22/10/2012

Le patrimoine bâti de la ligne du train jaune réhabilité

chantrier école, travail, foramtion, insertion


Etat, Région, Département, SNCF, RFF, PNR, CAUE, AICO ont réuni compétences et moyens financiers pour réhabiliter le patrimoine bâti de la ligne du train jaune.

Il est loin le temps, où cheminots, habitants, élus locaux, se battaient pour sauver le train jaune, menacé d’être démantelé par son propriétaire, la SNCF. Ce superbe « canari », malgré son âge centenaire est toujours en activité et représente aujourd’hui un symbole fort pour notre département. Défi technologique lors de sa construction (650 ouvrages d’art dont les ponts Gisclard et Séjourné), la ligne du train jaune est un vecteur clé du développement touristique des Pyrénées Catalanes et transporte quelque 180 000 personnes par an.

chantrier école, travail, foramtion, insertionRéhabiliter : la baisse de fréquentation du train jaune liée à la volonté de fermer la ligne, a eu pour conséquence une dégradation des quais et halles des gares le long de la ligne. Certaines ont été vendues, d’autres squattées et souvent vandalisée. « Aujourd’hui, nous souhaitons intégrer le train jaune dans l’économie locale, créer des produits touristiques autour de la ligne » affirme Jean Ghedira, Directeur Régional SNCF et rajoute « concernant le matériel, il faut trouver un équilibre entre les attentes des voyageurs et la sécurité du matériel. Nous y travaillons avec le Conseil Régional.

Partenariat : depuis 2009, deux  chantiers école encadrés par l’Association d’Insertion du Canton d’Olette, œuvrent à la rénovation et mise en valeur des haltes et gares de la ligne du train jaune. Quatre halles (Bolquère, Saillagouse, Osséja, Joncet) sont réhabilitées, trois quais (Serdinya, Sauto, Estavar) rénovés, trois autres (Joncet, Mont-Louis, Bolquère) en cours. Des travaux parfaitement réalisés, dans l’esprit de sauvegarde du patrimoine avec l’utilisation de matériaux locaux, comme ont pu apprécier les participants à cette visite de chantier. En 2013, le programme sera prolongé. Une action qui a permis à 40 personnes de bénéficier de formations et d’un suivi en vue d’une réinsertion professionnelle.

Réinsertion Professionnelle

L’AICO : cette association implantée à Olette, fait partie du réseau national des chantiers école. Elle accueille des chômeurs de longue durée dans le cadre d’un contrat aidé qui peut aller de 9 à 24 mois. Son but est de réinsérer ces personnes dans un milieu professionnel, par la formation aux différents métiers de la construction et par une mise à  niveau sur tous les savoirs de base.

 

chantrier école, travail, foramtion, insertion

réhabiliter un patrimoine en favorisant l’insertion sociale et professionnelle, un ambitieux projet qui réussit. Jean François Testard Directeur des affaires territoriales SNCF LR, Christian Petit Directeur Régional RFF LR, Jean Ghedira

13/10/2012

Quelle adéquation entre handicap, santé et travail dans une société en mutation ?

handicap, santé, travail


Réunis en congrès à Osséja, dirigeants et professionnels du groupe le Parc, professionnels du handicap, administrations, élus locaux, ont essayé de répondre à cette question.

handicap, santé, travailElisabeth De Pastor, directrice Générale du groupe du Parc, accueille les participants au congrès. « ce colloque est organisé par une association en pleine restructuration dans un monde en mutation où la valeur travail ne manque pas d’être en questionnement. Il émane de notre regard sur notre accompagnement auprès de ceux qui nous sont confiés ». Dans sa longue introduction elle met l’accent sur l’intérêt de ce colloque « qui doit nous enrichir de la diversité de nos points de vue et nous faire prendre conscience que l’accompagnement de nos usagers se conjugue au pluriel, c'est-à-dire en équipe… » concluant « visons l’excellence, soyons intelligents, créatifs et énergiques ». Mots d’accueil de Daniel Delestré, maire d’Osséja et rappel de l’intérêt et l’implication financière dans le handicap du Conseil Général par son représentant Elie Puigmal laissent la parole aux intervenants et à la salle.

