12/08/2013

Pêche en lac de montagne : plaisirs divers

lac de Matemale.jpg


Constellées de lacs, les hautes terres catalanes, font le bonheur des pêcheurs, quelque soit leur mode de pratique.

lac de Balcère.jpgPêcheur depuis la nuit des temps, l’homme est passé de la pêche nourricière à la pêche loisirs. Certains, allant jusqu’à pratiquer  le « no kil », technique qui consiste à ferrer le poisson sans émerillon, pour ne pas le blesser,  puis le remettre à l’eau.

Des pratiques il n’y a pas une pêche, mais des pêches, et à chacune d’elle, correspondent des lacs. Le sportif qui ne rechigne pas à marcher, choisira les lacs du Carlit, des Camporells ou du Lanoux. Le pêcheur qui en famille recherche la tranquillité, se posera au bord d’un lac facile d’accès. Il choisira les lacs de Matemale, Puyvalador ou des Bouillouses. Celui qui veut absolument ne pas rentrer bredouille, pêchera au lac de Balcère aux Angles ou à celui de l’olive à Formiguères.

Des poissons c’est la truite qui est la reine des Lacs de montagne. La fario Carença, souche autochtone, est reproduite en pisciculture pour aleviner les lacs. Exception, l’arc en ciel Bouillouses, introduite il y a un siècle, se reproduit naturellement. La fédération de pêche et ses association locales, alevinent, réaménagent des frayères, déversent des truites adultes dans les lacs.

Une règlementation la pêche est un loisir plaisir. Elle est règlementée, quant aux appâts, à la taille des truites, aux modes de pêche, aux périodes de pratique, a la possession d’une carte. Pour pratiquer ce beau loisir sans souci, renseignez vous auprès des commerçants, offices de tourisme ou sur le site de la fédération. Bonne pêche

Pratique

Procurez vous la carte de pêche par internet ou dans les commerces spécialisés. Il vous en coûtera de121-2177 1_IMG_modifié-1.jpg 15 à 69 € selon la carte choisie. La carte loisirs est à 5 € pour les enfants, à 30 € pour les femmes.

La maille est de 25 cm, 30 cm au lac des Bouillouses

Les étangs du Carlit sont ouverts à la pêche le mercredi, samedi, dimanche et jours Fériés. Pour les autres lacs c’est tous les jours.

Apprendre à pêcher Marc Ribot www.pecheralamouche.com , Thierry Couasnon www.peche-terre-catalane.com , Jean Luc Belou www.belou-peche.com . www.peche66.org

21 août,  initiation gratuite à la pêche organisée aux Bouillouses par la fédération départementale de pêche

Tout savoir sur la pêche dans les PO  www.peche66.org

Acheter sa carte de pêche par internet  www.cartedepeche.fr

 

lac des Bouillouses.jpg

a chaque lac, une pratique de pêche, et toujours du plaisir

20/06/2013

Il faut sauver le "AA"

le AA avant démontage.jpg


Avec ses 108 ans, le sardinal dénommé « AA », a subi les outrages du temps. L’association « Bonança » a décidé de le réhabiliter et de le faire naviguer. Un pari engagé que l’association souhaite gagner.

C’est en 1905 que ce bateau de pêche est construit dans les ateliers Bonafos à Banyuls. Avec un tirant d’eau de 0.80 m, 10.80 m de longueur, 2.90 m de largeur, son port d’attache sera le Barcarès, ses principaux patrons Louis et Maurice Frances. Gréé d’une voile latine, il est équipé d’un moteur Baudouin en 1926. Il pratique la pêche à la sardine jusqu’en 1970. Utilisé ensuite pour la plaisance, il sera entreposé dans une darse au Barcarès. Voué à la destruction, l’association Bonança le récupère et décide de le réhabiliter, pour le faire naviguer à nouveau.

Valeur patrimoniale : si les barques catalanes ont des lignes semblables, sont construites en bois, le AA avant démontage (2).jpgavec un faible tirant d’eau, elles sont toutes différentes et uniques. Chaque charpentier de marine avait sa signature et utilisait un gabarit qu’il interprétait librement. Par contre, elles ont une particularité, l’emploi du gréement latin. Utilisé sur tout le pourtour méditerranéen, depuis le delta du Nil jusqu’au Maghreb et aux côtes d’Espagne, de France et d’Italie, il est composé d’une grande voile enverguée sur une antenne qui coulisse sur le mât. Cette voile triangulaire, appelée à l’origine « alla trina » (à trois pointes) et dite aujourd’hui voile latine, a joué un rôle primordial dans l'histoire des techniques de la voile. C’est elle qui est à l'origine de toutes les voiles axiales modernes. Son origine semble remonter à l’Antiquité grecque et dès le 6ème siècle, c’est la voile méditerranéenne par excellence. Le moteur à explosion a donné le coup de grâce aux voiles des  bateaux de pêche de petite taille, dont certains, comme la barque catalane, l'avaient conservé dans toute sa pureté originelle.

