02/06/2014

Christian Bourquin réélu président du Parc naturel

 

*

élection, pnr,

Salle comble pour cette réunion avec à l’ordre du jour l’élection du président du parc et celle des vice-présidents.

Le président sortant, Christian Bourquin, revient sur les péripéties et l’implication de tous, qui ont concouru à la validation de la charte défendue devant le Conseil National de Protection de la Nature (voir l’indépendant du samedi 24 mai). Il prend a témoin Sèverine Casasayas directrice du parc présente à la réunion qui rappelle « le chemin dur et difficile devant cette instance autonome, le jeu pointilleux des questions réponse, et la joie ressentie lors des félicitations des membres de la commission ». Même avis de la part de Mireille Bossy, sous-préfète de Prades, présente elle aussi « très fière de représenter ce territoire, j’ai apprécié le professionnalisme des membres du CNPN, très pointus dans leur secteur. Ils ont validé la charte pour son caractère exceptionnel, la légitimé de l’équipe du parc sur le territoire et le soutien sans faille des 66 communes ».

Votes unanimes : José Dominguez, maire de Nahuja et doyen de l’assemblée, conduit le vote de l’élection du président du parc. A main levée, l’assemblée unanime reconduit Christian Bourquin à cette fonction. Le président remercie les élus de « cette confiance que vous m’accordez et de cette capacité de travail que vous mettez dans le parc ». Il rappelle à l’assemblée que le fonctionnement en AG « où toutes les décisions sont prises », continuera. Au-delà des titres « il y a des hommes et des femmes qui se regroupent pour travailler au développement de ce territoire ». Les 13 vice-présidents présentés par le président seront élus à main levée et à l’unanimité.

Des avis partagés : avant de partager le verre de l’amitié, le président ouvre la parole à l’assemblée. Jean Louis Alvarez conseiller général rappelle la somme de travail accomplie « j’ai passé des centaines d’heures a travailler, a essayer de concilier parfois l’inconciliable, et on y est arrivés. On a travaillé pour l’ensemble du territoire du parc, passant au dessus des différences géographiques et politiques ». Jean Luc Blaise, maire de Mantet remercie le personnel du parc « pour toute l’aide qu’ils apportent à sa commune. C’est aussi cela le parc ». Hermeline Malherbe, présidente du Conseil Général, a décidé de plus s’impliquer dans le parc « très sensible à ce magnifique territoire, mon implication dans l’environnement et les énergies renouvelables, me poussent à participer à  l’avenir de ce territoire. Vous pouvez compter sur moi, comme je compte sur vous ». Le mot de conclusion à la sous-préfète « le parc est un outil privilégié du développement économique. Il doit continuer a être un lieu d’intelligence et d’expression démocratique ».

élection, pnr,

une ambiance chaleureuse et solidaire pour ces élections sous le regard ravi d’un Cambre d’Aze bientôt printanier

 Les élus du conseil syndical du Parc

 Président : Christian Bourquin, Sénateur, Président de la Région Languedoc Roussillon.

Premier vice-président : Grégoire Valbona, maire d’Egat

Vice-présidents représentant le Département : Hermeline Malherbe présidente du Conseil général des PO et Jean Louis Alvarez conseiller général du canton d’Olette

Vice-présidents représentant la Région : Christian Bourquin et Suzanne Delieu conseillère régionale

Autres vice-présidents : Fabienne Bardon maire de Sahorre (en charge des finances), Alain Bousquet maire d’Eyne, Jean Louis Démelin maire de Font-Romeu, Daniel Delestré maire d’Osséja, Raymond Pouget maire d’Err, Vincent Mignon maire de Nohèdes, Josette Pujol maire de Catllar, Georges Armengol maire de Saillagouse, Michel Garcia maire de Matemale.

 

élection, pnr,

20/12/2013

les Bâtiments durables sont notre avenir

IMG_0482_modifié-1.jpg


                                         techniciens et élus réunis devant le four solaire

Réunis au four solaire de Font-Romeu, venus de divers pays d’Europe, des acteurs du développement durable ont échangé sur leurs expériences en la  matière.

En Europe, le chauffage représente la plus grosse part d’énergie utilisée dans le logement. Les secteurs de la construction et de la rénovation de l’habitat ont un réel potentiel de réduction d’énergie. Une réalité que l’Europe prend en compte.

