22/09/2013

Coup de jeune pour les vieilles pierres

IMG_7784_modifié-1.jpg


Le Parc naturel régional, a ouvert ses formations « pierres sèches », aux professionnels bénéficiaires de la marque Parc et aux associations.

Préserver et mettre en valeur, le patrimoine bâti, retrouver les gestes « justes », les savoirs faire, mis au point par nos anciens, sont les objectifs de ces stages de formation.

Ouvrir réservées dans un premier temps aux employés des communes et communautés de communes du territoire, le parc a décidé d’ouvrir ces formations aux professionnels bénéficiaires de la marque Parc et aux associations qui œuvrent dans l’environnement et le patrimoine.

Deux jours durant deux journées, encadrés par deux professionnels (Alain Mattieu et Gaétan Billés), les stagiaires apprennent les bases d’une technique oubliée, qu’ils mettront en œuvre dans leur environnement professionnel ou personnel. A l’issue de ces deux journées, les stagiaires seront  opérationnels pour la construction de petits murets.

Pratique

Les stages sont gratuits. Deux autres sessions sont programmées. 26/27 septembre à Formiguères, 3/4 août, à Thues-entre-Valls.

Pour vous inscrire  tél 04.68.04.97.60.

Renseignements www.parc-pyrenees-catalanes.fr

Ce qu'ils en pensent

Jonathan Balaguer.jpg"J’ai appris de belles choses"

Jonathan Balaguer, agent technique à Bolquère « en contrat jeune, dans ce cadre, je participe à des stages de formation qui me seront utile dans mon travail. Les bases que j’apprends aujourd’hui, me permettront de construire des petits murets. L’ambiance est sympa, le travail fatigant, on remue beaucoup de cailloux. J’ai appris de belle choses ».

 

Grégory Gamet.jpg"Une belle découverte"

Gregory Gamet, saisonnier aux espaces verts aux Angles « je n’avais jamais construit de mur en pierre sèche. C’est donc une belle découverte. Je vais pouvoir mettre en pratique cet apprentissage, dans l’embellissement du village. Cela demande réflexion et habileté, pour allier stabilité du mur et esthétique. Je m’applique à cela et je me régale ».

 

Marcel Pomerole, André Modat.jpg"Les formateurs sont au top"

Marcel Pomerole, André Modat membres de l’association Mémoire Angles      « nous souhaitons participer au projet communal, de réhabilitation du village abandonné de Balcère. Ce stage nous permettra de restaurer quelques murets. Les formateurs sont au top, et on a appris les points clés de la construction, surtout ce que l’on doit éviter de faire ».

 

"C’est un travail esthétique"

Sia Artaud.jpgSia Artaud, hébergeur marqué parc à Rieutort « mon hébergement est une maison en pierre de 1800. Autour de la bâtisse, il y a un mur de soutènement qu’il serait intéressant de restaurer, le stage va me le permettre. Je suis étonnée qu’il n’y ait pas plus de femmes, c’est un travail esthétique. Un stage intéressant utile pour mon travail d’accueil »



IMG_7803_modifié-1.jpg


18:38 Publié dans formation, patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pierre, mur, bâti

13/09/2013

le parc naturel régional dévoile les secrets des bâtisseurs

rempart Mt Louis et Canigou.jpg


Dans le cadre des Journées du patrimoine, le Parc naturel régional des Pyrénées catalanes organise des chantiers et des visites autour du patrimoine bâti.

 Des forteresses militaires, aux villages traditionnels, l’utilisation de la pierre demeure multiple et omniprésente. Pour lutter contre la disparition de ces témoignages d’une vie passée, le parc s’emploie à les préserver et les valoriser, au travers de stages de formation qui perpétuent les savoir faire.

mur pierres cèches (2).JPGMurs en pierre les constructions participent à l’identité paysagère et architecturale des paysages catalans, et à son attractivité touristique. Certaines, tels les murs en pierre sèche qui abritent insectes et rongeurs, ont un rôle dans le maintien de la biodiversité. Le parc depuis trois ans, organise des initiations a la construction en pierre sèche.