Un challenge : les barques catalanes portent le nom de « cassous « ou « bettes » pour les plus petits,démontage AA par l'équipe bonança.jpg « nacelles » ou « sardinals » pour les plus grands. Durant des années, les bateaux qui péchaient la sardine et l’anchois, ont navigué à la voile. Les marins qui les pilotaient étaient expérimentés et dotés d’une grande habileté. Dépassées par les nouvelles formes de pêche et les motorisations, ces barques ont été peu à peu « désarmées ». Devenues épaves sur les plages où elles pourrissent, la plupart seront brulées. Le long de la côte catalane, des associations de passionnés se sont mobilisées pour réhabiliter les rescapées et les faire naviguer à la voile sur mer et étang. C’est le cas de l’association Bonança, implantée sur le site de la fount del port de l’étang de Saint-Hippolyte. Une dizaine de bateaux de petites et moyenne taille, ont étés réhabilités et aujourd’hui l’objectif est la remise en état du sardinal « AA ». Pour cela Bonança a confié à  Jérémie Thiell, jeune charpentier de marine, aidé par les membres de l’association, la conduite et la réalisation de ce chantier.

Solidarité : entretenir et faire naviguer une flotte d’une dizaine de bateaux a un coût, que l’association maitrise avec ses fonds propres et l’aide financière des communes de Saint-Laurent de la Salanque, Saint Hippolyte et du Conseil Général des PO. Pour la réhabilitation du « AA », les fonds propres de Bonança ne suffiront pas. Ainsi est née l’idée de faire appel à la solidarité pour réunir matériaux et financements nécessaires à cette réhabilitation. La commune et la Régie des Angles ont répondu présent en offrant le pin sylvestre de la Matte. Philippe Gali, berger à Sansa, l’a transporté gracieusement. Vous pouvez participer à la sauvegarde de ce  monument  du patrimoine maritime catalan en devenant membre bienfaiteur de Bonança. Retrouvez les bénévoles de l’association,  dimanche 23 juin sur le marché de Saint Laurent, ou venez les rencontrer sur leur site le mercredi ou samedi matin. Des bouteilles de vin du Roussillon de la cave de Cases de Pene, au sigle de l’association sont aussi à la vente.

vue du site_modifié-1.jpg

21/08/2012

J'ai testé pour vous la pêche à la mouche

pêche avec le Tankara.jpg


Pas pris dans les filets de la pêche, par curiosité, j’ai décidé de tester une initiation à la pêche à la mouche, conquis.

Marc Ribot.JPGGuide de pêche depuis 1991, Marc Ribot est un spécialiste de la pêche à la mouche, et ardent défenseur du « No Kill » (prendre et relâcher le poisson). « les truites en rivière sont magnifiques, de pure souche. Il faut les préserver pour nos descendants ». L’homme est souriant, calme, je me détends. J’apprends qu’il y a différents types de pêche et différents types de pêcheurs. « la pêche, ce n’est pas compliqué. Il faut-être patient, humble, observateur, aimer la nature » affirme Marc en me présentant le matériel traditionnel. Une canne de 8 à 10 pieds (un pied vaut 30.5 cm), en fibre de carbone, un moulinet, une ligne synthétique, un bout de ligne où l’on vient fixer l’hameçon sans émerillon (pour ne pas blesser le poisson) et la mouche. Le geste deboite à mouches.JPG base, consiste à acquérir la technique pour pouvoir propulser la mouche. La mouche est une imitation d’un insecte naturel aquatique ou terrestre,  fabriqué avec des poils, des plumes et des matériaux synthétiques. Aujourd’hui, grande première, c’est avec un « Tankara » que va commencer l’initiation. Cette technique ancestrale japonaise, remise au gout du jour, apporte une grande simplicité dans le matériel et la technique de pêche. Une canne longue de 13 pieds, un bout de ligne fixe avec hameçon et mouche. « la technique de lancer est la même, la longueur de ligne constante facilite l’apprentissage pour un débutant » précise mon guide. Muni du « Trenka », je me lance, le bas de canne dans la main droite, la mouche en bout de ligne dans la gauche. Je fouette « de 9 h à 13 h », et propulse la mouche qui flotte sur l’eau. Au bout de quelques lancers, Marc me conseille, m’encourage. C’est vrai, avec ce IMG_1703.JPGmatériel, ce n’est pas difficile. Une truite gobe ma mouche, je la ferre et la ramène doucement vers moi. Je la décroche, l’observe quelques secondes dans ma main, et la remet à l’eau. Je suis fier de moi, l’impression d’avoir remporté une médaille d’or aux JO. Frédéric, originaire du Jura Suisse, initié par Marc à la pêche en 1993, pêcheur à la mouche aguerri, essaye le « Tankara ». Il est bluffé par la simplicité du maniement de la canne. « la pêche, ce n’est pas qu’une technique » explique Marc. « il faut savoir lire l’eau pour lancer la mouche au bon endroit, comprendre comment la truite se nourrit, la tromper avec une mouche artificielle adaptée, et lui rendre sa liberté en la remettant à l’eau ». Emoustillé par ma «prise », j’essaye le matériel classique, avec moins de bonheur. La rivière est magnifique, l’eau claire et fraîche, les truites ne cessent de « moucher ». Je suis calme, détendu, une belle découverte. Demain, je récidive.

