03/09/2010

Les Bouillouses, un site classé extraordinaire

A 2000 mètres d'altitude, le lac des Bouillouses est un site protégé d'exception. Sa beauté naturelle, les aménagements, la gestion de l'accès, les départs de randonnées, en font un lieu incontournable et très apprécié des quelques 50 000 visiteurs qui en juillet août y accèdent avec bonheur.

 

IMG_1454_modifié-1.jpg

Site naturel classé depuis le 24 juin 1976, le lac des Bouillouses, durant l'été, subissait une sur-fréquentation touristique, qui entraînait une forte dégradation des lieux, et une circulation dangereuse sur la route d'accès trop étroite. Depuis 11 ans, le Conseil Général a décidé de protéger ce site, et de gérer les flux touristiques. En juillet et août, la circulation routière est règlementée. Le site n'est accessible que par navette, à partir du Pla des Aveillans, par télésiège sur la station de  Font-Romeu, où à pied par circuit balisé.

Au-delà des aménagements de sécurité et de protection, des sentiers balisés thématiques, des animations liées à l'environnement, vous permettent d'entrer dans l'intimité du site. A partir du point info, cinq circuits balisés, d'une heure trente à cinq heures de marche, avec des dénivelés allant de 60 à 350 m, sont proposés. Un jeu d'orientation à partir d'un questionnaire sur l'environnement local, est très apprécié par les familles. Les mardis et jeudi, par demi journées, des balades encadrées par des accompagnateurs en montagne, vous font découvrir la faune, la flore, l'histoire locale. Le 21 août, en partenariat avec la fédération de pêche, une journée d'initiation à la pêche, vous familiarisera avec ce loisir sportif. Une exposition de photographies d'hier et d'aujourd'hui, retracent les 100 ans de fonctionnement du barrage et de la production d'électricité. Toutes ces animations et les fiches itinéraires des sentiers balisés sont gratuits. Autour du parking paysager du Pla des Aveillans et au point info, du barrage, des sanitaires écologiques sont à votre disposition. Vous pouvez  pique niquer, sur les deux aires aménagées, avec places à feu. Passer une nuit sur le site c'est aussi possible. Une aire de bivouac est matérialisée et un refuge, une auberge et un hôtel proposent, buvette, repas et hébergement. Un accueil personnalisé  facilitera une belle journée de découverte. Alors n'hésitez pas, venez découvrir le lac des Bouillouses, tout en étant attentif à son environnement.

 Pratique : navettes autocars à partir du Pla des Aveillans toutes les 15 minutes de 7 h à 19 h. Il vous en coûtera 5 € pour un adulte, 3.5 € pour un enfant (5 à 16 ans), 13 € pour une famille (2 adultes et au moins 2 enfants). Tél 04.68.04.24.61.

1 - Joëlle_modifié-1.jpg Ce qu'ils en pensent

"En général les gens sont ravis"

Joëlle, habitant à Pyrénées 2000, chargée d'accueil aux Bouillouses depuis 11 ans. Mon rôle est de renseigner le public sur tout ce que l'on peut trouver sur le site, mais aussi sur toutes les activités touristiques de montagne. Les refuges, les sites à visiter, les fêtes locales, les marchés, le train jaune... La vente de billetterie pour les navettes, fait partie de ma mission. L'après midi, nous revoyons les personnes à la descente des autobus. Cela permet d'avoir un retour en direct et à chaud de la clientèle. En général les gens sont ravis. Les enfants apprécient le jeu d'orientation, la balade des étangs supérieurs est celle qui « scotche » les randonneurs. La clientèle est familiale et apprécie de pouvoir facilement randonner. Beaucoup de Catalans, des hollandais, des anglais, nous amène à maitriser plusieurs langues pour l'accueil.

2 - Sylvie et Jean Paul_modifié-2.jpg"Un site magnifique, grandiose, féérique"

Sylvie et Jean Paul, habitant à Castillon la Bataille (33), en vacances à Font-Romeu. C'est une région que nous connaissons bien, et qui est merveilleuse. Le site des Bouillouses est magnifique, grandiose, féérique. C'est le dépaysement complet, si l'on aime la nature et la randonnée. On a fait une balade tranquille, on a déjeuné à l'auberge, puis, une petite sieste sur l'herbe au soleil, c'est super. On a connu les Bouillouses avec accès en voiture, mais on préfère les aménagements actuels, il y a moins de pression sur l'environnement. On est très bien accueillis sur le site. L'aller retour en navette, c'est très confortable. Le site est très propre, bien préservé. On a l'impression que les gens font attention, c'est différent de la côte. Une belle journée que l'on conseillera. La prochaine fois, on passera une nuit sur le site.