Rendez vous dans le cadre des journées du patrimoine, le parc organise deux animations autour de la pierre. Vendredi 13 et samedi 14 septembre, au musée de Cerdagne à Ste Léocadie,  l’entreprise d’insertion « El Mener » de Sahorre, restaurera un des murets de la vigne. Venez observer, questionner les artisans etéchauguette Mont Louis_modifié-1.jpg assister à une démonstration de taille de pierre. Le Musée organise, samedi et dimanche, des visites accompagnées de découverte des expositions, du jardin-potager ainsi que des réserves (entrée libre). Samedi 14, à Evol, de 9 h à 17 h, participez à un stage d’initiation à la construction en pierres sèches. Guidés par un artisan-formateur agréé, apprenez les gestes techniques, tout en bâtissant un muret de soutènement. Limité à 12 personnes, le stage est gratuit et il est indispensable de vous inscrire.

Le parc est impliqué dans la gestion des forteresses Vauban, reconnues par l’UNESCO. Des visites guidées de Mont-Louis et Villefranche sont organisées durant ce week-end, par les offices du tourisme et le CNEC. A noter l’exposition

sur les travaux de restauration et de conservation de Mont-Louis menés cet été dans le cadre d’un chantier international de bénévoles avec l’association Concordia, coordonné par le Parc avec le soutien de la DRAC, de la Mairie et du CNEC.

Renseignements musée 04 68 04 08 05 www.pyrenees-cerdagne.com  Parc 04 68 04 97 60 ou contact@parc-pyrenees-catalanes.fr Mont-Louis  04 68 04 21 97 ou www.mont-louis.netVillefranche04 68 96 22 96 ou www.villefranchedeconflent.fr

31/08/2013

Vol à voile, une école de la vie

cours, voler, apprentissage


L’association aéronautique de la Llagonne, forme des jeunes au brevet de pilote de planeur, une belle initiative couronnée de succès.

L’aérodrome de la Quillane est connu pour son altitude (le plus haut d’Europe), et ses conditions aérologiques complexes, liées à la haute montagne. A côté des activités de découverte du vol à voile, et des vols de performance réalisés par ses membres, c’est aussi une école de formation. Tous les ans, 4 à 5 jeunes acquièrent le brevet de pilote de planeur.

cours, voler, apprentissageLa formation  si l’apprentissage au pilotage dépend de chaque élève, cela tourne en moyenne autour de 40 h de vol. La formation se séquence en trois temps forts. Le brevet théorique aborde météo, mécanique du vol, aérologie, procédures, réglementation. Au 2/3 du cursus, le jeune est « lâché », c'est-à-dire qu’il effectue son premier vol en solo. Le brevet de pilotage, vient conclure la démarche formative, après 10 atterrissages et un vol d’une heure, le tout en solo. « piloter un planeur, cela demande de la volonté et beaucoup d’intelligence dans le schémas perception, réaction. Il faut prendre la bonne décision » affirme Henri Castanet, président du comité départemental de vol à voile, précisant  « l’école de voile est l’antichambre de nombreux débouchés professionnels dans l’aéronautique ».

Un coût la formation complète coute environ 2500 €. Les jeunes de moins de 25 ans peuvent recevoir une bourse de 1450 €, attribuée par le Conseil Général et la fédération de vol à voile et ses instances départementales et régionales. Le comité départemental a signé une convention « aérojob » avec un pool d’entreprises qui proposent aux stagiaires de plus de 18 ans, un travail d’été durant un mois, qui leur permet de compléter le financement de la formation.

Renseignements  06.72.34.57.69.  www.planeur-la-llagonne.com

Les jeunes pilotes et un planeur, seront présents et répondront à vos questions, le 21 septembre, à la journée multisports organisée par le Conseil Général à la maison des sports à Perpignan.

 

Ils suivent ou ont suivi la formation

 

"Un choix professionnel"

Elina de Perpignan, 16 ans et demi « je souhaite devenir pilote de ligne, et j’ai été orientée vers la formation de pilote de planeur. C’est une belle école d’apprentissage. Cela m’a confirmé dans mon choix d’avenir professionnel. J’ai fait mon premier vol en solo le 10 juillet et je prépare le brevet. C’est passionnant de voler, chercher les ascendances, un vrai plaisir ».

 

cours, voler, apprentissage

"Une véritable passion"

Pablo, du Soler, 15 ans en octobre « j’ai découvert l’aéronautique au collège du Soler, à partir de la sixième. Premier vol en moto-planeur à la Llabanère, une découverte qui est devenue une passion. Je suis en formation à la Quillane, j’ai été lâché après 28 h de vol, un grand jour pour moi. Je suis ravi, je poursuis vers le brevet. Je souhaite travailler dans l’aéronautique ».