Equité : ingénieur de formation, ancien sportif de haut niveau, 4 fois champion olympique (de 1984 àhandicap, santé, travail 1986),  de tennis de table handisport, Guy Tisserant est le premier intervenant. Avec humour, et beaucoup d’exemples pratiques, il soulève la problématique de la représentation sociale des handicapés dans l’entreprise et plaide pour une attitude sans à priori, faisant abstraction de nos représentations. Risques subjectifs (image) et risques objectifs (la réalité), sont des freins à l’embauche des personnes handicapées. Plutôt que d’égalité, il préfère parler d’équité, ce qui demande la mise en place de mesures individuelles. « deux personnes ayant le même handicap n’auront pas obligatoirement les mêmes besoins ». Il distingue les actions de « favoritisme » (lorsque je peux mais ne veux pas) de celles de « compensation » (lorsque je ne peux pas). « la notion de compensation est un droit, le droit à l’équité, avec une limite, la notion de raisonnable ». Il conclue en affirmant « le handicap n’est pas un sujet médical, c’est un sujet humain ».

Intérêt du travail : c’est ce que développe le deuxième intervenant Gérard Zribi, président national d’ANDICAT (association nationale des directeurs et cadres des Etablissements et Services d’Aide par le Travail) « le travail est un droit fondamental qui s’applique à tous quelle que soit leur situation. C’est un signe de reconnaissance fort pour les personnes handicapées ». Le monde de l’emploi aujourd’hui est peu accueillant, on a du mal à se situer sur un marché du travail très contrarié. Dans notre monde dit moderne, il n’y a plus d’enracinement familial, géographique, culturel, ce qui favorise les troubles psychiques. « l’évolution technologique met à l’écart des personnes à handicap léger ». L’économie sociale et solidaire est un ensemble de valeurs plus qu’un champ économique traditionnel. Gérard Zribi l’affirme « les ESAT prennent toute leur place, mais doivent s’adapter aux mutations économiques et générationnelles. Mais l’économique ne doit pas supplanter l’humain ». Il termine son intervention avec une phrase du sociologue et philosophe Edgard Morin « l’être humain du 21è siècle devra relever le défi de la complexité ».

 

handicap, santé, travail

                     des intervenants passionnants et un public motivé pour ce congrès.

20/09/2012

Formation au montage de murs en pierre sèche

IMG_3609.JPG


Réhabiliter le petit patrimoine bâti avec les techniques de nos ancêtres,  au cœur de la formation montage de mur en pierre sèche, organisé par le PNR.

IMG_3615.JPGA l’issue des stages d’initiation au montage de murs en pierre sèche, réalisés en 2011, le parc naturel régional des Pyrénées Catalanes a conduit un sondage auprès de l’ensemble des participants. Le souhait d’aborder d’autres techniques est apparu et a motivé la mise en place d’un stage de perfectionnement.

Formation concrète : l’année dernière c’est le travail de base qui était abordé, avec la reconstruction d’un mur de soutènement appuyé à un talus. Le perfectionnement aborde la construction d’un mur séparation. « si les règles de pose de pierre obéit aux mêmes techniques, la réalisation d’un mur séparatif est beaucoup plus complexe. Il faut soigner esthétiquement les deux faces, le mur qui n’a pas d’appui, doit-être lui-même en équilibre. De plus, on a du laisser un passage dans le mur, avec des angles droits, ce qui complique la tâche » précise le formateur Alain Matieu. Durant chaque stage de deux jours, un mur est réhabilité sur le territoire d’une commune qui a posé candidature auprès du parc. C’est sur la commune des Angles que se déroule ce perfectionnement.

Deux stages d’initiation sont programmés, les 27 et 28 septembre à La Llagonne (stage complet), et lesIMG_3653.JPG 2 et 3 octobre à Escarro, sur lequel il reste quelques places. Un troisième, non encore programmé, est prévu courant octobre à Thues entre Vails. Les stages sont gratuits et concernent exclusivement les employés des communes du parc. Ils sont financés grâce à l’aide financière de l’Union Européenne (programme leader porté par le Pays Terres Romanes), la Région Languedoc Roussillon et le parc. Des formations appréciées par les communes dont les employés en ont bénéficié, qui leur permet de réhabiliter leur petit patrimoine.