3 - Angela, Domenèc, Marta _modifié-1.jpg"Une belle balade et un excellent accueil"

Angela, Domenèc, Marta, de LLorençs del Pénedes (catalogne sud), en vacances à Pyrénées 2000. C'est la première fois que nous visitons les Bouillouses. C'est très beau et bien aménagé. Le système de navette est intéressant, cela évite d'avoir trop de voitures en montagne. On a fait une petite randonnée. La balade est impeccable, et le balisage bien fait, on ne peut pas se perdre. Dans la navette, l'information diffusée en plusieurs langues, présentant le site, était intéressante. L'accueil est vraiment formidable, et on a apprécié que l'on nous parle en catalan. Nous avons aussi visité le four solaire, Villefranche et Saint Michel de Cuxa, c'est une belle région. Aujourd'hui le soleil était au rendez vous, mais il fait plus frais qu'en bord de mer. On n'a pas eu le temps de faire la boucle des lacs, cela nous donnera l'occasion de revenir.

4 - Olivier, Sandra, Justine, Clément_modifié-1.jpg"Une randonnée familale très agréable"

Olivier, Sandra, Clément, Justine, originaires de la région toulousaine, en vacances à Font-Romeu. C'est la première fois que l'on vient dans la région, et on a découvert l'existence des Bouillouses hier à l'Office du Tourisme. On a passé la journée sur le site et on a fait le circuit des 12 lacs, nous pratiquons habituellement la randonnée. Le circuit est formidable et bien balisé. On a apprécie le système de navettes, nous reviendrons en utilisant le télésiège. C'est magnifique, propre, bien préservé, et on n'a pas l'impression qu'il y a beaucoup de monde, le site est grand. Cette randonnée est bien adaptée à la famille, on s'est baladés en toute sécurité et sans stress. Très bon accueil, le personnel vient vers vous, et la documentation donnée est très bien faite. On ne regrette ni notre journée, ni notre séjour, « c'est trop bien ».

 

IMG_1458_modifié-1.jpg

 plein les yeux, sur un site d'altitude où sommets et lacs, vous émerveilleront.

12/08/2010

Randonner avec un âne c'est sympa

IMG_9630.JPG

Si la montagne s'est dotée de mille et une activités sportives et ludiques, la randonnée reste cependant une des pratiques les plus usitées par les vacanciers. Il est vrai que de nombreux sentiers balisés, l'existence de guides bien détaillés, favorise cette activité. Pour certains vacanciers, c'est une activité entre autres, pour d'autres, c'est la motivation de leur séjour en montagne. C'est le cas pour Emma, César, Ivan et Sylvain, originaires de Paris, et en route pour cinq jours sur le Tour du Capcir, en compagnie d'un âne. « nous sommes partis hier de Rieutort et nous avons dormis au gîte d'étape de Matemale. Nos prochaines étapes sont Bolquère, les Bouillouses, Camporells puis retour au point de départ. On aime bien se balader, on est proche de la nature. C'est une belle occasion de faire une randonnée sympa. L'âne est doux, mais il faut comprendre comment il fonctionne sinon il bloque. Il porte nos affaires, ce qui allège la randonnée »'. Si tel Stevenson, voyageant dans les Cévennes en compagnie de Modestine, une ânesse achetée au Père Adam pour soixante cinq francs et un verre d'eau de vie, vous souhaitez vivre une belle aventure, optez pour le tour du Capcir. Vagabond'âne à Rieutort vous louera un âne et vous donnera tous les conseils d'usage pour vivre sereinement votre périple.

www.bourricot.com/vagabondanepyrenees/index.html  

04.68.04.41.22.

05/08/2010

La randonnée en montagne, une invitation au plaisir

IMG_9559.JPG

Dans les hautes terres catalanes, lieu privilégié pour la randonnée pédestre, des sentiers balisés, permettent aux randonneurs quelque soit leur niveau et en toute sécurité, de découvrir des sites extraordinaires, des paysages inoubliables, bref de prendre du plaisir.

