savourer la mission accomplie.

6-Françoise Guidel.jpg

Eleveuse de brebis et fromagère à Formiguères, Françoise Guidel préside le groupement de défense sanitaire, outil relationnel entre les éleveurs et les services vétérinaires où elle joue un rôle d’animation et de médiation. Elle est aussi impliquée dans les syndicats ovins, fromagers, bienvenue à la ferme, la fête de la patate, le comité de développement agricole.

7-Eric Pinsolle.jpg

Eric Pinsolle est le Président de la Gymnastique Rythmique Cerdagne Capcir dont le siège est à Bourg Madame. Venant du milieu du rugby, il a pris le « taureau par les cornes » s’impliquant fortement, sa profession lui permettant de trouver des sponsors. Membre régional de la fédération, passionné, il trouve sa plus grande satisfaction dans les résultats sportifs, qui sont excellents.

8-José Villarés.JPG

Heureux retraité de la Régie des Angles, José Villarés a mis son temps libre au service des autres. Après avoir arpenté les stades de rugby avec l’entente Cerdagne Capcir où son caractère fort le mettait sur le devant de la scène, il est un élément actif et discret des restos du cœur. Une volonté d’aider les plus démunis à mieux vivre dans cette société difficile.

9-Etienne Buscail.JPG

Anglois pure souche, comme les truites sauvages qu’il aime taquiner dans les ruisseaux et lacs des hauts cantons, Etienne Buscail a pris des responsabilités à la Fédération de Pêche. Président de la « truite Capcinoise », il œuvre au développement de la pêche en montagne, par l’alevinage, l’entretien des cours d’eau. Une passion qui a rejoint la raison.

10-Georges Riveill.jpg

Après une carrière dans l’artillerie anti aérienne, Georges Riveill a retrouvé son village des Angles. Depuis il s’implique dans la vie locale, par un mandat de conseiller municipal durant lequel il a présidé la régie. Depuis 1995, président du club 3è âge, il a redynamisé cette association. Bouger, s’occuper des autres, un beau moyen pour se tenir en forme et avoir des contacts.

11-Dédé Munoz.JPG

Dédé Munoz a été le premier moniteur diplômé de la station des Angles, ce qui lui a valu le titre de « Dédé la spatule ». Passionné par la nature de sa montagne catalane qu’il parcourt inlassablement, disciple du botaniste André Baudière, il est incollable sur les plantes et champignons médicinaux qu’il veut réunir dans une flore. Il rédige la feuille botanique du bulletin municipal.

12-Stéphanie Prudentos.JPG

Habitant en Capcir depuis une quinzaine d’années, Stéphanie Prudentos est fortement impliquée dans la vie associative du pays. Secrétaire de l’école de musique, membre du conseil d’administration du ski club fond Capcir et de l’association « temps danse ». Pour elle la vie associative est importante et elle donne bénévolement de son temps pour que cela perdure.

13-Marcel Tuzet.jpg

Natif de Formiguères, Marcel Tuzet a toujours été impliqué dans la vie locale. Conseiller municipal, sapeur pompier volontaire, vice président de la société de pêche. C’est dans le ski, sa passion, qu’il s’est le plus impliqué. Président du ski club local durant 16 ans, il a participé à l’éducation sportive des jeunes qui a conduit nombre d’entre eux au monitorat de ski.

14-Jenny Morgan-Wood.JPG

Originaire de la région de Kent, en Angleterre, Jenny Morgan-Wood a découvert le Capcir en vacances. Elle gère avec son mari le gîte d’étape la « Dressere »  à Formiguères et est un membre actif de l’association Loisir culture du village. A son initiative, une fresque de mosaïque sur la vie du village, œuvre collective a été réalisée par la section peinture de l’association.

15-Guy Pairulo.JPG

Enfant de Serdinya, Guy Pairulot a exercé le métier d’épicier ambulant. Durant une quarantaine d’années il a parcouru les routes du canton d’Olette et des villages des Garotxes où il était toujours le bienvenu. Un contact permanent avec les gens du pays qui lui a permis de lier de nombreuses amitiés. Aujourd’hui, pour servir ces habitants, son fils a repris le flambeau. Guy est correspondant de  notre journal.