Renseignements, inscription : 04.68.04.97.60. www.parc-pyrenees-catalanes.fr

 

IMG_3631.JPG

                                          des gestes issus des techniques de nos ancêtre

15:28 Publié dans formation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mur, pierre, savoir faire

04/09/2012

Tourisme :Image et marketing au programme

IMG_2692_modifié-1.jpg


En collaboration avec L'association de développement des Pyrénées par la formation (ADEPFO), la Communauté de communes Capcir Haut-Conflent, a engagé depuis le lundi 27 août 2012, une démarche de formation-développement

C’est à la Maison du Capcir, au col de la Quillane que cette formation-développement, est en cours de réalisation. Murielle Bousquet, consultante et formatrice en tourisme (TerriTour) est mandatée pour animer 14 journées d'ici la fin de l'année. « le territoire de la Communauté s’est élargi avec l’arrivée de la commune de Font-Romeu. Un élargissement qui devrait s’étendre aux communes des Angles et de Bolquère qui doivent intégrer la communauté au plus tard en juin 2013, comme le prévoit la loi. Cela nous amène réfléchir sur notre image de destination touristique, et travailler sur un plan marketing cohérent » précise Raymond Trilles président de l’intercommunalité.

Réflexion/action : ces quatorze journées vont regrouper une quinzaine de personnes. La réflexion va être engagée à l'échelle du territoire du Parc naturel régional des Pyrénées catalanes. « j’aime bien mélanger les torchons et les serviettes, mettre en commun les différents acteurs pour mener une réflexion » précise Muriel Bousquet. C'est à un véritable jeu de simulation que vont se livrer des élus, des techniciens, des professionnels du tourisme et des représentants d'associations locales. Le programme distingue des journées plus techniques visant à préfigurer une production touristique à proposer aux 4 saisons, et des journées d'échanges entre les différentes familles d'acteurs. La démarche vise à doter le territoire d'un projet de stratégie marketing cohérent et adapté à ses réalités et d'une organisation locale de production et de commercialisation touristique acceptée et comprise par tous.

Communiquer : La communication va être au cœur de ces journées. La réflexion doit s'inscrire dans la démarche régionale Sud de France, décliner la stratégie départementale, doter tous les acteurs du territoire d'une feuille de route partagée. Une attention particulière sera donnée à l'articulation avec les offres  et organisations espagnoles et andorranes.

En parallèle, six autres journées de formation-développement vont être consacrées par l'ADEPFO à l'étude des conditions de faisabilité d'un projet de cabanes-bivouacs à implanter dans les communes des Garrotxes, pour favoriser une découverte du patrimoine de ses villages dans une approche raisonnée.

Renseignements Maison du Capcir 04 68 04 49 86 www.capcir-pyrenees.com

12/11/2011

Un Forum des emplos saisonniers... très couru


IMG_2192_modifié-1.jpg

Le pôle emploi de Prades organisait ce jeudi à Font Romeu un Forum Emplois pour la saison d’hiver. Une initiative bienvenue et appréciée par les participants qu’ils soient employeurs ou demandeurs d’emploi.

 IMG_2194_modifié-1.jpgEnviron un millier de visiteurs, 45 entreprises, une quinzaine de partenaires associés dont les chambres consulaires, des organismes de formation, ont participé à ce forum dédié aux emplois saisonniers. Une participation qu’apprécie Stéphane Baron directeur du pole emploi de Prades « avec la crise, l’emploi devient plus précaire et nous demande d’être plus présents sur le terrain. Mille entreprises ont été contactées pour ce forum, et c’est 140 emplois qui sont proposés aujourd’hui ». Des emplois saisonniers qui concernent les activités touristiques de l’hiver dans les hauts cantons..

Se former : afin de faciliter l’emploi, des formations sont proposées aux travailleurs saisonniers.IMG_2208_modifié-1.jpg L’hôtellerie restauration propose aux saisonniers, 21 h de formation financé par le Fafih (fonds de formation professionnelle). Le pôle emploi de Prades met en place des formations de skiman et d’agent d’exploitation des remontées mécaniques. « cette année, dans le forum, l’accent a été mis sur les dispositifs de formation en alternance » précise le directeur. Pour mieux répondre aux attentes des participants, une enquête de satisfaction leur est distribuée. Un questionnaire enquête sur les conditions de logement, élaboré par l’observatoire régional de la santé est aussi réalisé sur site.

Satisfaction : Jonathan, Abbesse, Léonna, Christophe habitent Perpignan. Ils ont pris le bus à 1 € ce matin à 6 h 40. «On est bien accueillis, les propositions d’emploi sont convenables. Ça donne un coup de pouce aux jeunes qui recherchent du travail. Le problème c’est le logement ». Même son de cloche du côté des employeurs. «forte demande, des profils pas toujours IMG_2212.JPGadaptés, mais une vrai motivation, ils sont prêts à tout faire. Comme je ne loge pas cela réduit les possibilités » précise Lionel qui propose un emploi de service en hôtel restaurant.

