26/07/2013

portrait : Christophe Milet, des fourneaux au refuge des Bouillouses

cuisine, refuge

                               l'escalivada à déguster sans modération en terrasse

Formé à l’école hôtelière de Perpignan, Christophe rentre dans le métier de cuisinier par de belles maisons lozériennes, Bras à Laguiole et Prouhèze à Aumont Aubrac. «chez Bras, à l’époque, la grand mère brassait l’aligot devant la clientèle, alors que débutait à côté son petit fils, avec la nouvelle cuisine moléculaire ». Chef du restaurant le Llat à Font-Romeu en 1991, il décide, 16 ans plus tard de rejoindre le bord de mer, « besoin de changer d’atmosphère, de cuisine ». Le voici chef du restaurant le Neptune à Collioure « qui à l’époque détenait un macaron au Michelin ». En 2011, il est sollicité par son ami Philippe, à le rejoindre pour garder le refuge du Club Alpin Français des Bouillouses.  « je n’ai pas hésité longtemps à accepter cette proposition. J’adore la montagne et la vie en refuge. C’est un travail différent de la haute gastronomie. Ici, la relation avec la clientèle est direct, convivial. L’ambiance relationnelle est à la hauteur de la beauté du site, je ne m’en lasse pas ». Aujourd’hui, au refuge, il propose une cuisine de terroir, utilisant fortement les produits locaux. « de temps en temps, pour le plaisir, je réalise des menus gourmets, qui étonnent et réjouissent les utilisateurs du refuge ». Avec cette expérience accumulée, nait en Christophe un grand projet. « je souhaiterais transmettre mon savoir culinaire, le mettre au service de personnes qui aiment la cuisine, pourquoi pas auprès d’un jeune cuisinier ». Cela pourrait par exemple se concrétiser par des stages de formation au refuge. Au-delà de la cuisine, c’est la relation avec les gens qui le passionne. « les renseigner sur le site, la météo, les itinéraires de randonnée, les temps de marche, prendre le temps d’échanger… ». Une belle aventure « je n’ai aucun regret, c’est le bonheur »

 

04/01/2013

Portrait du jour, Christophe, spécialiste du nordique

 

IMG_9332.JPG

Dans sa « caverne nordique d’Ali Baba », la boite à fond à Matemale, Christophe vous accueille. Spécialiste du nordique, vous trouverez ici tout le matériel nécessaire à ces pratiques. Au-delà de l’acte commercial, c’est l’échange avec le client qu’il apprécie « les gens sont demandeurs de conseils sur le matériel, le fart, l’habillement, l’état des pistes de si de fond, et j’ai plaisir d’échanger avec eux, de rendre un service pertinent, cela fait partie de mon métier. Prendre le temps, être à l’écoute, conseiller, échanger sur les pratiques, sont des moments agréables dans le travail. Seul regret, je n’ai pas beaucoup de temps pour pratiquer le ski de fond ».

Renseignements : « la boite à fond » : 04 68 04 45 27

13:27 Publié dans commerce, ski | Lien permanent | Commentaires (0)

03/01/2013

Portrait du jour, Sandrine, vendeuse des quatre saisons

IMG_9385_modifié-1.jpg

Aux quatre saisons, quelque soit le temps, Sandrine vend des fruits et légumes, sur les marchés de Cerdagne Capcir, toujours avec le sourire. « ce n‘est pas toujours facile, surtout en hiver, avec les aléas climatiques. J’apprécie ce métier, le contact, l’échange avec la clientèle, c’est super. J’aime cuisiner les bons produits, je retranscris ce plaisir dans le choix des fruits et légumes de mon étal. Ma grande satisfaction, c’est de voir revenir les gens, de pouvoir les conseiller ».

Retrouvez Sandrine sur les marchés des Angles le mardi, Formiguères le samedi, Saillagouse le dimanche

25/09/2012

La CCI en visite d'entreprises dans les hauts cantons

IMG_3722_modifié-1.jpg


Une délégation de la CCI, conduite par son président départemental, en compagnie d’élus locaux et territoriaux ont visité des entreprises en montagne.