16-magali Deixonne.JPG

Depuis 15 ans, Magalie Deixone, est salariée de l’Office du Tourisme de Mont-Louis. Le cadre de vie, l’intérêt du métier demandant polyvalence et adaptabilité, le contact avec les gens, la motivent. Titulaire du diplôme de guide national, elle conduit des visites guidées en alternance avec sa mission d’accueil. Son intérêt, participer au développement des hauts cantons.

17-Marc Trilles.jpg

Membre actif du comité des fêtes de Matemale, Marc Trilles a une passion, la chasse. Celle-ci l’a conduit à prendre la présidence de l’association de chasse locale. Un plaisir qu’il fait partager aux jeunes chasseurs. Un de ses objectifs forts, est de tout mettre en œuvre pour que la chasse en montagne reste un loisir populaire accessible à tous.

18-Claude Huert.jpg

Vosgien d’origine, Claude Huert, moniteur de ski de fond et accompagnateur montagne, s’installe en Capcir il y a 32 ans. En 1993, des raisons de santé l’amènent à créer l’entreprise « Montagne et Transport », ce qui lui permet de garder le contact avec le public. Reconnu aujourd’hui dans le monde du transport, c’est un  superbe aboutissement, avec le plaisir de travailler en équipe,

19-Andréa Courtin.jpg

Accueillir, informer, renseigner, est le lot quotidien d’Andréa Courtin salariée du multiple rural (poste et office du tourisme) de Matemale. Le contact avec la clientèle locale et touristique, est ce qui lui fait apprécier sa mission. Une situation privilégiée pour être informée et relater la vie du village dans l’Indépendant dont elle est la correspondante locale.

20-Caroline Jacquet.JPG

C’est le travail qui a amené Caroline Jacquet à poser ses valises à Puyvalador. Guide saisonnier à la grotte de Fontrabiouse, elle utilise sa formation de danseuse flamenco pour animer des spectacles contes et danses. Passionnée par les animaux elle souhaite devenir assistante vétérinaire. Elle est impliquée dans la vie locale par un mandat municipal dans son village d’adoption.

29/10/2012

Ségolène Neuville soutient la Perle cerdane

visite, perle, social, travail


Médecin de profession, la députée Ségolène Neuville, impliquée dans la défense de la Perle Cerdane, a visité l’établissement. guidée par son directeur et un membre du conseil d’administration.

C’est dans les pas du directeur et d’un membre du conseil d’administration que la député Ségolène Neuville a découvert la Perle Cerdane qui a subi un arrêté de fermeture de l’hébergement, pris par le Préfet des PO. Les enfants sont transportés, matin et soir au Centre des Escaldes pour y passer la nuit. Un déplacement qui pose des problèmes aux enfants, perte de repère, temps de transport, hébergement en chambre double pas toujours appropriée. Hébergement et transport entraînent un coût de dépenses supplémentaires de 700 000 €.

Construire : l’ALEFPA pensait que l’ARS souhaitait fermer l’établissement, l’ARS quand à elle attendait une proposition chiffrée de l’investissement. Des incompréhensions que la député a levées : « il n’y a aucun blocage de l’ARS (Agence Régionale de Santé) et du Préfet, qui comme nous, souhaitent maintenir une activité pédiatrique en Cerdagne. La construction d’un pôle hébergement doit être rapidement engagée ». Pour cela, l’ALEFPA qui gère la Perle doit investir dans un projet raisonnable. C’est ce qui est envisagé par la structure gestionnaire. « nous travaillons sur un permis de construire qui sera déposé fin novembre début décembre avec début des travaux en avril 2013 » annonce Christophe Paillard, directeur de la Perle. Un programme de 6 millions d’Euros centré sur l’hébergement. Le projet global de 18 millions d’euros serait mis de côté car il n’est pas réalisable aujourd’hui, par manque de financements.

Consolider le médico social : « ne vous y trompez pas, s’il n’y avait pas eu de changement, depuis 6 mois des établissements romeufontains  seraient fermés et la perle aurait perdu 50 lits » affirme Ségolène Neuville. L’activité est de qualité et permet de maintenir l’emploi. « ici nous faisons de l’excellence depuis longtemps » confirme le Christophe Paillard. Pour Joaquim Casanovas, « il faut consolider le médico-social en travaillant en lien avec des associations qui œuvrent dans ce secteur ».