Alice Coste, sous préfete de Prades, est présente auprès des équipes de pôle emploi «les emplois proposés correspondent à des métiers en tension pour l’hiver en montagne et son centrés sur le tourisme. Une difficulté est le logement des saisonniers, on insiste sur le recrutement local». La sous préfete soulève aussi le problème des difficultés de recrutement dans les emplois spécialisés du secteur santé en montagne. « un groupement, devrait permettre de mutualiser les actions entre les établissements. Formation interne des personnels, échange d’offres et de demandes d’emploi, travail en temps partagé entre plusieurs structures  seront au programme».

 

IMG_2187_modifié-1.jpg

de nombreux jeunes à la recherche d’un emploi saisonnier sont venu à ce forum montagnard.

17/08/2011

Des stages de formation en pierre sèche

IMG_6201.JPG

Dans le cadre de ses missions de valorisation du patrimoine bâti et des savoirs faire traditionnels, le PNR organise des stages de formation de deux jours, dédiés à la réhabilitation des murs en pierre sèche.

IMG_6174_modifié-1.jpgSur le territoire du parc, il y a une multitude de constructions en pierre,  « fèxes » (murets de soutènement), murets de séparation utilisés dans le pastoralisme et l’agriculture, cabanes pastorales. Des bâtis qui ne sont pas toujours entretenus et qui se dégradent au fil du temps. Dans un souci de préservation de ce petit patrimoine, le parc a proposé aux communes d’accueillir leurs employés communaux, pour des formations dédiées à la réhabilitation des murets de soutènement en pierre sèche. Durant deux jours, sous la conduite de deux professionnels, seize stagiaires vont découvrir ou conforter la maitrise de cette technique. Trois stages sont prévus, le premier a eu lieu sur la commune d’Eyne. Il s’agissait de reconstruire le mur de soutènement du parking de la maison de la vallée.

Deux jours de pratique après un travail théorique en salle, pour acquérir les rudimentsIMG_6187_modifié-1.jpg de la technique, la connaissance des outils, les pièges à éviter, le groupe se retrouve au pied du mur sous les conseils éclairés des deux formateurs. Un travail très technique, très éprouvant, car il faut manier des charges lourdes, les déplacer, les caler. Les encadrant Alain Mathieu artisan et Gaëtan Bell formateur en travaux paysagers ont un projet pédagogique clair « les gens qui participent au stage connaissent la pierre sèche, il y en a beaucoup dans le paysage. La technique s’est quasiment perdue. Notre objectif est de redonner, par une réalisation concrète, des bases à des personnels communaux qui sont appelés à réaliser ce type de construction ». A l’issue de ces deux jours de formation les stagiaires connaîtront les erreurs à ne pas commettre et seront  opérationnels sur de petits murets. Sur cette session, participaient les représentants des communes de Bolquère, Caudiès, Eyne, Fontrabiouse, Formiguères, Porté, Puyvalador, Saint Pierre. D’autres communes participeront aux autres formations programmées en septembre et octobre.

Renseignements 04.68.04.97.60   et  contact@parc-pyrenees-catalanes.fr

 

Un métier technique éprouvant

IMG_6184 Alain Mathieu.JPGAlain Mathieu, artisan en pierre sèche en Languedoc Roussillon est aussi formateur dans sa spécialité.

Quel principe de construction faut-il mettre en œuvre ? un mur en pierre sèche doit-être épais et, sa face arrière, même si elle ne se voit pas, doit-être autant construite que la face avant, ce qui est gage de stabilité.

Quelles qualités doit avoir le constructeur ? beaucoup de patiente, un regard sur les pierres et leur emplacement, s’adapter aux différentsIMG_6183.JPG types de pierre, mais aussi savoir ajuster la pierre avec les outils (chasse, têtu, massette, burin).

Quelles dont les difficultés du métier ? c’est un métier qui est très exigeant physiquement. Je ne travaille que 3 jours par semaine parce que physiquement je ne tiens pas, et ce n’est pas un problème d’âge ni de volonté.

Combien ça coute un mur en pierre sèche ? un m2 de mur fini coûte de 180 à 200 € TTC.

 

IMG_6178.JPG

des stagiaires actifs qui conseillés par leurs formateurs ont le projet de réaliser une « belle œuvre ».