 La Chambre de Commerce et d’industrie des PO réalise, tous les mois, des visites de terrain, à la rencontre d’entreprises et de leurs dirigeants. «cela nous permet de faire le point, voir où elles en sont dans leurs projets de développement, évoquer les problèmes rencontrés et les aider à les résoudre » précise Jean Pierre Navarro, président de la CCI des PO.

IMG_3737_modifié-1.jpgQuatre entreprises : thermes de Saint Thomas et Authentica beauté, boutique des thermes, station de ski de la Quillane (la Llagonne), Parc animalier des Angles et hôtel le clos cerdan à Mont-Louis étaient au programme de ce périple. Des entreprises bien implantées sur le territoire, avec un impact important sur l’économie et l’emploi. Des chiffres d’affaires qui varient de 100 000 à  600 000 €, et des emplois permanents ou saisonniers allant de 2 à 15 équivalent temps plein. Des situations financières en équilibre, mais qui sont soumises aux aléas climatiques et saisonniers, et qui demandent des investissements ou des démarches commerciales accrues, pour pérenniser leur activité. « fortes contributions sociales, crise financière et frilosité des banques, ne facilitent pas la vie des entreprises » affirme le président.

Un accompagnement : aide au montage de dossiers financiers et de recherche de subventions, suivi des dossiers, mise en relation avec différents  partenaires, ingénierie de projets, la chambre de commerce s’est fortement investie auprès de ces entreprises. Une mission qui pour Jean Pierre Navarro est légitime. « aider nos entreprises à se développer, c’est préserver et augmenter les emplois, ce qui n’est pas chose facile dans les hauts cantons ». Une visite qui aura permis de vérifier le dynamisme local au travers des projets de développement, ce qui réjouit le président de la CCI « des chefs d’entreprise qui ont envie d’entreprendre, cela me donne beaucoup d’espoir ».

 

IMG_3720_modifié-1.jpg

élus CCI et territoriaux intéressés de constater un esprit d’entreprendre.

21/11/2011

Un vrai bistot de pays

IMG_2218_modifié-1.jpg

Véronique vous accueille dans une ambiance montagnarde et chaleureuse.

Changement de gérant, de look, d’ambiance, le bar al « tir tap » change aussi de nom et devient le « bistrot d’aqui ». Mais il s’affirme toujours comme un véritable « bistrot de pays ».

Dans les années 1980, lorsque la commune de Matemale a pris une délibération pour acheter une licence IV de bar, le sous préfet de l’époque s’est étonné de cet achat.  La collectivité a investi dans la réalisation d’un bâtiment et l’a loué avec la licence à un gérant. « le bar à Matemale, est une volonté communale et pour les habitants un service public. Aujourd’hui, les bars sont devenus des bistrots de pays. Nous étions donc des précurseurs » déclare Raymond Trilles, maire du village.

Coup de jeune : trente ans plus tard, le bar est toujours là et cet automne, des aménagements conséquents ont été réalisés. D’une part mise en conformité de la cuisine et des circuits électriques, mais aussi modification des sols, murs, plafonds, comptoir, éclairages, une vraie révolution. Ce projet est financé dans le cadre des bistrots de pays, avec une participation du département, de la région et de l’état avec la validation de la chambre de commerce et d’industrie. L’autofinancement est assuré par la collectivité.

Un esprit : Véronique Galy, nouvelle gérante du bar, a souhaité amener une touche personnelle dans la rénovation de l’établissement. Le bois, l’ardoise et la pierre, matériaux du pays, donnent une touche chaleureuse et conviviale, et l’on s’y sent bien. « avec les aménagements réalisés, nous collons bien à la charte des bistrots de pays » précise Véronique. Le bar est ouvert du mardi au dimanche à partir de 8 h 15. Outre les tapas de produits locaux (charcuterie, fromage, frites fraîches), que vous pouvez déguster à l’apéritif, le « bistrot d’aqui » propose tous les midis un plat du jour chaud.

