12/08/2010

voyage intimiste à travers le temps dans la grotte de Fontrabiouse

IMG_9926.JPG

Voilà des millénaires, que l'eau a creusé son passage dans le sous sol de Fontrabiouse, puis s'est partiellement retirée, laissant en place des trésors de concrétions. En 1958, un tir de mine excessif dans la carrière d'onyx qui chapeaute la grotte, ouvre ce joyau, aux yeux ébahis des ouvriers et spéléologues locaux. Il faudra attendre 1983 pour qu'un premier réseau soit ouvert à la visite du grand public, 1991 pour le réseau supérieur, proposant un circuit de 940 mètres de galeries que l'on visite en une heure environ. Ici, stalagmites, stalactites, fistuleuses, disques, draperies, colonnes, cristaux, aragonites étincelantes, mur de couleurs à dominante ferrugineuse, lac cristallin avec ses choux fleurs et ses coraux, sont un émerveillement. Tout est plaisir pour les yeux. Pas d'immenses salles, de vertigineux précipice, tout est à taille humaine, à votre portée, mais gardez vous de toucher les concrétions, elles sont fragiles. C'est une visite intimiste à laquelle vous êtes conviés.

Nouveauté : cet été, le sens de la visite de la grotte est inversé. Elle débute par le réseau haut, mettant ainsi en valeur de nouvelle concrétions « j'avais visité la grotte il y a deux ans, j'ai l'impression de la visiter pour la première fois » s'enthousiasme une visiteuse. De plus les escaliers internes sont pris dans le sens de la descente, ce qui facilite la visite. Une terrasse extérieure, permet de pique niquer, et sur place buvette et restauration rapide son proposés. La température de la grotte est constante et fraîche, alors n'oubliez pas de prendre un petite laine pour votre confort de visite.

Ouvert tous les jours de 10 h à 19 h. départ toutes les heures

Il vous en coûtera 8.40 € pour un adulte, 5.30 € pour un enfant de 5 à 12 ans.

Renseignements 04.68.30.95.55.

IMG_9933.JPGIMG_9939.JPG
IMG_9952.JPGIMG_9965.JPG

10/08/2010

Randonner avec un âne c'est sympa

IMG_9630.JPGSi la montagne s'est dotée de mille et une activités sportives et ludiques, la randonnée reste cependant une des pratiques les plus usitées par les vacanciers. Il est vrai que de nombreux sentiers balisés, l'existence de guides bien détaillés, favorise cette activité. Pour certains vacanciers, c'est une activité entre autres, pour d'autres, c'est la motivation de leur séjour en montagne. C'est le cas pour Emma, César, Ivan et Sylvain, originaires de Paris, et en route pour cinq jours sur le Tour du Capcir, en compagnie d'un âne. « nous sommes partis hier de Rieutort et nous avons dormis au gîte d'étape de Matemale. Nos prochaines étapes sont Bolquère, les Bouillouses, Camporells puis retour au point de départ. On aime bien se balader, on est proche de la nature. C'est une belle occasion de faire une randonnée sympa. L'âne est doux, mais il faut comprendre comment il fonctionne sinon il bloque. Il porte nos affaires, ce qui allège la randonnée »'. Si tel Stevenson, voyageant dans les Cévennes en compagnie de Modestine, une ânesse achetée au Père Adam pour soixante cinq francs et un verre d'eau de vie, vous souhaitez vivre une belle aventure, optez pour le tour du Capcir. Vagabond'âne à Rieutort vous louera un âne et vous donnera tous les conseils d'usage pour vivre sereinement votre périple.

www.bourricot.com/vagabondanepyrenees/index.html  04.68.04.41.22.

l'âne, un animal de bonne compagnie, très doux, parfois têtu, toujours présent.

05/08/2010

La randonnée en montagne, une invitation au plaisir

IMG_9559.JPG

Dans les hautes terres catalanes, lieu privilégié pour la randonnée pédestre, des sentiers balisés, permettent aux randonneurs quelque soit leur niveau et en toute sécurité, de découvrir des sites extraordinaires, des paysages inoubliables, bref de prendre du plaisir.

