08/10/2012

"Une montagne de services" inaugurée à Saillagouse

montagne, services, inauguration, éducation

Elus locaux, territoriaux, nationaux, de Catalogne Sud, préfet, évêque, habitants, paroissiens, parents, se sont retrouvés hier à Saillagouse pour trois inaugurations de travaux du programme « pôle d’excellence rurale ».

 Eglise locale « Sainte Eugénie », école multi linguiste « Jordi Pere Cerda », réalisations communales et la crèche halte garderie « les galopins » portée par le SIVOM de la haute vallée du Sègre, étaient au programme de ces inaugurations. 

montagne, services, inauguration, éducationAprès la messe célébrée par Monseigneur Marceau évêque de Perpignan, « l’église baroque Sainte Eugénie, construite au 18è siècle sur des fondements romans, originale avec son clocher tour, son  orientation à l’ouest, son retable baroque, lieu chargé d’art et d’histoire » ainsi définie par l’historien Jean Louis Blanchon, est le premier bâtiment inauguré. Des travaux qui ont débuté en 1996 et qui aujourd’hui son arrivés à terme. Puis la crèche halte garderie parentale, superbe espace fonctionnel, répondant à toutes les normes pour l’accueil de qualité de jeunes enfants  attire la curiosité et l’émerveillement des visiteurs. Enfin l’école multi linguiste « Jordi Pere Cerda » qui accueille 50 % d’enfants de Cerdagne sud, montre la réalité d’une vie locale transfrontalière.

Trois symboles : paix représentée par l’église, espérance exprimée par la halte garderie, échange aumontagne, services, inauguration, éducation travers de l’école multi linguiste, c’est ce que ressent Georges Armengol, maire de Saillagouse et Conseiller Général. Georges Armengol rappelle « l’intérêt climatique de la Cerdagne qu’il faut maintenir, et la situation économique difficile pour les stations de la neige » et sollicite « l’appui financier de tous les partenaires, et l’intégration de toutes les communes dans l’intercommunalité, véritable échelon de développement local  tout en les remerciant de leur implication financière dans les trois projets inaugurés.». Monsieur Gauby, délégué local de la Généralitat se « réjouit de la création de l’école multi linguiste » et rend un bel hommage au « poète local Jordi Pere Cerda ».

Tous d’accord : la député Ségolène Neuville rappelant qu’elle est une élue de la république, reconnaît que «les églises des villages font partie de notre montagne, services, inauguration, éducationpatrimoine qu’il faut entretenir, et qui avec l’école sont un symbole de la vie qui continue ». Médecin, elle affirme « le climatisme a toujours sa raison d’être, et la Cerdagne doit pouvoir accueillir des malades issus du territoire français ». Une cause qu’en sa qualité de député elle défendra, ainsi que la position de la femme dans notre société. Avec humour et conviction, Christian Bourquin, sénateur et président de la région, félicite le « riche maire de Saillagouse, riche de sa capacité à monter des dossiers, et à réaliser des travaux à hauteur d’un million d’Euros et à les faire financer à 70 % par les autres », rappelant «nous vivons un moment important, en inaugurant des lieux où le sens de leur activités est de transmettre et favorisent le développement du lien social et de la solidarité ». Il profitera de cette tribune pour faire l’éloge des élus « passionnés, qui donnent beaucoup de leur temps. Quand on a des élus compétents, il faut savoir les utiliser. Sans élu il n’y a plus de république et donc plus de démocratie. C’est le peuple qui est souverain, pas les instances parisiennes ». Rappelant le travail de la nouvelle architecture du pouvoir en France, il plaide pour une grande décentralisation et « un pouvoir régional législatif d’adaptation de la loi française, qui serait facilitateur pour l’économie locale, en Cerdagne avec sa position transfrontalière particulière ».

L’Etat : René Bidal, Préfet des P.O., rappelle l’intérêt des « pôles d’excellence rurale mis en place par l’Etat. Sur le département 9 plans ont été réalisés dont celui de la Cerdagne dénommé une montagne de services pour Pyrénées Cerdagne, qui a permis à dix  projets cerdans ont été accompagnés par l’Etat ». Constatant que l’économie transfrontalière n’est pas simple à réaliser du fait que chaque pays a ses priorités, il pense aussi «qu’une vrai décentralisation faciliterait l’approche infrarégionale et serait plus efficace ».

montagne, services, inauguration, éducation

Crèche halte garderie « les galopins » : gérée par une association parentale, elle est ouverte à l’année y compris durant les vacances scolaires. Elle salarie 9 personnes, et est agréée pour l’accueil de 25 enfants de moins de 4 ans. A ce jour il reste des places libres. Renseignements 04.68.04.01.14.

