25/07/2013

Chapeau neuf pour l'église de Réal

ardoise, llose, couverture, toit


Le toit de l’église Saint Romain d’Antioche de Réal n’était plus étanche. La commune a réuni le budget pour le reconstruire à « l’ancienne » réglant de belle manière le problème.

C’est en 893 que mention de l’église apparaît pour la première fois dans une bulle du pape de l’époque « l’église de Réal et ses dépendances relèvent de l’abbaye Jacou dans le Rebenty ». Le toit de cette église romane était devenu friable et il était urgent de le refaire.

ardoise, llose, couverture, toitSurprises en déposant le toit, stupeur. Une partie du mur sud daté du 11ème, était en train de s’écrouler. Consolidé en 2012, c’est au tour du toit d’être réhabilité. La Llose de pays récupérée, a été retaillée durant l’hiver par le couvreur, posée à sec et clouée sur cale. Une technique qui demande un savoir faire que maîtrise depuis 60 ans  Auguste Germain Cathala, aidé par le personnel de l’entreprise Arcatura. Bruno Morin architecte du patrimoine, formé à l’école de Chaillot l’affirme « cette technique est plus longue, mais plus fiable dans le temps. Une fois calée et clouée, on peut marcher sur la llose sans souci. Elle permet aussi une bonne ventilation de la volige ». Le clocher mur était aussi porteur de sensations, mais celle-ci positives. « il devait-être recouvert de llose, mais on a trouvé un glacis de mortier étanche ancien et deux hampes de croix, autour de la croix principale » précise le maître d’œuvre ». Le glacis a été restauré et les trois croix conservées.

Dur, dur financement le coût de l’opération est de 75 000 € HT. « pour boucler le plan de financement, cela n’a pas été simple. Après un long périple et grâce à l’intervention de la député Ségolène Neuville, nous y somme arrivés » révèle Jules Pesqué, adjoint au maire. La fondation du patrimoine a abondé de 5000 € et Jean Paul Alduy (alors sénateur) de 10 000 € sur sa réserve parlementaire. Le conseil général vient d’accorder une aide de 33 800 € au travers d’un AIT (Aide à l’Investissement Territorial). Enfin une souscription qui a rapporté 7 000 €, boucle le plan de financement.

L’église est visitable les mercredis de l’été de 15 h à 18 h.

 

ardoise, llose, couverture, toit

la maîtrise de l’art de la pose d’ardoise, donne un beau résultat

24/06/2013

les stages "pierres sèches" du parc naturel régional

IMG_3615.JPG


Apprendre à réhabiliter, reconstruire un mur en pierre sèche, retrouver les gestes ancestraux, c’est ce que vous propose le parc durant les stages programmé durant le deuxième semestre 2013.

IMG_6174_modifié-1.jpgPour la 3e année consécutive, le Syndicat mixte du Parc naturel régional des Pyrénées catalanes, organise une session de six stages de construction en pierres sèches. Jusque-là réservés aux agents techniques des mairies, ils s’ouvrent aux professionnels bénéficiaires de la marque « Accueil/Produit du Parc », et même à toute la population pour une date.

Initiation ou perfectionnement, ces stages sont encadrés par deux artisans-formateurs et se déroulent sur deux jours. Après une première approche en salle sur les techniques de construction, les participants vont ensuite sur le terrain restaurer un mur de soutènement. L’objectif du Parc est de transmettre un savoir-faire ancestral et de contribuer, peu à peu, à la remise en état d’un important patrimoine agricole.

Cette année, en plus des stages, le Syndicat mixte du parc envisage l’édition d’un ouvrage consacré à la construction en pierre sèche, pour une meilleure connaissance de notre patrimoine bâti et des techniques de rénovation existantes.

Inscriptions : 04 68 04 97 60

Renseignements : www.parc-pyrenees-catalanes.fr

Les dates programmées :

Escaro 27 et 28 juin

Formiguères 4 et 5 juillet

Sainte-Léocadie 10 et 11 juillet

Sainte-Léocadie 12 juillet (ouvert à tous les habitants)

Les Angles 11 et 12 septembre

Thuès-entre-Valls 3 et 4 octobre

IMG_3644.JPG

06/03/2013

Portrait d'ici : Jean François, ostréiculteur

Jean-François.jpg

Vous aimez les coquillages, ne vous en privez pas durant votre séjour en montagne. Producteur d’huitres et de moules sur le bassin de Thau, Jean François, depuis 12 ans, vends une partie de sa production en Cerdagne Capcir. « je fais tout de A à Z, depuis l’élevage jusqu’à la vente. Je suis heureux de produire et vendre directement ma production aux consommateurs. J’apprécie le contact avec les gens et suis fier lorsqu’ils reviennent et me font part de leur plaisir, c’est une belle récompense ».

