10/03/2013

Emplois d'avenir : un engagement citoyen

DSC02411_modifié-1.jpg


Élus, secrétaires de mairie, ont participé à cette réunion d’information sur les emplois d’avenir, organisée et animée par la DIRECCTE, la sous préfecture et le conseil général.

Géraldine Morillon de la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi dresse le tableau. Avec un chômage de 30.88 % en Languedoc Roussillon (moyenne nationale 22.7 %), la situation des jeunes de moins de 25 ans est particulièrement difficile sur le marché du travail. Les jeunes non qualifiés, sont les plus touchés. Devant cette réalité, l’Etat va mettre en place des emplois aidés dits « d’avenir ».

DSC02413.jpgLe dispositif : 100 000 emplois d’avenir vont-être créés en 2013, 150 000 en 2014, 4423 pour la région, 816 pour le département. Ce sont les jeunes chômeurs, âgés de 16 à 25 ans (30 ans pour les personnes reconnues travailleurs handicapés), sans qualifications ou peu qualifiées (niveau V maximum) qui sont visés par cette mesure. Côté employeurs, c’est le secteur non marchand et particulièrement les associations et les collectivités territoriales qui est concerné, et plus restrictivement les entreprises d’insertion du secteur marchand. Le contrat d’une durée de 36 mois à temps plein en CDD ou CDI sont fortement aidés par l’Etat : 75 % du SMIG pour le secteur non marchand, de 35 à 47 % pour le marchand. « pour les bénéficiaire du RSA de moins de 26 ans et en charge de famille, le Conseil Général des PO s’engagera financièrement auprès de l’employeur  avec une participation de 286 € par jeune » précise Jean Louis Chambon conseiller général chargé des politiques d’insertion.

Tutorat : clé de voute du dispositif, auquel il faut rajouter l’obligation de formation, le tuteur va faciliter l’intégration du jeune et l’accompagner dans sa professionnalisation. Sur la durée du contrat, formation pré-qualifiante ou qualifiante transférables, remises à niveau, vont compléter et renforcer l’expérience professionnelle. « les organismes de formation, qui fonctionnent avec l’argent des contribuables, doivent se rapprocher des personnes à former » précise Alice Coste sous Préfète de Prades, incitant les collectivités à s’engager dans cet « acte citoyen «  et à tout mettre en œuvre pour accompagner les jeunes vers l’emploi « on ne peut se permettre d’employer des jeunes pendant trois ans, sans leur proposer une vraie solution de sortie ».

Et concrètement ? Mission locale, cap emploi, agence pôle emploi, Conseil Général, DIRECCTE accompagnent les employeurs potentiels dans leur démarche.

Un suivi personnalisé  du parcours du jeune, de sa formation, de son insertion et de son implication, est régulièrement effectué entre un représentant de la mission locale et le jeune et son tuteur.

Renseignements : www.lesemploisdavenir.gouv.fr , Agence pôle emploi de Prades tél 04.68.05.39.15., mission locale Saillagouse tél 04.68.04.79.89. mail christine.chamagne@mlj66.org

 

DSC024145 1_modifié-1.jpg

                               écoute, échanges, au cours de cette réunion d’information

13:55 Publié dans économie, emploi | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aide, avenir, jeunes

07/11/2012

La saisonalité au menu du 1er rendez vous du Cesec

IMG_1455_modifié-1.jpg


                                         Christian Gilquin et Nicolas Bouilloux

Le Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel, du territoire, organisait un échange débat autour de la saisonnalité au cinéma de Font-Romeu.

Ouvert à tous, le CESEC est un espace d’échange, de réflexion, force de proposition auprès du Pays Terres Romanes. Il s’intéresse à toutes les questions relatives au développement, à l’animation et à l’aménagement durable du territoire. Afin d’engager des échanges avec la population, sur des thèmes en lien avec les besoins du territoire, le CESEC organise ses « rendez-vous ». le premier a permis d’aborder le statut des personnels saisonniers.