Construire intelligent : selon les pays, les habitudes architecturales, la culture locale, l’économie, l’histoire… l’intérêt dans la construction « zéro énergie » est différente. Conformément à sa Directive Performance Energétique des Bâtiments, l’Union Européenne a mis en place un projet de coopération. Dénommé « MountEE », il permet d’accompagner les collectivités des 3 zones de montagne Européenne (Scandinavie, Alpes Pyrénées), vers la construction et la rénovation de bâtiments très basse consommation.

Projets pilotes : missionnés par leurs élus, des techniciens de différentes structures de développement durable en Europe, accompagnent, sur leurs divers territoires des projets pilotes, portés par des collectivités, liés à l’isolation du bâti et à l’économie d’énergie. Ils se réunissent deux fois par an. A l’ordre du jour, échange d’expérience, suivi des projets dans les différents territoires, permettent à tous de vérifier la réalité locale de prise en compte de ces problèmes énergétiques. « ce n’est pas une compétition, mais un échange et une entraide » précisent Carole Piton et Wolfgang Pfefferkorh chargé de mission du CIPRA (Commission Internationale pour la Protection des Alpes).

Un exemple : « le four solaire est le top du top de l’écologie. En 1967, chef de gare à Font-Romeu, je voyais  les miroirs du four arriver par le train jaune. On s’installait déjà dans le développement durable par ce mode de transport » se rappelle Jean Louis Alvarez qui, avec son collègue Grégoire Valbona, tous deux vice présidents du parc, ont rencontré ces techniciens. Le parc naturel catalan participe à ce travail en accompagnant cinq communes dans cette démarche. Dans le même temps un travail de sensibilisation des professionnels du bâtiment, aux méthodes de constructions durables et des projets de formation sont mises en place. Un accompagnement pris en charge à 75 % par l’Europe et 25 % par le parc.

Renseignements www.mountee.eu

Projets pilotes sur le territoire du parc

Mairies de Porta  et Mantet, transformation d’une grange en salle communale, syndicat scolaire Capcir Haut Conflent rénovation de la crèche de la Cabanasse, communauté de communes Capcir Haut-Conflent et commune de la Cabanasse transformation de l’ancien centre de vacances la Solaze, en trois salles de classe, une unité de vie pour personnes âgées, une cantine intergénérationnelle, parc naturel régional, construction de la maison du parc à Olette.

 

30/10/2013

31è Diada de cerdanya : les paysages au coeur du débat

diada, transfrontalier, échanges


Après le tourisme à Gers, les sentiers de randonnée à Osséja, les paysages de Cerdagne étaient au cœur du débat de cette 31è diada de Porta.

diada, transfrontalier, échangesOrganisée en partenariat entre l’institut d’Estudis Ceretans, la mairie de Porta et le GECT de Cerdagne, cette rencontre a réunis élus et habitants sur la thématique des paysages cerdans. Suzanne Delieu, édile local et conseillère régionale ouvre le débat « un paysage, c’est un espace dont on a tous une perception différente. Ils sont présents dans notre quotidien. La main de l’homme au fil du temps les a façonnés. Ils représentent une continuité visuelle qui n’a pas de frontière. Ils témoignent d’une histoire, d’une culture, de modes de vie communs, d’une appartenance à un même territoire que notre langue commune le catalan enrichit. Il était donc logique que ces paysages deviennent le thème principal de la diada ».

Quels paysages perception des paysages, approche transfrontalière, seront abordés par les techniciens du parc naturel régional. Le projet d’observatoire transfrontalier des paysages, outil de décision de projets d’aménagements qui aborde les paysages sous l’angle historique, touristique, environnemental est présenté. La projection d’un film réalisé à Porta le 15 août par ciné rencontres de Prades, confronte le ressenti des adultes et des enfants par rapport à une photo d’un paysage de Porta, apporte un éclairage sur la notion de perception des paysages.

Assemblée des maires une vingtaine de maires du conseil comarcal et de la communauté dediada, transfrontalier, échanges communes Pyrénées Cerdagne étaient présents. Les élus ont décidé de réaliser un catalogue des éléments paysagers les plus importants sur chaque commune. Ce document devrait permettre d’aller vers une meilleure unité des paysages des deux Cerdagne. La problématique du travail transfrontalier, le sujet délicat de l’eau ont été évoqués avec une volonté de continuer à travailler sur ces deux axes.

