20/06/2013

les enfants de l'école de musique font leur festival

 

DSC02669_modifié-2.jpg

A l’issue d’un nouveau cycle de 9 mois, les enfants de l’école de musique Capcir, ont présenté individuellement ou en groupe le résultat musical du travail accompli, à leurs parents et amis.

DSC02655_modifié-1.jpgC’est à la salle du Capcir des Angles que s’est déroulée cette manifestation musicale ludique. A tour de rôle, seuls ou en groupe, classique ou non, les enfants ont présenté au  public venu nombreux toute l’étendue de leur riche répertoire. Un public conquis qui a apprécié ce moment de musique variée et enlevée. Guitares, pianos, violons, batterie, ont mélodieusement guidé le fil du spectacle. Les professeurs ont mis la main  à la corde, pour accompagner si besoin ces musiciens en herbe. Morceaux classiques, danse slave, blues, rock, pop, reggae, jazz, métal, tous les courants musicaux se sont exprimés, montrant le large répertoire travaillé durant ce cycle.

Des émotions fortes, de la joie, une belle après midi festive pour ce concert à l’orée des vacances

DSC02679.JPG

DSC02646_modifié-1.jpg

Il faut sauver le "AA"

le AA avant démontage.jpg


Avec ses 108 ans, le sardinal dénommé « AA », a subi les outrages du temps. L’association « Bonança » a décidé de le réhabiliter et de le faire naviguer. Un pari engagé que l’association souhaite gagner.

C’est en 1905 que ce bateau de pêche est construit dans les ateliers Bonafos à Banyuls. Avec un tirant d’eau de 0.80 m, 10.80 m de longueur, 2.90 m de largeur, son port d’attache sera le Barcarès, ses principaux patrons Louis et Maurice Frances. Gréé d’une voile latine, il est équipé d’un moteur Baudouin en 1926. Il pratique la pêche à la sardine jusqu’en 1970. Utilisé ensuite pour la plaisance, il sera entreposé dans une darse au Barcarès. Voué à la destruction, l’association Bonança le récupère et décide de le réhabiliter, pour le faire naviguer à nouveau.

Valeur patrimoniale : si les barques catalanes ont des lignes semblables, sont construites en bois, le AA avant démontage (2).jpgavec un faible tirant d’eau, elles sont toutes différentes et uniques. Chaque charpentier de marine avait sa signature et utilisait un gabarit qu’il interprétait librement. Par contre, elles ont une particularité, l’emploi du gréement latin. Utilisé sur tout le pourtour méditerranéen, depuis le delta du Nil jusqu’au Maghreb et aux côtes d’Espagne, de France et d’Italie, il est composé d’une grande voile enverguée sur une antenne qui coulisse sur le mât. Cette voile triangulaire, appelée à l’origine « alla trina » (à trois pointes) et dite aujourd’hui voile latine, a joué un rôle primordial dans l'histoire des techniques de la voile. C’est elle qui est à l'origine de toutes les voiles axiales modernes. Son origine semble remonter à l’Antiquité grecque et dès le 6ème siècle, c’est la voile méditerranéenne par excellence. Le moteur à explosion a donné le coup de grâce aux voiles des  bateaux de pêche de petite taille, dont certains, comme la barque catalane, l'avaient conservé dans toute sa pureté originelle.

Un challenge : les barques catalanes portent le nom de « cassous « ou « bettes » pour les plus petits,démontage AA par l'équipe bonança.jpg « nacelles » ou « sardinals » pour les plus grands. Durant des années, les bateaux qui péchaient la sardine et l’anchois, ont navigué à la voile. Les marins qui les pilotaient étaient expérimentés et dotés d’une grande habileté. Dépassées par les nouvelles formes de pêche et les motorisations, ces barques ont été peu à peu « désarmées ». Devenues épaves sur les plages où elles pourrissent, la plupart seront brulées. Le long de la côte catalane, des associations de passionnés se sont mobilisées pour réhabiliter les rescapées et les faire naviguer à la voile sur mer et étang. C’est le cas de l’association Bonança, implantée sur le site de la fount del port de l’étang de Saint-Hippolyte. Une dizaine de bateaux de petites et moyenne taille, ont étés réhabilités et aujourd’hui l’objectif est la remise en état du sardinal « AA ». Pour cela Bonança a confié à  Jérémie Thiell, jeune charpentier de marine, aidé par les membres de l’association, la conduite et la réalisation de ce chantier.