 La montagne a de tous temps eu sa clientèle de randonneurs, les durs de chez dur, sac à dos 15 kg, chaussures en cuir armée, 1,5 kg pièce, semelle Vibram et une seule maxime, la montagne ça se mérite. Une clientèle qui elle-même a évolué, adoptant des matériaux modernes, légers, mais une clientèle qui s'est diversifiée.

De là à partir en randonnée en tongs, il y  a un pas à ne pas franchir tout de même. Si vous souhaitez randonner, mais n'êtes pas habitué à cet exercice ou ne connaissez pas bien notre région de montagne, passez par la case Office du tourisme. Vous y trouverez bulletin météo, conseils, fiches itinéraires, parfois gratuits, le plus souvent payants, mais indispensables pour bien profiter de tous les circuits et de choisir les plus adaptés à vos capacités physiques.

Ça balise : les balisages sont différents, selon les difficultés des itinéraires. Le balisage un trait jaune (2 cm x 10 cm) concerne les itinéraires de petite randonnée, souvent en boucle. Sur votre guide, ou au point de départ de la randonnée, un panneau vous indique les caractéristiques du circuit, son nom, la distance à parcourir, le dénivelé, le temps de marche, sa difficulté. Pour les tours de pays le balisage est composé d'un trait rouge sous un trait jaune, pour les itinéraires de Grande  Randonnée, un trait rouge sous un trait blanc. Si vous hésitez à partir seul à l'aventure, passez par la case bureau montagne. Des professionnels compétents vous proposent des balades accompagnées, à la découverte de la faune, la flore, souvent loin des sentiers battus. Dans tous les cas, soyez prudents, tenez compte de la météo. Chaussures fermées, semelle crantée minimum, sac à dos avec vêtement de pluie, petite laine, eau, barres de céréales, pique nique, lunettes de soleil, crème solaire et couvre chef feront partie de votre panoplie. Si la prochaine balise est une croix, ou s'il n'ya a plus de balise, revenez sur vos pas vous vous êtes trompés. Un vieux montagnard est un montagnard qui a su renoncer. Bonne balades.

  

188-8846_IMG.JPGIMG_9390.JPG

196-9672_IMG.JPG197-9767_IMG.JPGIMG_9344.JPG188-8847_IMG.JPG

la montagne, un espace naturel fabuleux à découvrir sans modération si ce n'est la prudence.

 Ils ont suivi le balisage avec bonheur

1 - René.JPGOn apporte le plus grand soin au balisage

René, responsable randonnée à la maison du Capcir : le réseau de sentiers balisé demande une attention particulière si l'on ne veut pas que les gens se perdent. Dès le départ de la neige, on vérifie l'état du balisage et des circuits, on dégage les arbres tombés sur les chemins, on améliore les passages délicats ou humides en mettant en place passerelles et platelage. Le débroussaillage représente environ 50 % des itinéraires existants. Sur la communauté de Communes, nous sommes 4 affectés à cette mise en conformité des circuits. Durant l'été, on intervient aussi, lorsque l'on nous signale des plaquettes de balisage cassées. La tendance est à l'itinéraire que l'on peut composer soi même. Pour cela, des plaquettes sur poteaux indiquent le lieu dit, la direction du prochain lieu dit et l'identification des sentiers. Le topo guide est un outil fort utile au randonneur.

 

2 - Pascal.JPGLe balisage des itinéraires est parfait

Pascal, originaire de Nantes, en vacance en famille à Font-Romeu : nous nous sommes mis à la randonnée familiale depuis l'année dernière. Les enfants sont plus grands, et ils apprécient beaucoup. Cette semaine on a découvert le site des Bouillouses et aujourd'hui nous allons au lac d'Aude. On utilise les informations des offices du tourisme et une carte IGN. Les circuits sont bien balisés et fiables. Hier on s'est trompés et l'on s'est rapidement aperçu de notre erreur ne trouvant plus de balisage. La région est intéressante et les itinéraires adaptés à tous les niveaux. En général on part à la journée avec le pique-nique. Par contre on s'est aperçus que les temps de marche indiqués sont parfois trompeurs. On met toujours plus de temps, mais cela est peut-être dû à notre rythme. On découvre de superbes paysages, beaucoup de lacs. C'est la super récompense de la randonnée.