Une rencontre constructive avec la décision de  travailler sur le projet médical avec l'ensemble des acteurs de la Perle Cerdane, et notamment les médecins, pour mettre en valeur les prises en charge sur les questions de l'obésité et du diabète

visite, perle, social, travail

Jean Calvet administrateur de l’ALEFPA, Georges Armengol Conseiller Général,  Daniel Delestré maire d’Osséja, Ségolène Neuville député, Christophe Paillard directeur de la Perle, Jaaquim Casanovas conseiller sanitaire au Conseil Général.

 

 

 

03/02/2012

Ces habitants du Capcir qui ont marqué l'année 2011

Culture, arts, sport, vi sociale et associative, la vie du territoire et de leur commune est influencée par leur investissement personnel au service de tous. Retour sur celles et ceux qui ont marqué l’année 2011, à leur manière.

 

Francine Guiraud.jpgFrancine Guiraud Samson, les Angles

Présidente de l’association « mémoire’Angles », elle œuvre à la sauvegarde du patrimoine et à la mémoire des anciens. Collecte de photos, papiers de famille, souvenirs, des documents conservés à la maison Petxique. J’adore mon village natal, je connais tour le monde, je m’intéresse à la vie des anciens, pour revivre ma mémoire d’enfant.

 



Claude Michel.JPGClaude Michel, les Angles

Président du club de l’Aventure, qui organise le festival du même nom, accueillant des aventuriers de tous bords durant une semaine en janvier, qui apportent leurs aventures dans le monde entier, nous font rêver et parfois suscitent des vocations parmi les jeunes. Une vitrine pour la station, des rencontres qui intéressent habitants et vacanciers.

 



Claudie Perrin.JPGClaudie Perrin, Formiguères

Présidente de l’association intercommunale de sauvegarde de la chapelle de Villeneuve, elle œuvre avec des bénévoles pour la rénovation, la vie cultuelle et culturelle de la chapelle. Outre les 3 « aplecs », l’association organise durant l’été des concerts et conférences, et propose de visites guidées de la chapelle.

 



Georges Wursteisen.JPGGeorges Wursteisen, Cabestany et Capcir

Architecte, après un début sur le littoral avec Candilis, il a exercé une bonne partie de son activité dans les hauts cantons. Respectueux de la nature, il a été président du comité de liaison pour l’environnement. C’est aussi un membre fondateur en 1972 du Centre Ecole de Ski de fond du Capcir, discipline qu’il pratique encore à 77 printemps.

 



Monique Laberty.JPGMonique Laberty, Railleu

Garrotxine pur sang, native et habitante de Railleu où elle a exercé durant 3 ans son activité d’institutrice, elle est aussi membre fondatrice de l’association Garrotxes Conflent. Luttant pour un accès routier sécurisé, elle participe à l’animation culturelle, la mise en valeur du patrimoine et l’accueil de nouveaux habitants.

 



Lucien Mitjaville.JPGLucien Mitjaville, Ayguatebia

Natif et vivant à Ayguatebia, il a assuré durant 55 ans la fonction de maire. Premier mandat « par hasard » en 1957, amoureux de son village, il a assumé sa tâche contre vents et marées. Décoré de la Légion d’Honneur par le ministre des collectivités territoriales, c’est un moment fort en émotions qui récompense un investissement au service de tous.

 



Lilian Olive.JPGLilian Olive, Les Angles

Blessé du rugby qui l’éloigne des stades il découvre le triathlon, sport ludique. Avec le club les Angles Triathlon qu’il préside, il a donné au triathlon du Capcir une renommée internationale avec en particulier « l’altriman » considéré comme le plus dur au monde. Le club c’est aussi une école de triathlon qui prépare de jeunes compétiteurs locaux à devenir les champions de demain.

 



Tierry Vergés.JPGThierry Vergés, Matemale

Gérant d’une auberge familiale, n’a pas oublié ses origines paysannes. Président de l’association « les pieds sur terre », il œuvre à la valorisation de la culture de la pomme de terre de montagne marquée parc, et à la mise en marché au travers de la fête de la patate en automne. Octobre 2012, c’est le 20è anniversaire.

 



Corine et Marcel Pérarnaud.jpgCorinne et Marcel Pérarnaud, Formiguères

Paysans fermiers, comme ils se définissent, ils gèrent une exploitation de vaches laitières et allaitantes. Sur leurs pâturages, pas d’engrais chimiques, que du fumier des vaches pour protéger la biodiversité. En 2011 ils ont reçu le premier prix des prairies fleuries au niveau du département et de la chaîne des Pyrénées.

