25/10/2011

Les palabres du Parc Naturel régional

IMG_4577_modifié-1.jpg


Le Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes a engagé la révision de sa charte, une réflexion qui passe par des échanges avec la population, qui est conviée à participer au débat..

En 2014, le parc des Pyrénées catalanes remet en jeu son label « parc naturel régional ». Son renouvellement dépend de l’avis de l’Etat sur le projet de territoire proposé pour la période 2014/2016. Pour cela, dès aujourd’hui, le contenu du programme doit-être défini, et les réponses apportées aux questions qui se posent : quel cadre de vie, quelle offre de services, quelles ressources économiques, quelle protection des espaces naturels, quelle valorisation des patrimoines, quels modes de déplacements…

Les palabres : Le syndicat mixte du parc, a décidé faire participer à la réflexion, les habitants des  64 communes membres, en organisant des rencontres dans les villages. Ces « palabres du parc », ouvertes à tous, véritable temps de discussion et de débat ont déjà eu lieu à Villefranche pour le Conflent et à Ur pour la Cerdagne. Le troisième rendez vous concerne le Capcir. Il est prévu le mercredi 28 octobre à 18 heures, au bistrot de pays de Matemale. C’est autour de la question vivre ici dans un parc naturel en pays catalan, pour quoi faire, que vous êtes tous invités à répondre au cours de cette rencontre. Ces débats permettent au parc de définir un projet collectif d’aménagement du territoire à l’image de ses habitants.

Vous pouvez d'ores et déjà vous exprimer et vous informer sur le renouvellement du label "Parc naturel régional" sur le blog http://blog.parc-naturel-pyrenees-catalanes.com

14/08/2011

Le GAEC Perarnaud primé au concours des praries fleuries

 

concours, agricole, prairie, fleurs

Ce 2ème concours prairies fleuries, a vu la participation de cinq agriculteurs détenteur de la marque parc « viande », des producteurs respectueux de la biodiversité.

Pour la deuxième année consécutive, le Parc naturel régionale des Pyrénées Catalanes a organisé sur son territoire, un concours sur les prairies fleuries qui, cette année,  concernait les éleveurs « viande » marqués parc.

Le goût est dans le pré les participants ont en commun de présenter des prairies naturelles, de fauche et de pâture, riches en fleurs, remarquables par leurs qualités fourragères et mellifères. Cette diversité végétale donne toute sa spécificité gustative au fromage et au miel, en plus de renforcer le système immunitaire des animaux. Ce concours d'excellence agri-écologique récompense les exploitations agricoles présentant le meilleur équilibre entre valeur agricole et valeur écologique. Il témoigne ainsi que production et biodiversité peuvent se rejoindre.

Belle participation ils étaient cinq agriculteurs à soumettre leurs prairies au regard critique d’un jury expérimenté. Le GAEC Perarnaud de Formiguères remporte quatre prix (agricole, biodiversité, paysage et excellence), le prix mellifère étant attribué à Sophie Vittot et Gérard Simon de Mosset. Le gagnant représentera les Pyrénées Catalanes au concours national en septembre à Paris, et sera opposé aux représentants de 20 autres parcs.

Les participants

Cal Rigole, Corinne et Philippe Parassols, Eyne

Bruno Moiola, Formiguères

GAEC Perarnaud, Formiguères

Fromagerie la Callola, Sophie et Yves Sola, Sahorre

Sophie Vittot et Gérard Simon, Mosset

 

Les prix ont été remis par Suzanne Delieu Vice présidente du parc et Philippe Loos, maire de Formiguères.

 

27/07/2011

"Garotxes Conflent" reçoit le Prix Initiative Région

prix, garotxes, banque populaire, récopense

A Ayguatebia, membres de l’association, élus, habitants, représentants de la Banque Populaire, étaient présents pour la remise du Prix Initiative Région, mille euros venus aider à la remise en état du moulin à foulon.

Depuis huit ans, la Banque Populaire Sud, a mis en place les Prix Initiative Région consacrés au patrimoine. Un jury d’expert désigne chaque année des associations auxquelles la banque apporte un soutien financier, récompensant ainsi la volonté et la persévérance de ces bénévoles.

Le moulin à foulon « mémoire vivante de l’activité drapière des villages, élément original du patrimoine industriel de la vallée, cette réhabilitation représente un atout considérable dans le développement d’un tourisme doux » tenait à préciser Monsieur Bernard Vergés président du jury départemental du PIR. Un compliment qu’appréciait Maryse Lopez, présidente de l’association « il est là, ce petit moulin, pour rappeler nos racines, nos ancêtre  attachés à cette terre. Aujourd’hui, il a su fédérer les habitants de ces villages autour d’un même projet ».