Ecole privée Catalane et multilingue : gérée par une association elle salarie deux enseignants  et accueille 18 enfants, dont 50 % de catalans du sud, en deux classes (maternelle et primaire). Elle a pour projet de mettre en place des cours de catalans pour adultes. Renseignements 04.68.30.01.24.

Partenaires financiers des projets : Europe, Etat (dont réserve parlementaire de François Calvet pour l’église), Région LR, Conseil Général P.O., Caisse d’Allocations Familiales, Fondation du Patrimoine, commune de Saillagouse, communauté Pyrénées Cerdagne,  SIVOM Sègre, associations gestionnaires.

24/09/2012

Diada de Cerdanya, un vrai succés

diada_2012_151-1_modifié-1.jpg


Elus, habitants des deux Cerdagne, ont échangé, fêté, peaufiné des projets d’avenir communs, lors de cette 30è diada à Osséja.

diada_2012_082_modifié-1.jpgBeau succès pour ce 30è anniversaire. Les Cerdans étaient nombreux et durant une fin de semaine ont pu faire la fête, apprécier de superbes spectacles, et sceller des projets communs. Projection d’un documentaire sur les castells réalisé par TV3, promenade culturelle animée par Jean louis blanchon, concert du chœur transfrontalier de Cerdagne en l’église Saint Pierre pleine à craquer, pièce de théatre «Els costat fosc des Pirineu » du groupe « Torb Teatre », ballets des enfants des écoles dirigés par Sylvia Cassu, havaneras par « els pescadors de l’Escala », concours de pétanque, jeux pour enfants, et bien sûr sardanes avec la cobla « Canigo de Torello » et repas catalan.

Des projets : l’assemblée des maires qui regroupait les représentants de 23 municipalités, a décidédiada_2012_237_modifié-1.jpg de créer un comité exécutif. Il se réunira tous les deux mois et suivra l’avancée des décisions prises à la diada. C’est le tourisme et la randonnée qui ont été au cœur du débat. Une plaquette touristique commune et donc transfrontalière, sera éditée. Des échanges de documentation touristique seront réalisés entre les différents offices du tourisme. Il sera établi une continuité entre les chemins de randonnée, en particulier celui de Saint Jacques de Compostelle. Un guide transfrontalier, regroupera l’ensemble des chemins de randonnée. Le balisage étant différent de par et d’autre de la frontière, il faut réfléchir à une harmonisation. Par exemple, double balisage sur une partie des sentiers qui passent de catalogne sud à catalogne nord et vice versa. L’idéal serait que l’on ne se rende pas compte que l’on traverse une frontière. 

Parlament : c’est une tradition, lors de la diada a lieu le « parlament », sorte de discours officiel, de déclaration philosophique et politique de la diada. C’est l’historien Jean Louis Blanchon qui cette année a été désigné pour le prononcer, plaidant pour une « Cerdagne ouverte sur le monde, terre de passage et d’accueil ». Tradition oblige, un monument est inauguré en l’honneur de la diada. Le pont de la Vanera est désormais le « pont de la diada de Cerdanya ».

L’assemblée des maires à sollicité la commune de Porta pour accueillir la diada en 2013. Un accord de principe a été donné, celui-ci sera formalisé lors de la prochaine réunion du conseil municipal.

 

photo 1.jpg

Stéphane Buathier/diada : légende photo 1  Tomàs Torrent, Président de l'Institut d'Estudis Ceretans, Ramon Moliné, Président du Consell Comarcal de Cerdanya, Georges Armengol, Maire de Saillagouse et Président de la Communauté de Communes Pyrénées-Cerdagne, Suzanne Delieu, Maire de Porta Conseillère Régionale, Laurent Leygue, vice-Président de l'Institut d'Estudis Ceretans, Daniel Delestré, Maire d'Osséja

05/02/2012

Com/Com Capcir Haut-Conflent : voeux du président R. Trille, ça roule...

voeux, communauté,


Ils étaient au complet les élus de la com/com Capcir Haut-Conflent présents aux vœux de leur président, dans une ambiance chaleureuse où empathie et sympathie étaient à l’ordre du jour.