 

cours, voler, apprentissage

"Une sensation de légèreté"

Vincent de Toulouse, 19 ans « mes parents travaillent à Airbus. Depuis l’âge de 13 ans, je fais des stages de pilotage d’avions. Un stage de planeur ici, l’an dernier a été déterminant. De beaux vols, survol de la chaîne des Pyrénées. Voler sans moteur, c’est une sensation de légèreté, plus impressionnante qu’en avion. Je me destine à être architecte, mais je continue à voler »

 

cours, voler, apprentissage

"Des sensations fantastiques"

Guilhem de Bages, 17 ans « je suis passionné depuis tout petit par les avions. Arrivé au planeur par hasard, après un vol d’initiation en moto planeur, j’ai testé un vol en planeur sur cet aérodrome. Des sensations fantastiques, le calme, le souffle de l’air sur les ailes. Aujourd’hui, je suis pilote breveté et je me spécialise. Je souhaite devenir mécanicien en aéronautique ».

cours, voler, apprentissage

25/07/2013

Les murumures de Railleu

Des habitants des Garrotxes se sont laissé conter l’histoire du village de Railleu à travers son architecture.

 

architecture, protection

Cette visite originale, est organisée par le Parc naturel régional des Pyrénées catalanes, dans le cadre des « Palabres d’aquí ». L’enjeu, est de sensibiliser les habitants à leur patrimoine, leur montrer qu’architecture traditionnelle et confort contemporain sont conciliables.

Une architecture : au fil de la balade, Bruno Morin, architecte du patrimoine, a apporté son regard technique et historique sur les constructions, enrichi par les anecdotes des habitants. Pour illustrer ses propos, il a utilisé cartes anciennes et documents d’archives.  Autant d’indices pour comprendre le Railleu d’aujourd’hui, déceler les richesses de son bâti. La forme de Railleu, est liée à l'histoire d'un premier village détruit au Nord, à la présence des moulins et des canaux. Le caractère singulier des maisons, découle de l’utilisation de roches et de savoir-faire typiques. Les petits détails du patrimoine, méritent d'être conservés et réhabilités, en conservant les traits de l'architecture locale.

D’autres rencontres : le Parc invite les habitants à poursuivre la discussion sur le devenir de leur territoire. Vendredi 26 juillet, de 14h30 à 17h30, au Musée de Cerdagne à Sainte-Léocadie, il sera question de biodiversité, avec la construction d’un abri pour les insectes. Samedi 27 juillet, de 9h à 12h, la rencontre portera sur les déplacements doux et les paysages de Cerdagne, lors d’une balade en vélo électrique depuis Bourg-Madame.

Inscriptions/renseignements : 04 68 04 97 60 - http://blog.parc-naturel-pyrenees-catalanes.com/

 

architecture, protection

                           Railleu, un village de caractère, bien préservé

24/06/2013

les stages "pierres sèches" du parc naturel régional

IMG_3615.JPG


Apprendre à réhabiliter, reconstruire un mur en pierre sèche, retrouver les gestes ancestraux, c’est ce que vous propose le parc durant les stages programmé durant le deuxième semestre 2013.

IMG_6174_modifié-1.jpgPour la 3e année consécutive, le Syndicat mixte du Parc naturel régional des Pyrénées catalanes, organise une session de six stages de construction en pierres sèches. Jusque-là réservés aux agents techniques des mairies, ils s’ouvrent aux professionnels bénéficiaires de la marque « Accueil/Produit du Parc », et même à toute la population pour une date.

Initiation ou perfectionnement, ces stages sont encadrés par deux artisans-formateurs et se déroulent sur deux jours. Après une première approche en salle sur les techniques de construction, les participants vont ensuite sur le terrain restaurer un mur de soutènement. L’objectif du Parc est de transmettre un savoir-faire ancestral et de contribuer, peu à peu, à la remise en état d’un important patrimoine agricole.

Cette année, en plus des stages, le Syndicat mixte du parc envisage l’édition d’un ouvrage consacré à la construction en pierre sèche, pour une meilleure connaissance de notre patrimoine bâti et des techniques de rénovation existantes.