Solidarité : entretenir et faire naviguer une flotte d’une dizaine de bateaux a un coût, que l’association maitrise avec ses fonds propres et l’aide financière des communes de Saint-Laurent de la Salanque, Saint Hippolyte et du Conseil Général des PO. Pour la réhabilitation du « AA », les fonds propres de Bonança ne suffiront pas. Ainsi est née l’idée de faire appel à la solidarité pour réunir matériaux et financements nécessaires à cette réhabilitation. La commune et la Régie des Angles ont répondu présent en offrant le pin sylvestre de la Matte. Philippe Gali, berger à Sansa, l’a transporté gracieusement. Vous pouvez participer à la sauvegarde de ce  monument  du patrimoine maritime catalan en devenant membre bienfaiteur de Bonança. Retrouvez les bénévoles de l’association,  dimanche 23 juin sur le marché de Saint Laurent, ou venez les rencontrer sur leur site le mercredi ou samedi matin. Des bouteilles de vin du Roussillon de la cave de Cases de Pene, au sigle de l’association sont aussi à la vente.

vue du site_modifié-1.jpg

18/06/2013

Palabres d'aqui, saison 2

188-8846_IMG.JPG


Ateliers créatifs, parcours découverte, rencontres débat au menu de cette nouvelle saison de « palabres d’aqu’i », organisée par le parc naturel régional des Pyrénéens Catalanes.

Les « palabres d’aqui », est un moyen pour le parc de parler du projet en devenir du territoire, tel que décrit dans sa charte. A travers rencontres, échanges, la population locale est associée à ce projet et s’y implique. C’est aussi une rencontre entre les salariés du syndicat mixte du parc et les habitants.

La première saison, qui s’est déroulée ce printemps, a réuni plus de 200 participants. Les thèmes abordés concernaient le tourisme durable, le patrimoine Vauban, l’évolution des paysages. La deuxième, propose neuf rendez vous à la fois sérieux et ludiques. Au travers de randonnées, de virées en vélo électrique, ou suspendus dans les arbres, vous êtes conviés à observer les paysages, parler des patrimoines, échanger sur la bio diversité sur fond de développement économique et durable. Une manière originale pour les habitants du parc de s’exprimer sur la perception et l’avenir de son territoire. Un sujet important, au cœur de l’actualité du parc qui vient d’achever la rédaction de sa charte. Un document contractuel qui concerne 67 communes adhérentes et programmé pour 12 années à venir.

Les « palabres d’aqui », c’est sympa, ludique, éducatif et gratuit.

 

Le programme :

pont Gisclard.jpgMercredi 19 juin à Planés : « catacric, catacrorc, el tren grog ».

Voyage dans le temps à pied, à la découverte de ceux qui ont fait la ligne du train jaune et construit ses ouvrages d’art. Un après midi conduit par Pierre Cazenove auteur des « carnets du train jaune ».

Samedi 22 juin à Cornellá-de-Conflent : « des mots qui tombent à pic » 

Atelier d’écriture sur la montagne sacrée du Canigó

Samedi 29 juin à Mosset : « Melting pot »

Création d’une œuvre florale en land’ art sur le thème de la biodiversité

Samedi 6 juillet à Matemale : « Odyssée verte dans la forêt de la Matte »

Atelier suspendu dans les arbres sur le thème de la forêt

Samedi 6 juillet à Bourg-Madame « A vélo électrique on dépasse le Train Jaune ». Balade sur lecanigou.jpg thème des paysages et des ressources locales

Vendredi 12 juillet à Sainte-Léocadie : « Pierre sèche au musée »

Initiation à la construction en pierres sèches

Jeudi 18 juillet à Formiguères : « Laissez-vous conter fleurette »