La diada c’est aussi une rencontre culturelle, conviviale, festive. Nocturne musicale dans les rues de Porta, messe dans l’église récemment rénovée avec les petits chanteurs d’Andorre, apéritif et repas sous chapiteau, balade botanique, concert de l’orchestre national de Montpellier Roussillon qui a ému l’assistance en interprétant une sardane à la flûte, violon alto et harpe. Après l’inauguration de la place de la 31è diada en présence de Coralie miss Cerdagne Roussillon 2012, originaire de Porta, Suzanne Delieu a transmis le flambeau Albert Pineira, maire de Puigcerdá qui organisera la diada 2014.

diada, transfrontalier, échanges

23/07/2013

Séjours d'été en montagne pour les bovins capcinois

estives, prairie fleurie, fromages, terroir


Vaches, génisses, veaux, quittent les prairies fleuries primées du PNR, et prennent leur quartier d’été en estives.

Double évènement à la Calmazeille, sous le regard figé des remontées mécaniques, et  l’importante présence d’un public de vacanciers ravi. Comme tous les ans, lors de la montée en estive des bovins, le parc naturel régional des Pyrénées Catalanes récompense les lauréats du concours des prairies fleuries, qu’il organise.

estives, prairie fleurie, fromages, terroirConcours fleuri il récompense les agriculteurs, dont la gestion des parcelles répondent à leur besoin en fourrage, tout en préservant la biodiversité qu’elles abritent. Le gagnant représentera le parc au concours pyrénéen et peut-être national. Philippe Loos maire de Formiguères insiste sur « la qualité de nos prairies, qui donne ce goût particulier aux fromages ». Pour Raymond Trilles, premier vice président du parc, « le concours prairies fleuries, la montée des vaches en estive, démontrent aujourd’hui, qu’avec du naturel, on peut faire de bons produits et les vendre dans de bonnes conditions ». Raphaëlle Charmetant agronome du SUAMME est membre du jury « les prairies fleuries, c’est le premier concours agricole national qui valorise les performances environnementales des éleveurs». Françoise Guidel fromagère, élue à la chambre d’agriculture revendique « les prairies fleuries, ce n’est pas que joli, ce sont les réserves fourragères pour l’hiver. Il faut les protéger contre l’urbanisation excessive ».

En vacances départ en estives pour les 230 vaches et 60 génisses du groupement pastoral. Son président, Barthélémy Riveil rappelle « le travail des éleveurs tournés vers la qualité. Après avoir pâturé les prairies fleuries, les bovins vont gouter à l’herbe naturelle de notre montagne ». Après le Galbe, le troupeau rejoindra la Lladure jusqu’au 20 octobre. Trois salariés du groupement assurent le suivi du bétail en estive.

estives, prairie fleurie, fromages, terroir


Parmi les six agriculteurs qui ont participé cette année au concours prairies fleuries, c’est Philippe Bazan de Saillagouse qui reçoit le prix d’excellence, un beau cadeau et un magnifique bouquet offert par la fleuriste Primevère de Font-Romeu. Les autres participants (Georges Lledos de Valcebollère, Christian Tallant, Bernard Clément d’Osséja, Arnaud Carcassonne, Eric Grassaud associé à Alain Bousquet d’Eyne, reçoivent tous une mention spéciale

21/07/2013

Le Pla de Barres labellisé "camping nature"

tente, espace naturel, camping


Le camping du Pla de Barres vient d’être labellisé « camping nature » par l’ONF. Une distinction qui reconnaît état d’esprit environnemental, qualité des services et des paysages.

Créé en 1952, le camping du Pla de Barres, a toujours été apprécié par les amoureux de la nature. Géré par la municipalité de Mont-Louis, de nombreux aménagements tant au niveau du confort que des services ont été réalisés.

tente, espace naturel, campingCharte camping préserver l’esprit camping avec 50 % minimum des emplacements réservés aux tentes, caravanes ou camping car, offrir une qualité de vie et un environnement de qualité avec 45 emplacements par hectares maximum, garder le caractère forestier du camping en plantant régulièrement de arbres sont les points forts de la charte. Rajoutez à cela, économie des ressources naturelles, tri sélectif des déchets, proposition d’activités de pleine nature, promotion du patrimoine local, accueil de personnes à mobilité réduite, et vous aurez compris l’esprit de cette charte élaborée par l’office National des Forêts.