3 - Mireille et Jean Pierre.JPGLe GPS, un bel outil si l'on sait s'en servir

Mireille et Jean Pierre de Nîmes, en vacances à Formiguères : nous pratiquons habituellement la randonnée dans le Gard et à chacun de nos séjours en Capcir. On utilise les topos guide locaux qui sont très bien faits, et les infos du syndicat d'initiative. On a pratiquement parcouru l'ensemble des balades proposées. Le balisage est parfait et si on est vigilant, on ne peut pas se perdre. On utilise aussi la carte IGN et le GPS qui est très pratique. Il permet d'avoir l'altitude, et nous ramènerait à note véhicule si nous nous perdions. Au retour de balade, nous transférons les données du GPS sur l'ordinateur, itinéraire, profil, temps de marche, dénivelé... Il nous arrive aussi de récupérer des itinéraires sur Internet. Le GPS est un super outil si l'on sait s'en servir. Randonner dans la région c'est très agréable et cela nous change des Cévennes et de la Camargue.

4 - Thierry.JPGLes Pyrénées c'est mieux que les Alpes

Thierry originaire de Chartres et en vacances en famille à Font-Romeu : pendant l'été, nous pratiquons la randonnée en famille, en petites balades. Nous partons entre 9 et 10 h avec le pique nique et nous rentrons en cours d'après midi. A mon arrivée en montagne, je passe à l'office du tourisme découvrir les randonnées, et j'investis dans une carte IGN au 1/50000. A partir des parcours proposés, je construis mon itinéraire. J'ai une bonne expérience de la montagne et de la grande randonnée. Les itinéraires que l'on a empruntés étaient bien balisés, avec beaucoup d'informations pratiques  au départ, on ne risque pas de se perdre. C'est la première fois que nous venons dans les Pyrénées, et c'est une belle surprise, les paysages sont magnifiques. La montagne est accessible, c'est bien pour les enfants. On se fait plaisir et on ne souffre pas, c'est mieux que dans les Alpes.

26/07/2010

Tourisme doux dans les Garotxes

IMG_1595.JPGIMG_6382.JPGIMG_6390.JPGIMG_6393_modifié-1.jpg

Les Garotxes, « terres arides », nichée entre le Capcir et le Conflent, est une haute vallée tranquille, qui a  des atouts touristiques à faire valoir, une terre d'accueil qui se mérite, selon les habitants, qui prônent un tourisme doux.

 Vivant autrefois de l'agriculture, cette région accidentée et rocheuse, entre 1300 et 1500 mètres d'altitude, a un climat favorable, avec une exposition sud face au Canigou, que l'on aperçoit. Ici  poussent arbres fruitiers, pêchers, pommiers, abricotiers, et sur les parties les plus basses on cultivait autrefois, vigne et cerisiers. Il y a des jardins potagers dans tous les villages, qui sont aussi magnifiquement fleuris. Cette vallée, s'est dépeuplée, car elle avait du mal à nourrir ses habitants. Mais elle voit sa population quintupler l'été et l'hiver. La plupart des maisons ont été conservées par enfants et petits enfants, qui en ont fait des résidences secondaires. 80 % des gens qui vivent dans les Garotxes ou qui y viennent en vacances sont originaires d'ici et sont fiers d'être « garotxins ». Certes la route d'accès est étroite et sinueuse, mais elle traverse des paysages magnifiques et offre de superbes points de vue. Pays d'eau, on y trouve encore les ruines d'une partie des 26 moulins à eau recensés en 1824. Le moulin à foulon d'Ayguatebia est en cours de réhabilitation. Le patrimoine bâti, s'il souffre d'entretien, est riche et on y compte des églises romanes. Des sentiers balisés permettent de relier les villages, ou de se promener en boucle sur des itinéraires thématiques. Les cinq communes, Ayguatébia-Talau, Caudiès de Conflent, Oreilla, Railleu, Sansa, œuvrent ensemble pour développer le tourisme. L'association Garotxes Conflent par ses animations intercommunale a permis de rétablir le lien qui s'était perdu entre les villages du fait de la désertification. Ses membres ont réalisés des « patotes », personnages d'autrefois qui sont exposés cette année au village d'Ayguatébia. Si vous aimez la nature, le calme, la vraie relation humaine, le tourisme à petite échelle, prenez le temps de découvrir les Garotxes. Ici, les gens sont accueillants, n'hésitez pas à les solliciter. Bloquez votre régulateur de vitesse à 30 km/h, baissez vos vitres, enfourchez votre vélo, ou chaussez vos chaussures de marche et laissez vous guider.