Inscriptions : 04 68 04 97 60

Renseignements : www.parc-pyrenees-catalanes.fr

Les dates programmées :

Escaro 27 et 28 juin

Formiguères 4 et 5 juillet

Sainte-Léocadie 10 et 11 juillet

Sainte-Léocadie 12 juillet (ouvert à tous les habitants)

Les Angles 11 et 12 septembre

Thuès-entre-Valls 3 et 4 octobre

IMG_3644.JPG

01/03/2013

La belle Hélène : pisteur secouriste stagiaire

 

IMG_0888_modifié-1.jpg

Originaire de Toulouse, en stage de pisteur secouriste à la station de Puyvalador, Hélène prépare le test technique qui va lui permettre d’engager pleinement sa formation. Un métier passion, qui a germé doucement dans sa tête, un projet lié au plaisir de la pratique du ski, et à l’intérêt qu’elle porte aux personnes. « depuis toute petite, je skie sur cette belle station. C’est une activité sportive et ludique que j’apprécie particulièrement, et que je maitrise, ce qui est un bon point pour entrer en formation. En observant les pisteurs évoluer, porter secours aux accidentés du ski, en discutant avec eux de leur pratique, j’ai eu envie de faire ce métier. Mon stage me passionne, il est très varié, je me sens en confiance et il me permet de confirmer mon choix pour ce travail. Travailler dans un environnement extraordinaire et porter secours aux gens c’est vraiment mon projet, un métier très gratifiant » nous confie Helene nous gratifiant d’un sourire de bonheur.

15/01/2013

Association d'insertion du canton d'Olette : accompagner vers l'emploi

insertion, chantier, école


Crée en 2003, l’AICO mobilise énergie et savoir faire pour l’insertion durable de personnes confrontées à des difficultés sociales et/ou professionnelles.

Cette association sans but lucratif, a pris le relai de la charte intercommunale et est administrée par un conseil d’administration où siègent nombre d’élus locaux du canton. Son siège social et ses locaux sont installés à Olette, dans les bâtiments de l’ancienne gare du train jaune.

insertion, chantier, écoleMission claire : l’objectif prioritaire est l’insertion durable de personnes en difficultés sociales ou professionnelles, qui pour la plupart sont bénéficiaires des minima sociaux. Participation à un chantier, formation (remise à niveau générale, informatique, hygiène, santé et sécurité au travail), complètent la mise en place d’un projet professionnel personnel. Une démarche qui débouche souvent sur une formation adaptée au projet établi, qui n’est pas toujours lié à l’activité des chantiers. Plusieurs activités servent de support formatif et éducatif. L’environnement avec le balisage de sentiers de randonnée, l’entretien de canaux d’irrigation, le débroussaillage, la maçonnerie, la réhabilitation des abris et abords de la ligne du train jaune. Dernière née, la manufacture. A partir de matériaux recyclés, articles de bagagerie et de décoration sont réalisés. « le public AICO, du fait des activités proposées était essentiellement masculin. Avec la création de la manufacture, la porte s’est ouverte aux femmes, pour établir une réelle égalité des chances au sein de la structure » précise avec conviction Solange Rousseau chargée de communication et intervenante à la manufacture.

Un contrat : le recrutement des personnes passe par Pôle emploi, la maison sociale départementale,insertion, chantier, école la mission locale jeunes, trois structures Pradéennes, qui orientent le public correspondant aux critères des contrats aidés. Munies d’un contrat de travail de 24 à 26 h semaine, les personnes recrutées ont un statut de salarié de l’AICO, avec tous les droits et devoirs afférents à ce statut. Corinne Riera, la directrice, est claire « je crois vraiment à la réinsertion par le travail. Offrir un contrat de travail, c’est déjà un pas vers l’intégration professionnelle et sociale ». Le contrat peut aller jusqu’à deux ans, la moyenne s’établissant à 18 mois. L’objectif est de réinsérer les gens le plus rapidement possible, mais souvent, il faut du temps.

Quel budget : l’AICO est conventionnée pour accueillir 46 personne, accompagnées par une équipe de 14 permanents. Le budget qui s’élève à 1 100 000 € par an est abondé par des aides du Conseil Général, de l’Etat au travers de l’aide à l’accompagnement et, pour la manufacture par l’Europe (Fonds Social Européen). Les recettes des chantiers viennent compléter ce budget à hauteur de 30 %.

Concurrence déloyale ? non répond la directrice « nos salariés ne sont pas des professionnels, ils sont en formation, n’évoluent pas au rythme d’une entreprise. Nous ne pouvons travailler que pour de collectivités publiques, souvent sur des chantiers qui n’intéressent pas le privé ». Un partenariat avec les entreprises locales, devrait permettre d’accueillir des stagiaires, et aller jusqu’à des embauches, à l’issue de leur parcours.

A noter que 55 % des présents quittent l’AICO avec un projet de parcours positif (emploi, ou formation adaptée au projet professionnel travaillé).

 

insertion, chantier, école

des chantiers prétextes à une réinsertion professionnelle et sociale durable.