Camping distingué classé deux étoiles avec les nouveaux critères nationaux d’Atout France (agence de développement touristique de la France), le camping est aussi marqué parc naturel régional. Prochaine étape, le label qualité tourisme Sud de France pour lequel le pré-audit a donné un avis favorable. Durant l’été, un client mystère, séjournera au camping et donnera l’avis final. La signature de la charte « camping nature » réjouit Pierrette Cordelette, maire de Mont-Louis «le partenariat avec l’ONF est ancien. Aujourd’hui, nous renouvelons la convention avec un camping amélioré qui mérite ce label environnement ». Un plaisir partagé par Thierry Desboeufs, directeur de l’antenne ONF Aude/PO « les conditions environnementales sont réunies pour signer la convention. Au-delà de la qualité d’accueil, c’est l’intégration paysagère et environnementale de ce camping qui est respectée, en adéquation totale avec la charte ».

Voilà en perspective des vacances 100 % nature.

Information/réservation 04.68.04.26.04.  www.mont-louis.net.camping.htm

tente, espace naturel, camping

10/07/2013

Parc Naturel Régional : un conseil syndical animé

charte, débat, parc


Ce 42è conseil syndical du Parc, s’annonçait comme à l’habitude sans souci particulier. C’était sans compter sur le point 3 qui concerne le projet de nouvelle charte du parc, et qui a animé les débats.

Un parc naturel régional est un territoire rural habité, reconnu au niveau national par sa forte valeurcharte, débat, parc patrimoniale et paysagère, mais fragile. Il s’organise autour d’un projet concerté de développement durable, qui est défini par une charte. Il est géré par un syndicat mixte regroupant toutes les collectivités de son territoire qui approuvent la charte.

La démarche : depuis 2011, le Parc naturel régional des Pyrénées Catalanes mobilise habitants, organismes publics, professionnels, pour définir ensemble un nouveau projet de territoire. De ce travail collectif est née l’écriture de la nouvelle charte, véritable ligne conductrice du développement local de 2014 à 2026. Présenté aux instances parisiennes, remanié, amendé, l’’avant projet est soumis au vote des délégués des communes adhérentes. Après enquête publique prévue du 12 août au 12 septembre 2013, les communes, communautés de communes, conseil général et régional délibèreront (entre novembre 2013 et février 2014). C’est un décret du Premier Ministre qui reconduira le  label parc. « on a fait les 3/4 du chemin » précise le président du parc Christian Bourquin « un travail lourd, intense, mais c’est à ce prix que l’on a le label parc ».

charte, débat, parcLangage de sourds : Jean Ribot, représentant la commune de Porté Puymorens précise que « dans le plan du territoire de la nouvelle charte du parc, le domaine skiable de sa station n’est pas pris en compte dans sa totalité. Sa commune ne votera pas le projet de charte ». Ce que réfute le président du parc, qui demande au représentant de Porté « de ne pas flinguer ce travail collectif ». Raymond Trilles, maire de Matemale « trouve dommage qu’une commune comme Porté s’isole, aujourd’hui seul on ne peut rien ». Jean Louis Démelin, maire de Font-Romeu abonde dans ce sens « nous n’avons plus de capacité d’investissement. Porté ne doit pas faire bande à part. Porté est une pièce maîtresse dans le paysage hivernal des Neiges Catalanes. Il faut faire confiance au Président ». Son collègue Grégoire Valbona maire d’Egat rappelle qu’à Paris « il a fallu secharte, débat, parc battre pour que l’on ne touche pas aux domaines skiables, ce que prévoit la charte ». Effectivement dans le plan de la nouvelle charte, à la rubrique domaine de ski alpin il est écrit « maintenir les domaines de ski alpin dans les périmètres circonscrivant les aménagements existants ». Un argument qui n’infléchit pas la position de Porté, qui laisse entendre que peut-être, plus tard, une nouvelle remontée mécanique pourrait-être envisagée. Une position qui excède Christian Bourquin qui rappelle au représentant de Porté « vous n’avez pas l’argent pour effectuer la grande visite obligatoire de votre télésiège, comment pouvez-vous envisager d’investir dans de nouvelles remontées mécaniques ». Porté vote contre la charte, le parc ne compte donc plus que 66 communes.

Les autres points à l’ordre du jour sont votés à l’unanimité.

Plus d’information sur la charte : www.parc-pyrenees-catalanes.fr  

 

charte, débat, parc

07/03/2013

Parc Naturel Régional : la nouvelle charte s'affirme

charte, pnr, développement


Alice Coste, sous préfet de Prades, Ségolène Neuville député des Pyrénées Orientales et conseiller général aux côtés de Christian Bourquin Président du parc pour ce 40è comité syndical.