De septembre à avril, toutes les semaines et quelque soit le temps, Jean François est présent le samedi matin à Formiguères, le samedi après midi à Font-Romeu, le dimanche matin à Saillagouse.

Contact 06.14.95.01.81.

01/09/2012

Vacher, un métier de rêve...?

IMG_1508.JPG

Jacques le vacher de la Mouline

Jacques est le vacher du groupement pastoral « la Mouline » sur le territoire d’Olette et Nohèdes. Il a en charge un troupeau de 150 vaches et 120 veaux. « c’est ma neuvième saison. Autrefois je travaillais dans un domaine viticole  en salanque. J’ai toujours eu des animaux autour de moi, et je rêvais de faire des estives ». Surveiller les vaches, soigner les malades, les blessées, ramener les veaux éloignés de leur mère, regrouper le troupeau en lui apportant du sel, sont le cœur du métier « je suis le regard de l’éleveur sur les troupeaux en estive ». Un métier exigeant, qui demande une présence continue. Jacques monte en estive à partir du 1 juin jusqu’au 15 novembre. Il reste sur place durant la saison, et descend un jour par semaine pour se ravitailler. « j’adore la solitude, et pourtant c’est la solitude du métier qui pose souvent le plus de problèmes ». Pour téléphoner, il fait 11 km aller/retour. Un métier aussi de rencontres « tout le monde me demande si j’ai vu l’ours, ou le loup ». Beaucoup de promeneurs aimeraient faire ce métier, mais Jacques est dubitatif « ce n’est pas un week-end en montagne, c’est six mois consécutifs, quelle que soit la météo . pour moi, c’est une passion ». Et s’il reconnaît que « le travail n’est pas difficile », il demande toutefois « une bonne connaissance des animaux ». Cavalier, il passe une bonne partie de son temps à cheval. Les vaches en montagne gardent leur corne, cela leur permet si besoin de se défendre. Les cloches à leur cou permettent de les repérer si elles s’éloignent du troupeau ou si elles ont un accident. Ses nuits, il les passe dans un refuge relativement rustique, équipé de douche et wc. « j’ai un sens de l’inconfort tout à fait exceptionnel. C’est pour cela que je suis heureux dans ce métier ». Une philosophie positive, qui n’empêche pas Jacques d’affirmer « le métier fait rêver, mais il faut le vivre ».

17:07 Publié dans métier | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vaches, gardien, estive

27/08/2011

Marion Rivière, sculptrice animalière à Réal

IMG_7821_modifié-1.jpg

Sculptrice sur marbre et bronze, spécialisée dans l’art animalier, Marion Rivière expose une partie de ses œuvres à Réal. Après un périple qui l’a conduite à Carrare en Italie, la vile internationale de la sculpture, où elle s’est posée sept ans pour perfectionner son art, elle décide, il y deux ans, d’installer son atelier à Réal. Un véritable retour aux sources dans la maison familiale, où enfant elle venait passer ses vacances chez sa grand-mère. Passionnée de nature, de flore, de faune, elle s’est tout naturellement orientée vers la sculpture animale, et s’est installée au cœur du plateau du Capcir. Elle expose ses œuvres dans des galeries françaises et internationales. Cet été, le village de Réal a la chance de pouvoir accueillir quelques une de ses sculptures. Venez les découvrir à la salle communale le mardi, jeudi et samedi de 15 h à 18 h 30. L’entrée de l’expo est gratuite. Si vous le lui demandez, Marion peut vous faire visiter son atelier.

Découvrez les œuvres de Marion sur le site www.marionriviere.monfruit.fr

visiter l’atelier de Marion, c’est prendre conscience du niveau de son art.

12/08/2011

Jean François Delage a la fibre montagnarde

 

préfet, communauté, emploi, chantier

S’il connaît la montagne catalane pour l’avoir arpentée en raquettes ou ski de fond l’hiver, le Préfet Jean François Delage était en visite officielle en Capcir/Haut-Conflent, répondant à l’invitation de Raymond Trilles président de l’intercommunalité.