Rencontre avec des agriculteurs sur leur métier

Vendredi 19 juillet à Railleu : « Murmures de murs »

Visite commentée par un architecte du patrimoine du village de Railleu

Vendredi 26 juillet à Sainte-Léocadie « Fabrique un hôtel et invite des p’tites bêtes ». Atelier autour du potager et des insectes qui l’habitent

 

Pour suivre l’actualité des Palabres d’aquí

http://blog.parc-naturel-pyrenees-catalanes.com

Inscription (gratuite) 04 68 04 97 60

Forêt de la matte.JPG

13/06/2013

le village est propre

DSC02615_modifié-1.jpg

Voilà plus de 20 ans disent les uns, plus encore disent les autres, enfin voilà quelques années qu’au printemps, la communauté villageoise de Matemale se mobilise pour faire un brin de toilette à son environnement. Certes le village est entretenu, bichonné, débroussaillé par l’équipe communale, mais dans les coins et recoins, il reste tout un tas d’intrus, tels papiers de bonbons, morceaux de plastiques, mégots de cigarettes… jusqu’à parfois quelques monstres.  Destinés à la déchetterie, ils  se sont échoués dans un recoin, en attendant le printemps, qui est enfin arrivé, même si on a parfois l’impression de ne pas être encore sortis, de l’hiver.

Ils étaient nombreux dès neuf heures réunis sur la place du village, munis de gants et de sacs poubelles, à se répartir le travail. La pluie menaçante et le match de rugby n’a pas gommé le plaisir de se retrouver pour un toilettage municipal. A midi, et cela fait aussi partie de la tradition, la municipalité remerciait les participants en leur offrant une cargolade. La pluie battante s’invitant, le bar du village « le bistrot d’aqui » accueillait gentiment les mangeurs d’escargots. Cerise sur le gâteau, après diner, les passionnés du ballon ovale ont pu revoir le match. Tout compte fait la pluie, ce n’est que de l’eau…

DSC02624_modifié-1.jpg

01/06/2013

les mom's en fête

P5150516.JPG


Dimanche 2 juin, une vingtaine d’ateliers ludiques sont proposés aux enfants de Cerdagne Capcir, par le ski club Capcir Haut-Conflent.

IMG_5641.JPGC’est la troisième édition de mom’ en fête qui s’animera dimanche 2 juin de 10 h à 15 h, sur l’espace détente devant la mairie de la Llagonne. Cette année le ski club Capcir Haut-Conflent qui organise l’évènement, a mis en place une vingtaine d’ateliers ludiques, festifs, avec de belles émotions positives garanties. Balade à dos d’âne, tyrolienne, maquillage, jeux d’habileté, ateliers créatifs, concours de dessein, peinture, jeux géants de société, tournoi de foot, course en sac, tir à la corde, casse au trésor… et plus encore sont au rendez vous.

Portes ouvertes : tous les enfants du territoire sont invités. Nul besoin d’être adhérent du ski club, ni de s’inscrire pour participer à cette journée de fête. Venez, vous êtes les bienvenus. Une participation de 6 € par enfant est demandée pour toute la journée. Sur place pour vous restaurer, il vous sera proposé sandwichs, grillades, crêpes.

Les parents sont aussi invités. Ils pourront participer à certains jeux.

A dimanche…

P5150493.JPG

Que corri la veu, un festival interculturel

groupe amane.jpg


Pour sa deuxième édition, le festival interculturel « Que corri la veu » remet le couvert pour une rencontre haute en couleur entre culture catalane et culture amazigh.

Du 1er au 19 juin le Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes et le Pays Terres Romanes vous invitent à voyager. De concerts en contes, bercés par le théâtre ou le cirque, rencontrez culture catalane et amazigh (berbères d’Afrique du nord).