Après les mots d’accueil d’usage, Christian Bourquin rappelle que « depuis le début des activités du Parc en 2005, c’est la 40ème séance du Comité Syndical. 760 délibérations ont été prises dont 636 à l’unanimité ». Une réunion dense, où l’avenir du parc est à l’ordre du jour au travers de la nouvelle charte.

Budget conséquent : Christiane Bardon, vice présidente du parc, présente à l’assemblée les grandes lignes des orientations budgétaires 2013. Les dépenses de fonctionnement s’élèvent à 3 655 935 €, financés à part égale (41 % chacun) par le conseil général et la région. L’état participe à hauteur de 8 %, les communes et communautés de communes 10 %. Dans la section investissement (1 710 890 €), 76.41 % de la dépense est affectée à la réalisation de la maison du parc. Un budget qui est le reflet des actions engagées et débattues au long de l’année, en conseil syndical, dans les commissions thématiques  et les réunions de bureau.

Programme 2013 : les programmes eau, espaces naturels, Natura 2000, forêt, agriculture, énergie, maison du parc, continuent. Il faut rajouter à ces missions quatre grands axes de travail, sur lesquels le Président insiste « révision de la charte, tourisme et agriculture, paysage et urbanisme, éveil au territoire, qui sont notre raison d’être ». (voir le détail des programmes sur le site du parc).

Les points du débat : c’est sur le projet de nouvelle charte que portent les échanges. La circulation motorisée dans les espaces naturels, hormis les Bouillouses pose problème «nous n’avons pas les moyens de faire appliquer la réglementation sur nos territoires communaux » précise Robert Autonés, charte, pnr, développementmaire de Llo. Dans Natura 2000, le parc est prescripteur à la place de l’Etat, mais il est aussi financeur « la dotation de l’Etat ne cesse de diminuer, cela ne peut durer » affirme Christian Bourquin. En matière d’éducation à l’environnement Alain Bousquet maire d’Eyne soulève l’intérêt de travailler avec les scolaires « il faut faire connaître aux futurs citoyens les enjeux de l’environnement ». Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) est à l’étude et « devrait être adopté en 2017, sinon les programmes d’urbanisme seront figés » précise Grégoire Valbona maire de d’Egat. Ce que confirme madame le sous Préfet de Prades « les documents d’urbanisme sont trop vieux, il faut les réviser ». Concernant le développement touristique, les projets UTN validés seront maintenus ce qui rassure Jean Pierre Abel, maire de Bolquère inquiet pour les nouveaux aménagements des pistes skiables. La publicité routière est pour le président un fléau « même en s’arrêtant, tu ne peux les lire tellement il y en a ». Il propose un système mieux organisé « il ne s’agit pas d’interdire la publicité mais de l’organiser, qu’elle devienne lisible et non envahissante ». Le Préfet a donné des instructions fermes, des panneaux doivent disparaître précise madame le sous Préfet « c’est un travail difficile, mal perçu par certains élus, mais incontournable ». Jean Jacques Fortuny, maire de Bourg-Madame, demande « un peu de cohérence et de bon sens. Le parc devrait établir un règlement général ».L’exemple de Font-Romeu qui depuis 3 ans travaille sur ce sujet est à prendre en exemple. Jean Louis Alvarez, conseiller général rappelle positivement le travail engagé depuis 7 ans avec les élus, et se pose la question de l’image du parc quand, certains élus, lui demandent «le parc, ça sert à quoi ? ». Une question qui s’estompe lorsqu’il fait état de la liste des actions engagées. Quand à la vision du parc qui serait une somme d’interdits, Christian Bourquin la compare à celle de la voiture « en voiture, on a une somme d’interdictions face à nous, mais c’est un fabuleux outil qui nous permet d’aller là où on le souhaite ».

Le conseil syndical délibère à l’unanimité sur les différents dossiers à l’ordre du jour, validant l’avant projet de charte, qui sera défendu le 19 mars par une délégation conduite par le président devant le Conseil National des Parcs Naturels Régionaux.

Ségolène Neuville, député des PO et conseiller général admirative du travail accompli qualifie les présents « d’écologistes du réel. A l’assemblée, j’ai un groupe écologiste qui donne des leçons mais n’est jamais sur le terrain ». Prenant la défense des communes, elle dénonce le redécoupage des cantons et le scrutin binominal « qui est une parité de façade ».

Le pot de l’amitié conclue cette réunion de travail.

www.parc-pyrenees-catalanes.fr 

charte, pnr, développement

                                 superbes paysages et nature préservée sur le territoire du