Forte saisonnalité : Nicolas Bouilloux du groupement SISIFE ANGOS, fait état de l’étude économique des hauts cantons « c’est une économie résidentielle produite et consommée localement, fortement marquée par la saisonnalité ». 18,2 % des emplois des hauts cantons sont saisonniers contre 10,7 % dans le département. C’est le commerce qui arrive en tête avec 14.6 %, devant la santé à 13.3 %, suivis par la construction, les transports dont font partie les remontées mécaniques, l’hébergement, autour de 9.5 % et la restauration 6.8%.

Un constat : Etre saisonnier, c’est avoir deux métiers, les salariés saisonniers sont fidélisés, issus du cru , avec des emplois peu qualifiés. Les saisonniers extérieurs (seulement 24 % en Cerdagne Capcir) rencontrent des difficultés pour trouver un logement à prix acceptable, certains allant jusqu’à vivre dans des camions. Christian Gilquin du cabinet PERIPL,  l’affirme « ce que l’on constate sur le territoire de Terres Romanes, on le constate dans tous les territoires de montagne français ». Pourquoi fixer les saisonniers qui sont déjà fixés puisque issus majoritairement du territoire. Il s’agit d’améliorer la situation des saisonniers en facilitant le recrutement de certains emplois qualifiés en particulier en cuisine et hôtellerie, en travaillant sur des contrats à durée indéterminée multi-employeurs, en facilitant l’accès au logement, en particulier pour les extérieurs. Saisons plus courtes (hormis dans le thermalisme), augmentation du coût de l’énergie et de la vie en général, stagnation des salaires, autant de problèmes rencontrés par cette catégorie de salariés.

Le débat : si tout le monde s’accorde à mettre en premier problème le logement, d’autres perdurent. Double saisonnalité, mais aussi double statut (salarié et travailleur indépendant), difficulté de se déplacer, non harmonisation des régimes de sécurité sociale… Des expériences de coopératives d’entrepreneurs, de logements touristiques inoccupés loués par les employeurs pour les saisonniers vont dans le sens de l’amélioration de vie des saisonniers. Pourquoi ne pas utiliser des logements étudiants dans les périodes de vacances scolaires. Mettre en réseau les employeurs pourrait permettre de trouver des solutions.

Fausse image : l’image du saisonnier infantile, qui fait la fête, qui envisage son avenir sans prendre en compte les réalités est toujours présente. Certains saisonniers ne veulent pas d’un CDI, c’est leur choix de vie et il faut l’admettre. Certes, il faut donner la possibilité aux personnes de construire leur parcours, mais « on ne peut faire le bonheur des gens malgré eux ».

Prochain rendez vous, le 13 janvier en Conflent avec en thème « la transition énergétique, une opportunité pour le territoire ».

www.terresromanes.fr

29/10/2012

Ségolène Neuville soutient la Perle cerdane

visite, perle, social, travail


Médecin de profession, la députée Ségolène Neuville, impliquée dans la défense de la Perle Cerdane, a visité l’établissement. guidée par son directeur et un membre du conseil d’administration.

C’est dans les pas du directeur et d’un membre du conseil d’administration que la député Ségolène Neuville a découvert la Perle Cerdane qui a subi un arrêté de fermeture de l’hébergement, pris par le Préfet des PO. Les enfants sont transportés, matin et soir au Centre des Escaldes pour y passer la nuit. Un déplacement qui pose des problèmes aux enfants, perte de repère, temps de transport, hébergement en chambre double pas toujours appropriée. Hébergement et transport entraînent un coût de dépenses supplémentaires de 700 000 €.

Construire : l’ALEFPA pensait que l’ARS souhaitait fermer l’établissement, l’ARS quand à elle attendait une proposition chiffrée de l’investissement. Des incompréhensions que la député a levées : « il n’y a aucun blocage de l’ARS (Agence Régionale de Santé) et du Préfet, qui comme nous, souhaitent maintenir une activité pédiatrique en Cerdagne. La construction d’un pôle hébergement doit être rapidement engagée ». Pour cela, l’ALEFPA qui gère la Perle doit investir dans un projet raisonnable. C’est ce qui est envisagé par la structure gestionnaire. « nous travaillons sur un permis de construire qui sera déposé fin novembre début décembre avec début des travaux en avril 2013 » annonce Christophe Paillard, directeur de la Perle. Un programme de 6 millions d’Euros centré sur l’hébergement. Le projet global de 18 millions d’euros serait mis de côté car il n’est pas réalisable aujourd’hui, par manque de financements.