Faire vivre la vallée au début du 19è siècle, sur le village d’Ayguatebia, on comptait 6 moulins à farine, 2 scieries, 1 foulon et 600 habitants. Le maire, Marcel Mitjaville, se réjouit de ce prix et rappelle que « le dernier moulin à grain a cessé de fonctionner en 1957. L’administration des impôts a obligé au démontage des meules, le bâtiment est aujourd’hui une ruine ». Le développement d’un tourisme doux, basé sur la randonnée, peut permettre un regain économique et le maintien d’une population en déclin. C’est ce que souligne Madame Christine Chouly, directrice de l’agence bancaire de Prades « l’action assidue de votre association, favorise le développement culturel, maintient le lien social, améliorant ainsi le cadre de vie et facilitant l’implantation d’habitants à l’année ». Jean Louis Alvarez Conseiller Général et vice président du parc, conclura les discours en rappelant « le soutien du Conseil Général et du PNR à ce dynamisme local ».

Un agréable buffet parachevait cette sympathique réunion.

04/02/2011

Voeux de la communauté de communes Capcir/haut-Conflent, décider ensemble de notre avenir

voeux, communauté de communes, capcir haut-conflent

Ils étaient nombreux, élus, salariés, représentants des administrations, réunis à la Maison du Capcir, autour de Raymond Trilles, qui présentait les vœux de la communauté de communes Capcir haut-Conflent qu’il préside.

C’est la réforme des collectivités territoriales, qui a été  votée à une voie de majorité au Sénat, qui est le premier sujet fort du président. « nous entamons l’année 2011 avec de grandes inquiétudes ». Cette réforme va faire vivre un bouleversement important aux structures locales. Une loi qui touche les communes et leurs compétences, le périmètre des intercommunalités « sous l’autorité directe des préfets au pouvoir exorbitant », et les départements. « est-il efficace d’avoir un grand périmètre Cerdagne Capcir alors que nous avons déjà à notre disposition un regroupement intercommunal de 64 communes au sein du Parc Naturel Régional, qui permet de réfléchir aux grands projets de territoire ». Et de suggérer d’engager un travail de réflexion avec la communauté de Cerdagne et les communes non adhérentes, pour proposer au Préfet un schéma consensuel. « à nous de définir un regroupement fondé sur des projets ambitieux qui s’inscrivent dans des bassins de vie et d’emploi, en faisant fi des petites querelles locales et des arrières pensées électorales ».

Un bilan fort : la diversification des activités touristiques dont la communauté a la compétence se concrétisent par la réalisation du treuil photovoltaïque sur l’aérodrome de la Quillane, l’organisation de la randonnée d’été et des activités nordiques, le développement des loisirs autour du lac et dans la forêt de la Matte en partenariat avec la commune des Angles. Le patrimoine n’est pas oublié en particulier sur Mont-Louis où 1 million d’euros ont étés injectés en 6 tranches de travaux sur les remparts. La protection de l’environnement est aussi prise en compte avec entre autre, la réhabilitation de la décharge, la création d’un dépôt homologué pour les gravats, l’amélioration des points d’apports volontaires dans les villages. La relance de l’artisanat et de l’industrie se concrétise par la création de deux zones d’activités, et la réalisation d’une scierie intercommunale. « En moins de deux ans, c’est 5 millions d’euros investis, qui ont pu être financés grâce à des subventions de l’Europe, l’Etat, la Région et le Département qui frôlent les 80 % d’aide sur les grands projets ». Un choix de gestion décidé par l’ensemble du conseil communautaire.

Après avoir remercié l’ensemble du personnel pour leur travail accompli, le président souhaite ses bons vœux à l’assemblée, avant de conclure « trois élus de la communauté sont candidats aux cantonales, je leur souhaite bonne chance et espère que la communauté n’aura pas à souffrir de leur démarche ».

voeux, communauté de communes, capcir haut-conflent

Une partie de l’assemblée réunie autour du président de la communauté pour les vœux 2011.

02/01/2011

PNR des Pyrénées Catalanes : un conseil syndical productif

IMG_2571.JPG

Réunis à la salle des fêtes de la Cabanasse, les élus du parc, sous la houlette de son Président Christian Bourquin, ont bouclé en un peu plus de trois heures le dernier Conseil Syndical 2010.