préfet,communauté,emploi,chantierAccompagné par Alice Coste Sous Préfète de Prades, et Zinédine Alla, élève de l’école polytechnique en stage à la Préfecture des PO, le Préfet était accueilli par les élus locaux de Capcir et Haut-Conflent. Un périple au départ de La Cabanasse, rencontre et échange avec les stagiaires du chantier d’insertion forêt « ce chantier va permettre à des jeunes de trouver des solutions d’emploi et nous les aiderons pour cela ». Puis visite des remparts de Mont-Louis en réfection, passage par le chalet accueil du Col de la Llose et enfin découverte de la scierie et de la déchetterie intercommunales. Des sites et des actions qui comptent dans le développement local et dont l’investissement est aidé par l’Europe, l’Etat, la Région et le Département. « je viens me rendre compte de la réalité des actions que mènent les élus sur le terrain. Je relève deux aspects importants et complémentaires. Le développement touristique basé sur le ski de fond, et la mise enpréfet,communauté,emploi,chantier valeur du patrimoine ». Deux aspects sur lesquels, le Préfet souhaite que l’Etat intervienne. Réalisation d’un stade de biathlon et perspective d’un chantier d’insertion autour de l’entretien des fortifications. Mais ce qui a le plus marqué le Préfet, c’est la scierie intercommunale « je suis favorablement impressionné par le développement progressif de la filière bois. Une vraie richesse, une matière première qu’il faut valoriser ». Là on est bien dans le développement durable avec un circuit court. Le bois provient des forêts locales, il est débité sur place et utilisé par les artisans locaux, les déchets sont valorisés en bois déchiqueté et approvisionnent la chaufferie qui desservira les bâtiments de la zone artisanale et alimente l’unité de séchage du bois. « c’est une belle initiative de plus créatrice d’emploi ».

A propos de l’intercommunalité Jean François Delage précise « j’ai proposé aux communes du département un schéma concernant l’intercommunalité. Les communes ont délibéré et donné un avis en date du 03 août. J’ai transmis la totalité de ces avis sans commentaires, ni synthèse, à la CDCI (Convention Départementale de Coopération Intercommunale). Ce sont les membres de cette structure qui apprécieront l’opportunité du choix. Concernant Cerdagne Capcir, si la CDCI vote à la majorité qualifiée pour deux communautés, je ne peux m’y opposer. Je rappelle toutefois qu’avant le 31 décembre 2011, toutes les communes doivent-être intégrées dans une intercommunalité, c’est la loi et je la ferai respecter ».

 

préfet,communauté,emploi,chantier

 

une visite instructive qui favorise les échanges

Jean François Delage a la fibre montagnarde

préfet, métier, durable, économie

S’il connaît la montagne catalane pour l’avoir arpentée en raquettes ou ski de fond l’hiver, le Préfet Jean François Delage était en visite officielle en Capcir/Haut-Conflent, répondant à l’invitation de Raymond Trilles président de l’intercommunalité.

préfet, métier, durable, économieAccompagné par Alice Coste Sous Préfète de Prades, et Zinédine Alla, élève de l’école polytechnique en stage à la Préfecture des PO, le Préfet était accueilli par les élus locaux de Capcir et Haut-Conflent. Un périple au départ de La Cabanasse, rencontre et échange avec les stagiaires du chantier d’insertion forêt « ce chantier va permettre à des jeunes de trouver des solutions d’emploi et nous les aiderons pour cela ». Puis visite des remparts de Mont-Louis en réfection, passage par le chalet accueil du Col de la Llose et enfin découverte de la scierie et de la déchetterie intercommunales. Des sites et des actions qui comptent dans le développement local et dont l’investissement est aidé par l’Europe, l’Etat, la Région et le Département. « je viens me rendre compte de lapréfet, métier, durable, économie réalité des actions que mènent les élus sur le terrain. Je relève deux aspects importants et complémentaires. Le développement touristique basé sur le ski de fond, et la mise en valeur du patrimoine ». Deux aspects sur lesquels, le Préfet souhaite que l’Etat intervienne. Réalisation d’un stade de biathlon et perspective d’un chantier d’insertion autour de l’entretien des fortifications. Mais ce qui a le plus marqué le Préfet, c’est la scierie intercommunale « je suis favorablement impressionné par le développement progressif de la filière bois. Une vraie richesse, une matière première qu’il faut valoriser ». Là on est bien dans le développement durable avec un circuit court. Le bois provient des forêts locales, il est débité sur place et utilisé par les artisans locaux, les déchets sont valorisés en bois déchiqueté et approvisionnent la chaufferie qui desservira les bâtiments de la zone artisanale et alimente l’unité de séchage du bois. « c’est une belle initiative de plus créatrice d’emploi ».

A propos de l’intercommunalité Jean François Delage précise « j’ai proposé aux communes du département un schéma concernant l’intercommunalité. Les communes ont délibéré et donné un avis en date du 03 août. J’ai transmis la totalité de ces avis sans commentaires, ni synthèse, à la CDCI (Convention Départementale de Coopération Intercommunale). Ce sont les membres de cette structure qui apprécieront l’opportunité du choix. Concernant Cerdagne Capcir, si la CDCI vote à la majorité qualifiée pour deux communautés, je ne peux m’y opposer. Je rappelle toutefois qu’avant le 31 décembre 2011, toutes les communes doivent-être intégrées dans une intercommunalité, c’est la loi et je la ferai respecter ».

 

préfet, métier, durable, économie

une visite instructive qui favorise les échanges