 

Alexandre Artaud.JPGAlexandre Artaud, Rieutort

Gérant de gîte, passionné de pêche à la mouche, ancien président de la société de pêche en Capcir, il est le défenseur d’une étique de la pêche sportive. Avec ses collègues et la fédération de pêche, il s’est impliqué dans la mise en place de parcours no kil (sans tuer) en Capcir, favorisant la pratique de la pêche en rivière.

 



Véronique Gomez.JPGVéronique Gomez, Formiguères

Présidente de l’association « loisir et culture », qui œuvre à l’animation de la vie du village toute l’année. Des actions qui s’adressent à tous les publics, tous âges, vacanciers ou habitants. Aidée par les adhérents et l’animatrice municipale, elle met son énergie au service des autres, une belle philosophie.

 



Norbert Canjuzan.JPGNorbert Canjuzan, Mont-Louis

Président de l’association « moto club plein pot », passionné et pratiquant de la moto tout terrain (cross, trial, enduro), il anime bénévolement le circuit de Bolquère, qui accueille de nombreux compétiteurs dont l’équipe de France et a pour objectif la création d’une école de mini moto, et d’une section moto au lycée de Font-Romeu.

 



Jean Brice Leroy.jpgJean Brice Leroy, Capcir

Gardien du refuge de Camporells, montagnard averti, c’est un homme stratégique pour la vie du massif. Conseils et secours aux randonneurs, accueil au refuge, protection de l’environnement du site, autant de missions qu’il accomplit hiver comme été pour le plus grand plaisir des amoureux de la montagne.

 



Lucien Marc.JPGLucien Marc, Espousouille

Préside l’association école de musique Capcir Haut-Conflent, qui initie à la musique et la pratique d’instruments enfants et adultes. Une mission de service public, aidée par des communes et le département, avec la volonté de maintenir un enseignement de qualité, à un tarif non prohibitifs, et ils sont une soixantaine à en bénéficier.

 



Simon et Martin Fourcade.JPGSimon Martin Fourcade, La Llagonne

Frères et enfants de la Llagonne,  empreints de la même passion, le biathlon, ils se soutiennent dans l’effort, et cet hiver, ont à leur palmarès de superbes podiums internationaux. Bien calés dans leur vie et leur sport, ce sont de merveilleux symboles positifs pour les jeunes des hauts cantons, sportifs ou pas.

 

Valérie Janny.JPGValérie Janny, La Llagonne

Musicienne, elle anime la chorale « l’air de rien » et met au service du groupe ses compétences musicales, qui vont jusqu’à la réalisation des arrangements des partitions. Chanter a capella, et à plusieurs, c’est un partage d’énergie et de plaisir, que le groupe qu’elle dirige, fait partager au public lors des concerts.

 



Béatrice Garcia.jpgBéatrice Garcia, La Llagonne

Ancienne compétitrice de ski de fond et élève du sport étude à Font Romeu, présidente du club de ski nordique Capcir Haut-Conflent, elle participe au développement de la pratique auprès des jeunes et leur transmet sa passion pour ce sport de plaisir. Avec ses bénévoles actifs, le club organise des compétitions dont la célèbre traversée du Capcir.

 



Virginie Garcia.jpgVirginie Garcia, Matemale

Le rugby, petite elle y est tombée dedans, au travers de ses parents. Elle n’est ni sur le stade, ni sur le devant de la scène, mais son poste de secrétaire est fondamental pour le club local, le RACC, qui aujourd’hui réunit 180 licenciés de l’école de rugby aux équipes séniors femmes et hommes. Un engagement apprécié par tous.

 



Jean Francois Pellicer.JPGJean François Pellicer, Les Angles

Chef du centre de secours des sapeurs pompiers de son village, il est pompier volontaire depuis 34 ans. Au départ, c’était une envie de participer à la vie de la commune en rendant service à la population. Beaucoup de disponibilité, de professionnalisme, de gestion, et une belle satisfaction du service rendu à autrui.

 



Marie Josée Pastor, Monique Di Napoli.JPGMarie Josée Pastor, Monique Di Napoli Matemale

Elles ont mis à profit le temps libre que leur laissait leur retraite pour s’impliquer dans la vie du village. Depuis février 2011, elles animent la bibliothèque municipale. Autour du livre, elles organisent des animations enfants, des conférences pour le plus grands, facilitant l’accès à la culture aux 42 lecteurs inscrits.