Il est une évidence, en matière de protection, de mise en valeur et de développement durable du territoire, le parc a pris son rythme de croisière. L’implication des élus locaux, les actions de terrain concrètes mises en œuvre, le démontrent. Eco construction et économies d’énergie, observatoire des paysages et urbanisme, soutien à l’agriculture, au pastoralisme et marques parc, label forêt patrimoine et charte forestière, maintien de la biodiversité, soutien au patrimoine naturel et bâti, développement touristique, éveil au territoire pour les jeunes scolaires, autant de missions qui montrent l’intérêt de la structure. « c’est la plus grande intercommunalité du département qui réunit 64 communes » précise Christian Bourquin, plébiscité à son poste de Président du parc par l’assemblée.

Un programme chargé : 38 points à l’ordre du jour, dont une modification des statuts exigeant un quorum atteint de 75 %. Les débats ont été dans un premier temps animés par Raymond Trilles premier vice Président et Hermeline Malherbe Présidente du conseil général. L’ensemble des délibérations présentées par les différents responsables des commissions ont été votées, à l’unanimité, une habitude dans cette assemblée. Dans les statuts, et à leur demande, le collège des chambres consulaires disparaît. Cela va entraîner des avantages financiers pour le parc et les chambres. Le parc perd les cotisations des chambres, mais récupère le fonds de compensation TVA et n’est plus soumis à la taxe sur les salaires. Les chambres elles pourront intervenir en prestataires de service pour le parc. Le point d’orgue de la réunion était la mise en route de la révision de la charte qui régit le parc.

Une lourde mission : la charte d’un Parc naturel régional, fixe les objectifs à atteindre et engage les collectivités locales, le département, la région et l’Etat qui l’approuvent. Colonne vertébrale du parc, c’est l’outil indispensable qui lui permet de fonctionner et d’être classé par décret d’Etat. Grégoire Valbona, Vice Président du Parc présentait le calendrier de travail 2011. « cette année sera consacrée à la réalisation des études préalables (évaluation de la charte précédente et diagnostic de l’évolution du territoire). La Région qui conduit la révision doit délibérer et prévoir le financement. Projet et périmètre de l’étude seront présentés à l’avis du Préfet de Région. Un comité de suivi validera la concertation engagée dans le cadre des commissions et de réunions publiques. Un bureau d’étude spécialisé appuiera le parc dans cette démarche». Un projet qui satisfait le président du parc « on a hérité en 2005 d’une charte inapplicable, qui ne définissait rien et nous a posé des problèmes. La révision prévue pour 2014 sera pour nous une bouffée d’oxygène ». Les limites nord, ouest et sud du parc ne bougeront pas. A l’est, la demande d’intégration des communes de Taurinya, Fillols et Codalet sont approuvées. Bernard Mouliné, sous Préfet de Prades représentant le Préfet de Région se « réjouit du travail engagé avec le parc. Il fera partie de la commission de suivi de la révision de charte, avec les techniciens de la direction régionale de l’environnement. Il assure le parc du soutien de l’Etat dans cette démarche ».

Un apéritif dinatoire concluait cette séance de travail.

IMG_2569.JPG

les élus du parc en masse ont approuvé l’ensembledes 38 points à l’ordre du jour de cette importante réunion de travail.

16/09/2010

Une première historique : les parcs pyrénéens s'unissent pour la vitalité du massif

IMG_0748.JPG

Le Parc National des Pyrénées, le Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises et celui des Pyrénées Catalanes, réunis à la LLagonne sous l'égide du Commissaire à l'aménagement de Pyrénées, ont signé une convention de partenariat, pour la mise en œuvre de projets communs, l'échange d'informations, le partenariat technique et la mutualisation de bonnes pratiques.

 