 La montagne a de tous temps eu sa clientèle de randonneurs, les durs de chez dur, sac à dos 15 kg, chaussures en cuir armée, 1,5 kg pièce, semelle Vibram et une seule maxime, la montagne ça se mérite. Une clientèle qui elle-même a évolué, adoptant des matériaux modernes, légers, mais une clientèle qui s'est diversifiée.

De là à partir en randonnée en tongs, il y  a un pas à ne pas franchir tout de même. Si vous souhaitez randonner, mais n'êtes pas habitué à cet exercice ou ne connaissez pas bien notre région de montagne, passez par la case Office du tourisme. Vous y trouverez bulletin météo, conseils, fiches itinéraires, parfois gratuits, le plus souvent payants, mais indispensables pour bien profiter de tous les circuits et de choisir les plus adaptés à vos capacités physiques.

Ça balise : les balisages sont différents, selon les difficultés des itinéraires. Le balisage un trait jaune (2 cm x 10 cm) concerne les itinéraires de petite randonnée, souvent en boucle. Sur votre guide, ou au point de départ de la randonnée, un panneau vous indique les caractéristiques du circuit, son nom, la distance à parcourir, le dénivelé, le temps de marche, sa difficulté. Pour les tours de pays le balisage est composé d'un trait rouge sous un trait jaune, pour les itinéraires de Grande  Randonnée, un trait rouge sous un trait blanc. Si vous hésitez à partir seul à l'aventure, passez par la case bureau montagne. Des professionnels compétents vous proposent des balades accompagnées, à la découverte de la faune, la flore, souvent loin des sentiers battus. Dans tous les cas, soyez prudents, tenez compte de la météo. Chaussures fermées, semelle crantée minimum, sac à dos avec vêtement de pluie, petite laine, eau, barres de céréales, pique nique, lunettes de soleil, crème solaire et couvre chef feront partie de votre panoplie. Si la prochaine balise est une croix, ou s'il n'ya a plus de balise, revenez sur vos pas vous vous êtes trompés. Un vieux montagnard est un montagnard qui a su renoncer. Bonne balades.

  

188-8846_IMG.JPGIMG_9390.JPG

196-9672_IMG.JPG197-9767_IMG.JPGIMG_9344.JPG188-8847_IMG.JPG

la montagne, un espace naturel fabuleux à découvrir sans modération si ce n'est la prudence.

 Ils ont suivi le balisage avec bonheur

1 - René.JPGOn apporte le plus grand soin au balisage

René, responsable randonnée à la maison du Capcir : le réseau de sentiers balisé demande une attention particulière si l'on ne veut pas que les gens se perdent. Dès le départ de la neige, on vérifie l'état du balisage et des circuits, on dégage les arbres tombés sur les chemins, on améliore les passages délicats ou humides en mettant en place passerelles et platelage. Le débroussaillage représente environ 50 % des itinéraires existants. Sur la communauté de Communes, nous sommes 4 affectés à cette mise en conformité des circuits. Durant l'été, on intervient aussi, lorsque l'on nous signale des plaquettes de balisage cassées. La tendance est à l'itinéraire que l'on peut composer soi même. Pour cela, des plaquettes sur poteaux indiquent le lieu dit, la direction du prochain lieu dit et l'identification des sentiers. Le topo guide est un outil fort utile au randonneur.

 

2 - Pascal.JPGLe balisage des itinéraires est parfait

Pascal, originaire de Nantes, en vacance en famille à Font-Romeu : nous nous sommes mis à la randonnée familiale depuis l'année dernière. Les enfants sont plus grands, et ils apprécient beaucoup. Cette semaine on a découvert le site des Bouillouses et aujourd'hui nous allons au lac d'Aude. On utilise les informations des offices du tourisme et une carte IGN. Les circuits sont bien balisés et fiables. Hier on s'est trompés et l'on s'est rapidement aperçu de notre erreur ne trouvant plus de balisage. La région est intéressante et les itinéraires adaptés à tous les niveaux. En général on part à la journée avec le pique-nique. Par contre on s'est aperçus que les temps de marche indiqués sont parfois trompeurs. On met toujours plus de temps, mais cela est peut-être dû à notre rythme. On découvre de superbes paysages, beaucoup de lacs. C'est la super récompense de la randonnée.