10/01/2012

"C'est ensemble que nous réussirons

IMG_3119.JPG


C’est le leitmotiv déclamé par Florence Dabosi, nouvelle édile de la commune lors de ses vœux à la population.

Ils étaient nombreux les habitants de Puyvalador-Rieutort à honorer l’invitation aux vœux de leur municipalité. Allant droit au but, la Maire rappelait « Depuis trois ans, la commune de Puyvalador-Rieutort est en instabilité politique au niveau des élus municipaux. 2011 riche en rebondissements et expériences, nous a permis de constituer une nouvelle équipe ». La tâche est grande, et les difficultés à surmonter importantes, mais l’équipe en place est prête à redresser la barre. Avec un nouveau directeur de régie (Jean Luc Aguzou), le deuxième adjoint impliqué dans cette structure (Jean Pierre Barthés), un directeur compétent et un personnel impliqué, la station de ski reste ouverte. L’usine à  neige qui avait brulé a été réhabilitée « grâce à l’aide financière et morale du conseil général, des neiges catalanes et de la communauté de commune Capcir/Haut-Conflent » que Florence Dabosi remercie au passage. Certes la commune va devoir prendre en compte le passif, mais la motivation des élus, leur implication collective doit permettre d’aller de l’avant. Une bonne nouvelle, le centre de vacances va rouvrir dès février. C’est l’association accueil loisirs catalans qui est chargée de son fonctionnement et de sa gestion. « c’est le fruit du travail de mon prédécesseur, Gérard Andrillo », précise l’élue.

Un buffet convivial clôturait cette cérémonie.

 

IMG_3120_modifié-1.jpg

                  de nombreux habitants étaient présents aux vœux de la nouvelle municipalité.

09:52 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voeux, maire, puyvalador

23/09/2011

"Feu les Pompiers"

pompiers, feu, secours, caserne


Sur demande du directeur du SDIS (Service Départemental d’Incendie et Secours), le Préfet a dissous le corps de sapeur pompiers de Matemale. Pompiers et municipalité ont célébré cette mort programmée.

Après un dépôt de gerbe symbolique au monument aux morts, Raymond Trilles, maire du village, prends la parole «perdre un service public dans une commune, est un moment grave. Les sapeurs pompiers sur le village, c’est un service de proximité qui a mobilisé de nombreux habitants au secours des hommes et des biens ». Cette décision prise sans concertation avec les pompiers et la municipalité est difficile à accepter par les locaux, même si elle intervient après une démission de six pompiers sur huit. « c’est une situation inadmissible. Je vais proposer au conseil municipal de créer un corps de sapeurs pompiers autonome sur la commune » précise le maire.

But atteint : depuis la démission du chef de corps en 2009, refusée durant six mois puis acceptée mais sans aucun entretien de la hiérarchie avec l’intéressé, le contact est rompu. « c’est silence radio depuis deux ans » précise le nouveau chef de corps. « il a fallu se battre pour que le poste de chef de corps soit maintenu, et nous sentons bien que depuis, nous sommes marginalisés ». Les six derniers mois, par manque d’effectif et perte de motivation, le centre de secours n’a pu faire face à toutes les sollicitations d’intervention. « lorsque nous avons commencé à faire des refus, la hiérarchie ne s’en est pas inquiété, aucune réaction ». Juin 2011, sans concertation ni information, le camion citerne feux de forêt basé à Matemale est transféré ailleurs « sans cet outil, nous ne servons plus à rien ». C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, le nouveau chef de corps démissionne et dans la foulée six pompiers sur huit. Là encore, tout se fait par courrier et mail, le corps est dissous, aucun contact humain, aucun questionnement sur cette décision collective de démission, les pompiers matemalais ont« l’impression que l’objectif est atteint ».

Drôle de pratique : l’arrêté de dissolution pris, le local pompier de Matemale est visité incognito et photographié par un émissaire de la direction. Puis, dernier épisode, quatre pompiers missionnés viennent récupérer le matériel. « heureusement que nous avons changé le code de la porte, car ils auraient tout emporté et on aurait retrouvé le local vide ». Un élu local s’opposant à la récupération du matériel communal, s’est vu enfermé dans le vestiaire. Les ex pompiers n’ont pu que constater l’enlèvement du matériel, des archives, des vêtements jusqu’aux chaussettes. 