Si vous passez par là, poussez la porte du « bistrot d’aqui », vous serez agréablement surpris.

 

IMG_2225.JPG

29/07/2011

Plaisir épanoui au bistrot de pays

IMG_6219_modifié-1.jpg

Un bistrot de pays est un lieu de rencontre, d’échange, de fête, de restauration. C’est donc avec un plaisir épanoui que j’ai testé pour vous celui d’Eyne, pour un déjeuner sympa, dans un cadre idyllique.

Rudy et FannyIMG_6229_.jpgDe retour de balade dans la vallée d’Eyne, particulièrement connue pour sa flore très riche, je me suis posé au bistrot de pays, pour un déjeuner reconstituant, après un effort modéré, je dois le reconnaître. Le cadre de « l’Indret », c’est le nom du bistrot, est très agréable. Une grande terrasse entourée des murs en pierre et toit en llose de la Maison de la Vallée. Rudy, le gérant m’accueille, sourire naturel, ça sent bon la grillade catalane qui aujourd’hui est le plat du jour. Fanny et Paméla assurent le service. Rudy est en cuisine, « et même parfois au service » reconnaît-il. La clientèle est à 50 % constituée d’habitués, des autochtones qui apprécient le bistrot. Parmi les vacanciers, beaucoup sont des randonneurs. Ils utilisent aussi les services de l’épicerie  proposant des produits locaux. Me voici installé, sous un parasol qui est le bienvenu, car aujourd’hui, le soleil brille par sa présence. Paméla, tout en sourire prend laRudy IMG_6206_.jpg commande. Ce sera le plat du jour, à 12 €. Saucisse et boudin grillés accompagnés de légumes et d’une pomme de terre à la cendre, un régal pour un gourmand. Un petit verre de rosé, à boire avec plaisir et un peu de modération, est le bienvenu. Les tables se garnissent, les conversations aussi, un petit air bucolique se dégage de ce lieu, en harmonie avec l’environnement montagnard. C’est ressourçant, revitalisant, j’ai l’impression d’être en vacances. Le bruit reposant de la rivière Eyne qui vient du fond de la vallée, invite à la flânerie. Rudy, amoureux de la montagne, peut-être de bon conseil pour vos randonnées. La maison de la vallée jouxte le bistrot de pays et fournit aussi tous renseignements utiles pour votre séjour. Des concerts en soirée et des animations enfants sont organisés par le bistrot. Une participation de 3 € est demandée pour y participer. Une belle expérience qui m’incite à tester d’autres bistrots.

Dix établissements ont le label bistrot de pays sur les hauts cantons (38 sur le département). Tous différents, avec une identité forte, et un excellent accueil. Retrouvez les sur le guide des bistrots de pays diffusé dans les offices du tourisme et sur www.bistrotdepays.com

 

IMG_6221_modifié-2.jpg

pour un moment de détente, les bistrots de pays vous accueillent

08/03/2011

Yannick, gérant de l'épicerie de Matemale

IMG_4921.JPG

Epicier, c’est un beau métier ? Dans un village, c’est d’abord un service à la population, et pour moi, c’est un vrai plaisir.

Ce n’est pas trop difficile ? C’est 365 jours d’ouverture par an, tôt le matin, tard le soir, ce qui pourrait représenter une contrainte si je n’étais pas passionné par mon métier.

Que proposez-vous à votre clientèle ? À côté des produits alimentaires traditionnels, ce sont les productions locales que je mets en avant : fromages, viande et charcuterie, en particulier le fouet et pâtés que je confectionne. Je suis boucher charcutier de formation, et je propose aussi un rayon traiteur avec des spécialités catalanes.

Qu’est-ce qui vous motive le plus ? C’est avant tout, le contact avec la clientèle et le plaisir que je peux lui procurer.

Renseignements 04.68.30.28.66.