 Pratique :

S’équiper : matériel moyenne gamme, comptez 150 € avec un Tankara, le double avec du matériel traditionnel.

Apprendre à pêcher :

Un stage d’initiation de 2 jours coûte environ 260 €.

La carte de pêche est obligatoire.

Trois guides professionnels dans les PO proposent des stages d’initiation et perfectionnement. Marc Ribot www.pecheralamouche.com , Thierry Couasnon www.peche-terre-catalane.com , Jean Luc Belou www.belou-peche.com .

Tout savoir sur la pêche dans les PO : www.peche66.org

Acheter sa carte de pêche par internet : www.cartedepeche.fr

 

11:21 Publié dans pêche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : truite, no kill, poisson

14/03/2012

Les pêcheurs Capcinois honorent leur doyen

IMG_6989.JPG


                           C’est le jeune Mattieu (3 ans) qui a remis le permis à Denis.

A l’occasion de l’ouverture de la pêche, les pêcheurs de l’association locale de pêche ont offert à Denis Escach leur doyen, la carte de pêche 2012.

 Réunis au « bistrot d’Aqui » de Matemale, les membres de l’Association Agréée pour la Pêche et les Milieux, nommée « la truite capcinoise », ont décidé d’honorer leur doyen, Denis Escach. Ils lui ont offert la carte de pêche pour la saison 2012. Cette association gère le domaine de pêche qui comprend le fleuve Aude, les rivières Galbe et LLadure, les lacs de Matemale et Puyvalador, le domaine des Camporells.

Sacré pécheur : avec ses 89 printemps, Denis Escach, habitant Matemale, continue à pratiquer la pêche, une passion qui l’habite depuis 77 ans. « je pêche depuis l’âge de 12 ans. C’est mon frère Noël, qui m’a appris à pêcher à la mouche et au fouet. Aujourd’hui, il y a beaucoup moins de poisson, mais je continue toujours à pêcher et j’y prends encore du plaisir ».

Un apéritif a clôturé cette amicale réunion.

11/03/2012

Pêche en Capcir : le froid rend la truite boudeuse

ouverture, truite, fario, rivière

Samedi matin, malgré le froid, ils étaient nombreux le long de l’Aude à taquiner la truite. Après une période de froid intense, et malgré le soleil qui était au rendez vous, les truites ont boudé l’appât des pécheurs. Mais, pas d’inquiétude, la pêche en rivière est ouverte jusqu’au 16 septembre, l’ouverture aux lacs de montagne à partir du 26 mai. Donc, si vous êtes rentrés bredouille, ce n’est pas grave, vous avez largement le temps de vous rattraper. Et puis, une balade matinale dans la nature c’est excellent pour la forme.

N’oubliez pas que pour pécher en rivière ou lac, une carte est obligatoire. Vous pouvez vous la procurer sur internet.

www.cartedepeche.fr

 

ouverture, truite, fario, rivière

La truite frileuse, n’a pas répondu aux sirènes des pêcheurs, sauf pour Gérard Cardot fier de sa prise, pas trop matinale.

11:02 Publié dans pêche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ouverture, truite, fario, rivière

04/03/2012

Les gardes-pêche particuliers des P.O. rassemblés aux Angles

IMG_6297_modifié-1.jpg


Réunis au sein d’une association, les guides de pêche particuliers des Pyrénées Orientales, ont tenu leur assemblée générale à l’Espace Bleu Neige aux Angles.