Quel programme : le lancement des festivités est programmé ce samedi 1 juin, à Campôme à partir de 20 h. Musique traditionnelle de rue avec « la Masca », arabo andalouse avec « Amane ». « Projet Lafaille » et la « cobla Tres Vents » mêleront leurs instruments pour une musique inattendue. Le 4 juin à Osséja (20 h), place au théâtre avec les « folies berbères », qui nous révèlent la possibilité d’une histoire commune qui renaît. Le 6 juin, à la Llagonne, à 16 h, spectacle land art des enfants de l’école. A 18 h, conte musical Touareg par Hamed Bouzzine (enfants à partir de 7 ans). Le 8 juin à Esthoer, le 9 à Escaro, à 16 h, les enfants (à partir de 5 ans) découvriront le spectacle mêlant théâtre gestuel, cirque, clowns, du groupe barcelonais « Katraska ». La compagnie « le ventre à Paroles » présente le 12 juin à 16 h à Puyvalador, un conte musical. Le projet Lafaille et la cobla Tres Vents seront présents à Eyne le 15 juin. Ce même jour à 21 h à Mantet, concert du groupe catalan « Llamp te frigui ». Pour conclure, le 19 juin à 16 h à Font-Romeu, la compagnie « la Chouing » présente un spectacle drôle et funèbre, ainsi soit-il.

Un projet culturel financé par Conseil Général et Régional, la DATAR, le Parc, ma SHEM et la bijouterie Calvet.

Plus de renseignements : www.terredeparoles.coop/spip.php?article77   

30/05/2013

Le moulin "del magre" réhabilité

IMG_2782_modifié-1.jpg


Elus et « Garotxis » ont trinqué avec émotion à la réhabilitation de ce patrimoine bâti, témoignage d’une vie agricole intense et encore active au début du 20è siècle.

IMG_2771_modifié-1.jpgCessant son activité en 1912, le moulin à farine de Sansa, implanté à côté de la rivière Cabrils était un élément important de la vie agricole des Garotxes. Vivant en autarcie de la terre et de l’élevage, les habitants apportaient au  moulin le blé qu’ils produisaient. Chaque maison avait son four à pain. Pierre Franck maire de Sansa et son conseil municipal décident en 2010 de réhabiliter ce patrimoine dégradé et laissé à l’abandon. Positionné sur un circuit pédestre balisé, le moulin réhabilité n’est plus en fonctionnement, mais est ouvert aux randonneurs qui peuvent le visiter.

Tous d’accord : tous les élus qui ont pris la parole ont salué la conservation de ce patrimoine qui faitIMG_2790_modifié-1.jpg partie de l’histoire locale. Jean Louis Alvarez, conseiller Général du canton d’Olette, se souvient « j’avais huit ans, avec ma grand-mère, on est descendus au moulin de Nyers moudre un sac de blé, c’était en 1956 ». Jean Paul Alduy, président de la communauté d’agglomération Perpignan Méditerranée apprécie « je suis architecte de formation et j’ai l’impression que ce moulin a toujours été dans cet état. Un travail d’orfèvre dans le respect des techniques ancestrales ». Hermeline Malherbe, présidente du Conseil Général affirme sa volonté de « faire vivre les territoires, solidairement, en faisant le lien entre le monde urbain et rural. Agriculture et tourisme sont deux piliers forts de notre économie départementale et créateurs d’emploi ». Le Sénateur François Calvet l’affirme « dans ce territoire la bataille entre le rat des villes et le rat des champs, c’est fini. Ce petit village a une histoire et des valeurs à transmettre ». La député Ségolène Neuville, à l’Assemblée Nationale défend « la montagne et la ruralité. Il faut favoriser les circuits courts, cette belle vallée doit vivre ».

Les deux parlementaires affirment aussi leur volonté d’abonder avec la réserve parlementaire pour aider financièrement les Garotxes. Une proposition saisie au bond par le maire de Sansa qui a des projets à réaliser sur son village.

Les travaux en chiffre : l’AICO (Association d’Insertion du canton d’Olette), a réalisé la réhabilitation du moulin. Sur les 35 000 € investi dans cet aménagement, le Conseil Général des PO a accordé une aide de 60 % et Jean Paul Alduy, alors Sénateur, a abondé de 20 % provenant de sa réserve parlementaire.

IMG_2779_modifié-1.jpg