 Ce qu'ils en pensent

IMG_6431_modifié-1.jpg Maryse Lopez, présidente de l'association Garotxes Conflent.

Les Garotxes sont une terre d'accueil et nous souhaitons développer un tourisme raisonnable autour de la randonnée. Pas un tourisme de masse, inadapté à notre vallée, les gens d'ici n'en voudraient pas. Notre problème c'est qu'il n'y a pas d'infrastructure d'accueil organisée. Il y a plein de chose à voir, mais on ne peut résider sur place. Les skieurs de fond s'arrêtent au col de la Llose et les randonneurs au col de Creu. Ici c'est le dépaysement, l'authenticité qui sont nos atouts. Les amoureux de la nature et du calme, c'est ici qu'ils le trouveront. Cette année nous avons édité des dépliants qui permettent de découvrir les villages en autonomie. Si vous êtes perdu, n'hésitez pas à demander aux habitants, ils savent accueillir.

IMG-6434.jpgMarie Claude Raspeau, maire de Railleu

Il y a énormément de passage sur les Garotxes, des cyclistes des randonneurs. Nouveauté, des personnes qui utilisent leur GPS qui les dévie à partir d'Olette et qui sont un peu désorientés, lorsqu'ils empruntent la route d'accès. Beaucoup recherchent un bar ou un restaurant. Seul Sansa avec son gîte d'étape peut répondre à cette attente, mais ce n'est pas suffisant. Il faut aménager des structures pour pouvoir les accueillir. Cet été à Railleu, nous ouvrons une buvette, ce qui est une première étape. La vie ici est rude, simple, mais les gens sont accueillants. Notre force touristique, c'est notre église qui est particulière, le vieux moulin, les sentiers de randonnée, et la sympathie des gens des villages.

IMG_6432_modifié-1.jpg Jeannette Ferrer, conseillère municipale à Sansa

 Les Garotxes sont très sauvages, il faut presque les mériter. Il faut avoir envie de venir jusqu'ici, mais on est récompensé. Sur Sansa c'est le pastoralisme que l'on va découvrir, avec ses « covas » (abris), sa bergerie la plus grande du département, mais qui malheureusement est effondrée. Ce qu'il y a à découvrir dans notre vallée, ce n'est pas grandiose. Mais cela fait partie du patrimoine et de la vie de nos ancêtres. La route est un frein et il n'est pas envisageable de l'élargir, alors il faut la valoriser. Nous allons aménager des petits parkings sur les points de vue remarquables. Nous recherchons de nouveaux gérants pour notre gîte d'étape. Les personnes intéressées doivent contacter la mairie au 04.68.97.02.68.

 

IMG_6427_modifié-1.jpgJeanne Olive habitante d'Ayguatébia

Tout le monde parle de développement touristique, mais nous n'avons pas les structures d'accueil. Aujourd'hui, les touristes ne nous apportent que des inconvénients. Les cyclistes jettent leurs cannettes, les randonneurs ne sont pas toujours respectueux. On n'a rein à vendre, et on ne peut apporter grand-chose aux touristes, si ce n'est notre nature. Je ne suis pas contre l'aménagement touristique, mais encore faut-il qu'il y ait des retombées économiques, et qu'il soit basé sur l'échange. Je suis pour un tourisme à dose homéopathique. Je dois reconnaître que je suis un peu chauvine et j'aime bien protéger mes jardins secrets. En fait, je ne souhaite pas que l'on vienne piétiner mes plates bandes.

 Ici le temps ne s'est pas arrêté et les habitants ont de l'humour jusqu'à nommer la route qu'ils empruntent journellement « l'itinéraire pittoresque des Garotxes ».