 Créée il y a quelques années, cette association regroupe la majorité des gardes pêches particulier (65 gardes), et a pour objet de les représenter au niveau départemental et de les accompagner dans leurs activités de terrain. C’est en quelque sorte un genre de syndicat professionnel. Selon leur qualification, les gardes peuvent intervenir au niveau local, sectoriel ou départemental.

L’agrément : il a été au cœur du débat. Pour être garde, il faut en faire la demande auprès d’une association locale de pêche. Celle-ci est soumise à l’agrément de son président. Puis suit une formation en deux modules. Le premier concerne le juridique et le judiciaire, connaissance du fonctionnement de la justice en France. Le deuxième aborde la fonction de police de la pêche, connaissance de la réglementation et méthode d’intervention sur le terrain. Le Préfet donne son agrément et le tribunal d’instance assermente le garde.

Des bénévoles : Les gardes sont bénévoles, hormis quatre gardes salariés par la fédération pêche. Celle-ci prend en charge les frais de formation, la fourniture des tenues et les frais de déplacement ou de panier le cas échéant.

Le débat a concerné aussi la mise en place d’un programme de contrôle des pêcheurs et de surveillance de la pêche. Ce programme définit l’intervention du garde. Vérification de la carte de pêche, de la taille et du nombre de poissons péchés, le lieu de pêche. Une intervention qui se doit d’être très diplomate, les pêcheurs n’acceptant pas toujours facilement les contrôles.

Avec la vente des cartes de pêche par internet, la fédération compte en 2011 12000 pêcheurs dont 1800 à la journée, un chiffre en progression.

Des élections du conseil d’administration, voit le jour un nouveau président Jean Pierre Pilart et confirme au poste de  trésorier Antoine Ramos et à celui de secrétaire Michel Comas.

 

M Comas, JP Pilart, A Ramos.jpg

réunis aux Angles, les gardes pêche particuliers ont tenu leur assemblée générale et élu leur nouveau bureau Michel Comas, Jean Pierre Pilart, Antoine Ramos.

17/12/2011

"les produits sauvages" un livre témoin de la vie du PNR

sauvage, faune, flore, livre, c

le « coscoll » à l’honneur sur la couverture des produits sauvages

Consacré aux produits sauvages, ce nouvel ouvrage nous entraîne dans le sillage des cueilleurs, des chasseurs et des pêcheurs du Parc naturel régional. Un périple égrainé de rencontres atypiques et de confidences gourmandes.

Co-édité par le Parc naturel régional des Pyrénées catalanes et les Nouvelles Éditions Loubatières, ce beau livre sur la cueillette, la chasse et la pêche dans le PNR vient clore la collection Savoirs et saveurs des Pyrénées catalanes. « J’ai voulu que ce 3e tome montre la réalité de ce pays montagnard et brosse un portrait juste de ses habitants », précise Christian BOURQUIN, Président du Parc, à l’initiative de cette aventure éditoriale commencée il y a quatre ans. « Ce que j’aime avant tout c’est la fierté catalane qui se devine à chaque page ».

Des traditions Ici des chasseurs, des pêcheurs et des cueilleurs, d’ordinaire si jaloux de leur science, parlent avec générosité de leur pays, que ce soit le Capcir, la Cerdagne ou le Conflent auquel ils sont viscéralement attachés. La quête vertigineuse du « coscoll », la poursuite haletante de l’isard, la traque interminable de la truite fario ou la transformation de plantes offrent mille occasions de s’immiscer dans l’intimité d’un territoire sauvage. Au fil de l’écriture, des conversations et des portraits, se révèlent des savoir-faire, des terroirs, des pratiques et des secrets culinaires.

Un triptyque Après L’élevage (2009) et Les légumes et les fruits (2010), ce livre clôt un triptyque réalisé comme une enquête sur les traditions populaires et les initiatives locales que perpétuent les habitants. L’ensemble de ces trois volumes constitue un pan important de la mémoire orale des gens d’ici, que le Parc naturel régional se doit de perpétuer et faire connaître.

« les produits sauvages »  est en vente depuis décembre 2011 dans les librairies des Pyrénées-Orientales, des villes du Sud (Toulouse, Bordeaux, Montpellier, …), de Paris (FNAC) et d’ailleurs. Il sera présenté dimanche 18 décembre à la salle des fêtes de Villefranche de Conflent dans le cadre du 7è marché aux truffes. Paul Delgado photographe du livre et Delphine Julien instigatrice de cet évènement seront présents.