Les parcs Pyrénéens, représentent un atout pour ce massif, et par leur travail sur l'espace montagnard des Pyrénées, peuvent donner une image de la montagne plus large que celle liée à la neige et aux sports d'hiver. C'est l'intime conviction de Charles Pujos, commissaire à l'aménagement des Pyrénées « les parcs sont très attachés à l'image des Pyrénées. Ce sont des territoires vivants et habités qu'il faut faire vivre. Les parcs véhiculent une image de valeurs naturelles et culturelles qu'il faut faire connaître et intéressent le grand public. La mise en réseau des parcs pyrénéens est une bonne chose ». Message reçu et validé par les élus des trois parcs qui, depuis plusieurs mois travaillent avec leurs techniciens sur cette mise en réseau. Pour André Rouch, président du parc Pyrénées Ariège « il y a une attente des gens envers le parc. Monter des projets en commun permettra de mieux les faire aboutir ». Président du Parc National des Pyrénées, André Berdou affirme « nos Pyrénées sont vivantes. Travailler en réseau nous permet d'être plus efficaces, et de porter haut et fort l'image des Pyrénées ». Des points de vue que partage Raymond Trilles premier vice-président du Parc des Pyrénées Catalanes et représentant son président Christian Bourquin retenu par d'autres obligations « il y a une vraie volonté de travailler à l'échelle Pyrénéenne. Un chemin pas simple mais que nous gravirons par notre volonté de travailler ensemble et par la mise en place d'une organisation acceptée par tous ».

Premières thématiques : le travail engagé en amont a permis de définir des axes de travail réalistes, impliquant les trois partenaires. La méthode de travail proposée et acceptée au cours de la réunion consiste à mettre en place des binômes inter parcs, chargés d'animer le travail sur la thématique attribuée. Ainsi un élu et un technicien issus de parcs différents, devraient permettre de faire le lien entre les partenaires. Pour chaque axe de travail choisi, une large concertation des différents acteurs concernés sera réalisée, un préalable déjà mis en place par les trois parcs. L'observatoire Pyrénéen des paysages et leur évolution en fonction des aménagements est le premier axe de travail validé, avec une réflexion spécifique sur les entrées de village. La réintroduction du bouquetin voit un blocage côté espagnol. Suzanne Delieu insiste pour que soit engagé « un travail d'explication et de concertation avec la population, incontournable si l'on ne veut pas se retrouver dans la problématique de l'ours ». Le tourisme durable concerne les trois parcs, mais deux ou trois actions prioritaires seront définies. Le volet forestier permettra de valoriser les essences locales et de redynamiser la filière courte. Une sensibilisation des artisans locaux sera réalisée. Pour le concours des prairies fleuries, il est envisagé de consacrer un champion Pyrénéen. Les marques parcs qui valorisent les produits du territoire seront développées, et une communication commune mettant en avant le caractère exceptionnel du massif des Pyrénées est envisagée. Les trois parcs vont enfin unir leurs efforts, avec les autres partenaires des deux côtés de la chaîne, pour un travail durable entre les espaces naturels Pyrénéens.

Après un repas à base de produits du parc catalan, dont la « rosée des Pyrénées «, la convention a été signée dans l'entente et la bonne humeur

 

IMG_0708.JPG

forte délégation d'élus et de techniciens des trois parcs pour ce moment historique de signature de loa convention de partenariat Pyrénéen.

04/08/2010

Mont-Louis : le PNR valide sa marque miel

IMG_9133.JPG

Après la pomme de terre, les pommes, poires et jus artisanaux, les fromages et autres produits laitiers, la rosée des Pyrénées, les balades en estive, les hébergements, c'est le miel qui vient d'obtenir cette marque emblématique.

La marque PNR, est une marque collective protégée. Elle peut-être attribuée à des produits et des services sur le territoire du parc. La marque est le reflet de savoir faire, d'identité territoriale, de respect de l'environnement. Avec le miel, c'est la neuvième marque qui est attribuée au PNR des Pyrénées Catalanes en moins de 5 ans. Une réussite qui réjouit Christian Bourquin Président du parc qui modestement estime « on ne va pas révolutionner l'économie du miel, mais on la capacité à s'en occuper et à accompagner les apiculteurs devant les difficultés qu'ils rencontrent ».

Abeilles en danger : Il n'y a en effet que dix apiculteurs sur le parc, mais ils rencontrent comme tous leurs homologues français une forte mortalité dans leurs ruches. Et l'on sait que si l'abeille venait à disparaître, c'est toute l'agriculture qui serait en danger. L'abeille a un rôle de pollinisation  fondamental. Si l'on a des présomptions sur les causes de cette mortalité catastrophique, elles sont multiples. Le parc s'est vu missionner pour mener une étude scientifique sur ce sujet. « nous sommes leaders dans l'avenir de l'abeille. Elle est un symbole de la biodiversité » précise le Président. 300 000 € ont étés attribués par l'Europe à cette démarche qui devrait durer deux ans. Un défi relevé en partenariat avec deux laboratoires spécialisés, l'un portugais, l'autre espagnol. Dans le même temps, un travail de concertation est engagé avec les apiculteurs locaux.