13/07/2010

Niché au coeur du Capcir, un lac aux mille et une activités

IMG_8936.JPG

Situé au cœur du Capcir, à 1500 mètres d'altitude, bordé par la forêt de pins sylvestres de la Matte, ce plan d'eau, retenue artificielle de 200 hectares, réunit une multitude d'activités ludiques et sportives dans un cadre exceptionnel.

La montagne catalane est très prisée pour ses sports d'hiver, mais l'été, c'est aussi une destination forte. Son air pur, ses paysages, son climat, sa montagne accessible ont depuis longtemps attiré les amoureux de la randonnée pédestre. Mais, pour répondre aux attentes de la clientèle potentielle, de nombreuses activités ont été mises en place et ont un effet bénéfique sur la fréquentation estivale et la satisfaction des vacanciers. Le lac de Matemale est à ce titre un exemple. Dans cet espace naturel de verdure et de fraîcheur extraordinaire, quelque soit votre âge et vos choix de loisirs, c'est le plaisir qui est au rendez vous.

Que du plaisir : ici l'eau est pure, et la baignade est surveillée sur la base nautique de l'Ourson qui offre aussi voile, planche à voile, canoë, pédalo. Autour de ce site de nombreuses activités sont proposées. Trampoline acrobatique, balades à cheval, poney, châteaux gonflables, tir à l'arc, parcours aventure d'arbre en arbre, practice de golf, parcours sportif. Nouveauté cette année l'espace aqua ludique avec piscine d'initiation à la natation, sauna, spa. Sur la deuxième anse que vous pouvez rejoindre par un sentier qui traverse la forêt et longe le lac, vous découvrirez balades en chiens de traineau, circuit quad 4X4 électriques pour les enfants, parcours d'initiation vtt, en accès libre, centre vtt avec location de vélos. C'est aussi le départ de sentiers pédestres et vtt balisés qui vous permettent de découvrir le Capcir. Si vous recherchez confort et eau chaude, à deux pas, la piscine de Matemale et son bain chaud répondront à vos attentes. Et, si vous souhaitez ne rien faire, des bancs avec point de vue sur le lac, des espaces pique nique avec place à feu sont à votre disposition. Vous pourrez aussi vous désaltérer ou manger une crêpe aux différents snacks. Déjeuner et goûter à la cuisine catalane dans un cadre magnifique, c'est aussi possible au restaurant l'Ourson.

Alors n'hésitez pas, le lac de Matemale, « c'est bien fait pour vous ».

Ce qu'ils en pensent

IMG_5826.JPG Cécile, originaire de Montpellier : je suis en vacances en famille en Capcir pour la deuxième année, une destination IMG_5827.JPGque nous fréquentons régulièrement en hiver. Au lac c'est calme et on peut se baigner. Beaucoup d'activités sont proposées et adaptées à tous. Malgré la chaleur, il y a toujours de l'ombre sous les arbres. Les enfants apprécient beaucoup le pédalo et on projette de faire le circuit accro branche dans la semaine. Le site est formidable, tout le monde peut y trouver son compte. Ce sont de vraies vacances, apaisantes, pour les citadins que nous sommes.

Pascal originaire de Blaye (33): en vacances en famille à Matemale, je connaissais le Capcir pour l'avoir traversé en randonnée pédestre, mais c'est notre premier séjour. Superbe plan d'eau, propre, l'eau paraît froide, mais en fait elle ne l'est pas. Dommage qu'il y ait des chiens non tenus en laisse. C'est facile d'accès, pas de problème pour se garer. Les activités proposées sont variées et intéressantes, mais lorsque l'on est cinq, cela chiffre vite. On pratique habituellement la randonnée, et ici il y a de quoi faire, les sentiers sont bien balisés.

IMG_5846.JPG Wilfrid, professeur de judo originaire de Marsillargues dans le Gard : je suis en séjour aux Angles avec un IMG_5841.JPGgroupe de 23 jeunes judokas. C'est un stage de multi activité qui nous permet de découvrir la montagne. Le plan d'eau est un fort atout pour la région et il est bien exploité. Beaucoup d'activités ludiques et diversifiées. On est bien accueilli sur le site et les enfants sont heureux d'être ici. Cela fait cinq ans que nous venons et nous utilisons les activités. En particulier le trampoline, le golf, l'équitation, l'accrobranche et la baignade bien sur.