3 - Mireille et Jean Pierre.JPGLe GPS, un bel outil si l'on sait s'en servir

Mireille et Jean Pierre de Nîmes, en vacances à Formiguères : nous pratiquons habituellement la randonnée dans le Gard et à chacun de nos séjours en Capcir. On utilise les topos guide locaux qui sont très bien faits, et les infos du syndicat d'initiative. On a pratiquement parcouru l'ensemble des balades proposées. Le balisage est parfait et si on est vigilant, on ne peut pas se perdre. On utilise aussi la carte IGN et le GPS qui est très pratique. Il permet d'avoir l'altitude, et nous ramènerait à note véhicule si nous nous perdions. Au retour de balade, nous transférons les données du GPS sur l'ordinateur, itinéraire, profil, temps de marche, dénivelé... Il nous arrive aussi de récupérer des itinéraires sur Internet. Le GPS est un super outil si l'on sait s'en servir. Randonner dans la région c'est très agréable et cela nous change des Cévennes et de la Camargue.

4 - Thierry.JPGLes Pyrénées c'est mieux que les Alpes

Thierry originaire de Chartres et en vacances en famille à Font-Romeu : pendant l'été, nous pratiquons la randonnée en famille, en petites balades. Nous partons entre 9 et 10 h avec le pique nique et nous rentrons en cours d'après midi. A mon arrivée en montagne, je passe à l'office du tourisme découvrir les randonnées, et j'investis dans une carte IGN au 1/50000. A partir des parcours proposés, je construis mon itinéraire. J'ai une bonne expérience de la montagne et de la grande randonnée. Les itinéraires que l'on a empruntés étaient bien balisés, avec beaucoup d'informations pratiques  au départ, on ne risque pas de se perdre. C'est la première fois que nous venons dans les Pyrénées, et c'est une belle surprise, les paysages sont magnifiques. La montagne est accessible, c'est bien pour les enfants. On se fait plaisir et on ne souffre pas, c'est mieux que dans les Alpes.

26/07/2010

Les prairies fleuries de montagne revisitées par les enfants

Les écoles d'Egat et Dorres ont répondu présents à la sollicitation du Parc Naturel régional de participer au concours des prairies fleuries. Ils ont présenté leur production devant un jury réuni à Py, à l'occasion de la fête des foins.

 Dans le cadre du concours national agricole des prairies fleuries, le parc des Pyrénées Catalanes a souhaité associer les enfants des écoles à cette démarche. Ont été sollicitées les classes inscrites dans le programme mille pattes, mille feuilles initié par le parc, qui permet aux enfants de découvrir la faune et la flore de leur territoire. Les écoles d'Egat, classe CE2, CM1, CM2 de Vincent Hernandez à Dorres, grande section CP d'Audrey Ring et petite et moyenne section de Martine Bassignot à Egat, ont adhéré au projet. Maquettes et dessins sur le thème des prairies fleuries ont été réalisées par les enfants, au long de l'année scolaire. Ils étaient exposés dans les locaux de la réserve naturelle de Py et soumis à la sagacité d'un jury composé d'un élu du parc, un agriculteur, un représentant de l'éducation nationale, un expert naturaliste et un représentant de la presse. Les meilleurs œuvres ont été récompensées. Durant cette journée qui concluait l'année scolaire, les enfants ont pu visiter la ferme de chèvres Pyrénéennes de Monsieur René Verdaguer. L'après midi, un goûté à base de produits du parc (fromage, confiture de lait, pain bio, jus de pomme et poire) était organisé autour du montage traditionnel d'un pailler. Une belle démarche pédagogique qu'apprécie Philippe Bertein, inspecteur de l'éducation nationale « ce qui est essentiel c'est le fait de travailler en équipe, qui permet aux enfants de confronter leurs avis, d'écouter l'autre, d'apprendre à argumenter, de développer une relation d'entraide. La préservation de la nature, donc de la planète passe par l'éducation des enfants, citoyens en herbe ». Tous les enfants ont été récompensés avec un livre en lien avec cette journée.

DSC_1425.JPG

 

 Les gagnants du concours

 Classe de Vincent : maquette, Maxime et Lilian, dessin, Ryan

Classe d'Audrey : dessin,  Adrian et Nina

Classe de Martine : dessin, Noa et Thomas, dessin Doriane et Romane

Ce qu'ils en pensent

Olivier.JPG Eduquer les enfants

Olivier, élu du parc : le parc s'investit beaucoup au niveau des enfants, à travers de l'éveil au territoire. Il nous a semblé indispensable d'associer les scolaires qui travaillent tout au long de l'année sur la biodiversité, à s'intégrer dans ce concours national. Les enfants sont les acteurs locaux du futur. On peut faire passer beaucoup de messages aux adultes, au travers des enfants.