Tous ces évènements laissent un goût d’amertume aux es pompiers, qui déplorent le manque d’écoute, de concertation, de solidarité, d’esprit de corps, qui faisait la force de ce groupement au sein duquel aujourd’hui, les volontaires s’épuisent. Une question se pose. Avec qui fonctionnera la future caserne du Capcir (qui devait regrouper les centres de secours des Angles, Formiguères et Matemale). Plus de pompiers volontaire à Matemale, six aux Angles dont quatre vont partir en retraite, une douzaine à Formiguères…

 

pompiers, feu, secours, caserne

ex pompiers et municipalités réunis pour constater les dégâts.

10:37 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pompiers, feu, secours, caserne

09/07/2011

Un tigre dans le ciel du Capcir

tigre, armée, essais, hélicoptère

Dernier modèle de la série, l’hélicoptère militaire TIGRE HAD (Hélicoptère Appui Destruction), réalise ses essais moteur en altitude sur l’aérodrome de la Quillane jusqu’au 13 juillet.

tigre, armée, essais, hélicoptèreDernier né des hélicoptères militaires, fabriqué par la Société Eurocopter filiale d’EADS, ce modèle améliore les performances de son prédécesseur qui opère actuellement en Afghanistan. 500 kg de masse au décollage en plus, deux nouveaux moteurs plus performants (15 % de puissance supplémentaire), possibilité de tirer de nouveaux missiles. Un appareil capable d’être en appui des troupes au sol, mais aussi armé pour le combat aérien. Après des essais moteurs réalisés à Marignane, c’est l’aérodrome de la Quillane qui a pris le relai pour les essais en altitude. Un programme orienté vers la simulation de pannes moteur à différentes hauteurs par rapport au sol.

Exercice sur site : pour que ces essais soient validés, toute une série de mesures et detigre, armée, essais, hélicoptère réactions à la panne vont être réalisés sur site. Le vent doit-être inférieur à 3 nœuds, la température supérieure à 14 degrés, l’expérimentation en dessous de 500 pieds, car au-delà, les pales du TIGRE se mettent en autorotation et l’engin peut se poser normalement. Toutes ces manœuvres sont réalisées par un ingénieur navigant d’essai et un pilote d’essai du fabricant, puis par un tandem identique mais issu du centre d’initiation en vol de la DGA (Direction Générale de l’Armement). Un camion télémesure tigre, armée, essais, hélicoptèrecontrôle au sol tous les paramètres moteurs et les communique au pilote. Dans le même temps, il vérifie force du vent et température pour la validation des essais. Thomas Gaborit de l’OCCAR, organisme international qui a contractualisé le programme TIGRE pour le compte de trois nations (Allemagne, Espagne, France) est aussi présent « mon rôle est de vérifier que l’argent engagé va permettre de remplir le contrat de qualification et de certification de l’engin ». Basé la nuit sur la base militaire de Sainte Léocadie, accueilli le jour à la Quillane, avec les pompiers locaux mobilisés en cas d’accident, un environnement qui ravit Nicolas Mare, responsable des essais aux sols « l’infrastructure est adaptée, l’accueil excellent, de bonnes conditions climatiques ». Il ne reste plus qu’à attendre le verdict des experts, qui s’ils valident les essais, confirmeront l’exaltation du représentant du fabricant.

Mission à risques

Fabrice Bonne pilote d’essai du constructeur est conscient que « ces essais moteur sonttigre, armée, essais, hélicoptère à risque, car on doit démontrer la capacité de l’appareil à atterrir et décoller avec un moteur en panne dans des conditions extrêmes ». Son partenaire, Vicente Gomez, ingénieur pilote d’essai, décide des coupures de moteur « je préviens Fabrice il doit réagir dans la seconde qui suit l’information, pour reconstituer une situation réelle de panne ». Côté DGA, Alain Lescoudron ingénieur navigant d’essai et Patrick Lanteri pilote d’essai conscients du risque encouru, prennent le relai « notre mission est de vérifier que l’industriel réalise les essais conformément au règlement de certification en vigueur. Puis, en vol, nous contrôlons un certain nombre de points réalisés ».

 

tigre, armée, essais, hélicoptère

les pannes moteur simulées en vol et la réaction des pilotes  de l’hélicoptère permettent de valider l’opérationnalité du TIGRE.