Nicolas, surveillant de baignade à la base nautique l'Ourson : la clientèle autour de l'eau est essentiellement composée de familles, de groupes d'enfants et d'ados. Ma mission est de préserver la sécurité des baigneurs et passants. Je les informe aussi sur les activités. je fais aussi de la sensibilisation à la protection de l'environnement. La plupart des gens sont sympas et apprécient le site et les activités diversifiées. L'eau est agréable pour la baignade et les enfants s'éclatent. Les interventions sont souvent hors de l'eau et pour des petits bobos.

IMG_5915.JPGIMG_5920.JPGIMG_5931.JPGIMG_5940.JPGIMG_5866.JPGIMG_5952.JPG

Havre de paie et de plaisir, le lac de Matemale offre des activités ludiques et sportives gages d'un agréable séjour.

14/05/2010

La randonnée en montagne, vecteur du développement touristique

IMG_9506.JPG
IMG_9390.JPG

Dans le cadre de sa mission de soutien au développement de la randonnée, le Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes, a engagé l'inventaire des refuges de son territoire et souhaite améliorer l'offre d'hébergement et l'itinérance en montagne.

La randonnée est un loisir sportif pratiqué sur tout le territoire français. En famille, en groupe, en club, entre amis, la randonnée réunit de nombreux adeptes. La montagne tire partie ce cet engouement et sur le territoire du parc, communes ou communautés de communes ont mis en place des itinéraires de randonnée. Cette démarche volontariste, s'inscrit dans le Plan de Départemental de la randonnée géré par le Conseil Général. Conscient des enjeux économiques liés à cette pratique, le Parc a mis en place un plan de développement. Il vise à la fois l'amélioration de l'accueil dans les refuges, et la création d'un tour pédestre du parc.

Etat des lieux Jean Brice Leroy gardien du refuge des Camporells et Denis Deprades de Pyrénées environnement ont été chargés de cette mission. Ils ont soumis inventaire et propositions, au comité de pilotage qui réunit élus et professionnels de la montagne. 110 bâtiments ont été répertoriés et classés : orris, cabanes pastorales, abris de fer, ruines, refuges non gardés, refuges gardés. Le programme d'amélioration va s'étaler sur plusieurs années, la priorité étant donnée aux refuges gardés ou non, situés sur des itinéraires de randonnée ou sur le futur tour du parc. Il s'agit de Camporells, la Carança, Mariailles, les Bouillouses, le Callau et la baraque EDF du Lanoux. Améliorer l'hébergement des randonneurs et des gardiens, intégrer les énergies renouvelables, traiter les eaux usées, harmoniser la capacité d'accueil, intégration architecturale des bâtiments, sont au programme des réhabilitations. Une réflexion est engagée sur la construction de refuges sur la vallée du Campcardos, du Coronat et le massif du Puigmal. Une étude économique de viabilité pour le gardien précèdera tout aménagement.

Le tour du PNR il s'agit de créer un itinéraire phare, en 15 ou 17 étapes de 6 à 7 heures, réalisable en un ou deux séjours. Ce tour de prestige, style GR 20 en Corse, vise une clientèle particulière. Dans son ébauche, deux axes sont envisagés. De Villefranche à Llo par la chaîne du Canigou, et de La tour de Carol à Villefranche de Conflent par les massifs Carlit/Pérics et du Madres. Ce circuit utilisera tout ou partie des itinéraires existants tel les tours de pays et sentiers de grande randonnée (GR). Dans le débat qui suit deux propositions sont retenues à la réflexion. Une variante avec étapes de 4 à 5 h s'appuyant sur les refuges gardés et non gardés permettrait de répondre à la demande de randonnée familiale. Une partie du circuit pourrait aussi être envisagée à la journée, le train jaune permettant d'aller d'un départ de circuit à l'autre.

Le prochain comité de pilotage qui aura lieu fin juin, travaillera sur des propositions chiffrées de réhabilitation des abris de secours et leur mode de gestion et d'entretien.

Renseignements : www.parc-pyrenees-catalanes.fr

IMG_9495.JPGIMG_9559.JPG