 

 

Vincent.JPGUn travail en autonomie

Vincent, instituteur à Dorres : dans notre école, nous développons une activité apiculture, depuis l'entretien des ruches jusqu'à la récolte du miel. Le travail engagé avec les élèves sur la flore de Cerdagne, la polonisation des fleurs, est en lien avec les abeilles et le concours prairies fleuries. Les enfants ont travaillé en équipe et en autonomie souvent en dehors des heures scolaires.

 

 

Yanis (2).JPGOn ne s'est même pas engueulés

Yanis élève de l'école de Dorres : j'ai trouvé que c'était bien ce concours. J'étais en équipe avec Laura et Guilhem. On a fait une maquette de prairie fleurie avec la ferme, le tracteur et un hangar. J'avais prévu de faire cela dans ma tête. Guilhem et Laura ont été d'accord pour ce projet. C'était super, on ne s'est même pas engueulés, on a bien travaillé ensembles.

 

 

Thalia et Chayma.JPGPlein de couleurs

Thalia et Chayma de la grande section d'Egat : on a fait des fleurs en papier avec des serviettes de table. Le papillon on l'a découpé et on a fait des petits points avec des cotons tiges. La maitresse a découpé les lapins et on les a peints. Pour les dessins de fleurs, on a utilisé plein de couleurs. On est très contentes d'être là. A la ferme, on a caressé la chèvre Alice, elle est très gentille.

 

 

une belle journée qui a comblé la cinquantaine d'enfants qui ont participé au concours de dessins et maquettes des prairies fleuries.

25è Ronde de la Carança, Frédéric Frezoul dans son jardin

La pluie s'est invitée sur cette 25è ronde, mais n'a pas dissuadé les 141 participants de prendre le départ et de se « tirer la bourre » sur des itinéraires réduits, par mesure de prudence, par les organisateurs.

 

DSC_1460.JPG

Mobilisation générale des organisateurs une demi-heure avant le départ. Par mesure de sécurité, l'ascension du pic Redoun n'est plus au programme, la partie descendante est trop glissante. A 8 h 15, compétiteurs et randonneurs s'élancent sur un parcours de 17 km pour les uns, 9 km pour les autres, le dénivelé étant réduit de moitié. Une forte participation pour cette édition, les courses de montagne sont de plus en plus prisées.

Que du plaisir : Ludovic Jany, responsable de l'organisation est à la fois ravi, et déçu. « Notre course est inscrite depuis cette année sur le calendrier national de la fédération d'athlétisme et cela a eu des répercussion positives sur la participation. C'est dommage de devoir raccourcir le parcours, beaucoup sont là  pour préparer la course du Canigou ». Côté participants, c'est la joie qui domine, la course ayant pu se dérouler. Frédéric Frezoul, habitué de la ronde, s'impose en 1 h 24' 54'', « un circuit roulant, mais intéressant, on aurait presque pu aller jusqu'au col Mitja. J'étais bien en montée, il ne faisait pas froid, Didac m'a rattrapé dans la descente ». Il  devance  de quelques mètres le catalan du sud Cuadros Bazerba Didac qui a « apprécié le circuit malgré le temps peu favorable ». Chez les randonneurs, c'est François Puig du haut Vallespir, qui s'impose en 1 h 06'. « le parcours de repli était intéressant, pas trop glissant. C'est parti vite sur la belle montée du départ ». Sur cette même distance, Marie Pérarnau, biathlète du club Nordic 66 et Nicolas Campion de Capcir Haut Conflent s'imposent en catégorie cadet. Marie est championne de France de 4 fois 1000 mètres en 2010 « j'ai bien aimé le parcours, régulier, pas trop difficile, mais j'étais fatiguée à l'arrivée. Je suis contente d'avoir participé ». Nicolas lui aussi est ravi « la montée au début c'était dur, après, le parcours est plus accessible. Je me suis régalé, mais c'est mieux quand on va jusqu'au col ».

 

 Nicolas Campion.JPGDSC_1511.JPGMarie Pérarnau.JPGFrédéric Frezoul et Cuadros Didac.JPGDSC_1520.JPG

le temps n'a pas dissuadé l'envie de vaincre des 141 participants à la ronde de la Carança.