Consolider le médico social : « ne vous y trompez pas, s’il n’y avait pas eu de changement, depuis 6 mois des établissements romeufontains  seraient fermés et la perle aurait perdu 50 lits » affirme Ségolène Neuville. L’activité est de qualité et permet de maintenir l’emploi. « ici nous faisons de l’excellence depuis longtemps » confirme le Christophe Paillard. Pour Joaquim Casanovas, « il faut consolider le médico-social en travaillant en lien avec des associations qui œuvrent dans ce secteur ».

Une rencontre constructive avec la décision de  travailler sur le projet médical avec l'ensemble des acteurs de la Perle Cerdane, et notamment les médecins, pour mettre en valeur les prises en charge sur les questions de l'obésité et du diabète

visite, perle, social, travail

Jean Calvet administrateur de l’ALEFPA, Georges Armengol Conseiller Général,  Daniel Delestré maire d’Osséja, Ségolène Neuville député, Christophe Paillard directeur de la Perle, Jaaquim Casanovas conseiller sanitaire au Conseil Général.

 

 

 

12/11/2011

Un Forum des emplos saisonniers... très couru


IMG_2192_modifié-1.jpg

Le pôle emploi de Prades organisait ce jeudi à Font Romeu un Forum Emplois pour la saison d’hiver. Une initiative bienvenue et appréciée par les participants qu’ils soient employeurs ou demandeurs d’emploi.

 IMG_2194_modifié-1.jpgEnviron un millier de visiteurs, 45 entreprises, une quinzaine de partenaires associés dont les chambres consulaires, des organismes de formation, ont participé à ce forum dédié aux emplois saisonniers. Une participation qu’apprécie Stéphane Baron directeur du pole emploi de Prades « avec la crise, l’emploi devient plus précaire et nous demande d’être plus présents sur le terrain. Mille entreprises ont été contactées pour ce forum, et c’est 140 emplois qui sont proposés aujourd’hui ». Des emplois saisonniers qui concernent les activités touristiques de l’hiver dans les hauts cantons..

Se former : afin de faciliter l’emploi, des formations sont proposées aux travailleurs saisonniers.IMG_2208_modifié-1.jpg L’hôtellerie restauration propose aux saisonniers, 21 h de formation financé par le Fafih (fonds de formation professionnelle). Le pôle emploi de Prades met en place des formations de skiman et d’agent d’exploitation des remontées mécaniques. « cette année, dans le forum, l’accent a été mis sur les dispositifs de formation en alternance » précise le directeur. Pour mieux répondre aux attentes des participants, une enquête de satisfaction leur est distribuée. Un questionnaire enquête sur les conditions de logement, élaboré par l’observatoire régional de la santé est aussi réalisé sur site.

Satisfaction : Jonathan, Abbesse, Léonna, Christophe habitent Perpignan. Ils ont pris le bus à 1 € ce matin à 6 h 40. «On est bien accueillis, les propositions d’emploi sont convenables. Ça donne un coup de pouce aux jeunes qui recherchent du travail. Le problème c’est le logement ». Même son de cloche du côté des employeurs. «forte demande, des profils pas toujours IMG_2212.JPGadaptés, mais une vrai motivation, ils sont prêts à tout faire. Comme je ne loge pas cela réduit les possibilités » précise Lionel qui propose un emploi de service en hôtel restaurant.

Alice Coste, sous préfete de Prades, est présente auprès des équipes de pôle emploi «les emplois proposés correspondent à des métiers en tension pour l’hiver en montagne et son centrés sur le tourisme. Une difficulté est le logement des saisonniers, on insiste sur le recrutement local». La sous préfete soulève aussi le problème des difficultés de recrutement dans les emplois spécialisés du secteur santé en montagne. « un groupement, devrait permettre de mutualiser les actions entre les établissements. Formation interne des personnels, échange d’offres et de demandes d’emploi, travail en temps partagé entre plusieurs structures  seront au programme».

 

IMG_2187_modifié-1.jpg

de nombreux jeunes à la recherche d’un emploi saisonnier sont venu à ce forum montagnard.