Raymond Trilles, son président, accueillait trois nouveaux venus dans cette structure. Deux élus maires, Florence Dabosi à Puyvalador, Marc Rousset à Ayguatebia, et Jean-Louis Démelin maire de Font-Romeu, commune qui vient d’adhérer à cette intercommunalité. « c’est la réforme territoriale et le schéma départemental qui a été au centre de nos préoccupations en 2011. Un épisode fort avec un préfet qui voulait imposer sa vision des choses, ce qui nous a heurtés » déclare le président. Il est vrai qu’ici, l’intercommunalité cela fait plus de trente ans qu’elle se pratique. Les élus ont tranché pour deux structures, avec un travail de concertation. « toutes les communes sont les bienvenues. Tout le monde doit apporter sa pierre à l’édifice, les grandes stations comme les petites communes » précise l’édile.

Des réalisations : dans le domaine du tourisme développement d’itinéraires rando et vtt, réalisation d’une piste finlandaise, d’un observatoire oiseaux et alimentation en eau du refuge des Camporells. Réhabilitation du petit patrimoine, des remparts de Mont-Louis, un partenariat avec l’association de réinsertion AICO d’Olette est envisagé. Déchetterie, extension du ramassage der ordures ménagères à Eyne, cache containers, remise en état de pistes forestières, participent aux actions environnementales. La ZAE du Capcir est achevée, 2 parcelles sont disponibles, celle du Haut-Conflent est en cours. Les investissements sur la scierie sont terminés et salarie 4 personnes. Une formation développement pour asseoir la structure permettra de trouver de nouveaux marchés. Côté social, aide au maintien de personnes âgées à domicile grâce à la télé alarme, prise en charge à 100 % par la communauté. Réflexion sur un programme de logements pour personnes âgées, un intermédiaire entre chez soi et la maison de retraite, avec les services qui vont avec. Dans le cadre du pôle d’excellence rurale, la maison de santé prévue sur le territoire des Angles est financée (550 000 €).

Des priorités : c’est à une réflexion sur son image touristique que la communauté va s’engager. Quelle incidence de l’arrivée de Font-Romeu connu mondialement, sous quel nom communiquer ?  L’objectif étant d’amener plus de vacanciers sur notre territoire. Le ski de fond souffre d’un enneigement naturel déficient. Une étude va être engagée sur l’accessibilité des sites d’altitude que sont les Bouillouses, les Camporells et le Ginevra.

Un buffet clôturait cette amicale réunion.

 

voeux, communauté,

                                      belle assistance et attitude positive pour ces vœux.

03/02/2012

Ces habitants du Capcir qui ont marqué l'année 2011

Culture, arts, sport, vi sociale et associative, la vie du territoire et de leur commune est influencée par leur investissement personnel au service de tous. Retour sur celles et ceux qui ont marqué l’année 2011, à leur manière.

 

Francine Guiraud.jpgFrancine Guiraud Samson, les Angles

Présidente de l’association « mémoire’Angles », elle œuvre à la sauvegarde du patrimoine et à la mémoire des anciens. Collecte de photos, papiers de famille, souvenirs, des documents conservés à la maison Petxique. J’adore mon village natal, je connais tour le monde, je m’intéresse à la vie des anciens, pour revivre ma mémoire d’enfant.

 



Claude Michel.JPGClaude Michel, les Angles

Président du club de l’Aventure, qui organise le festival du même nom, accueillant des aventuriers de tous bords durant une semaine en janvier, qui apportent leurs aventures dans le monde entier, nous font rêver et parfois suscitent des vocations parmi les jeunes. Une vitrine pour la station, des rencontres qui intéressent habitants et vacanciers.

 



Claudie Perrin.JPGClaudie Perrin, Formiguères

Présidente de l’association intercommunale de sauvegarde de la chapelle de Villeneuve, elle œuvre avec des bénévoles pour la rénovation, la vie cultuelle et culturelle de la chapelle. Outre les 3 « aplecs », l’association organise durant l’été des concerts et conférences, et propose de visites guidées de la chapelle.

 



Georges Wursteisen.JPGGeorges Wursteisen, Cabestany et Capcir

Architecte, après un début sur le littoral avec Candilis, il a exercé une bonne partie de son activité dans les hauts cantons. Respectueux de la nature, il a été président du comité de liaison pour l’environnement. C’est aussi un membre fondateur en 1972 du Centre Ecole de Ski de fond du Capcir, discipline qu’il pratique encore à 77 printemps.

 



Monique Laberty.JPGMonique Laberty, Railleu

Garrotxine pur sang, native et habitante de Railleu où elle a exercé durant 3 ans son activité d’institutrice, elle est aussi membre fondatrice de l’association Garrotxes Conflent. Luttant pour un accès routier sécurisé, elle participe à l’animation culturelle, la mise en valeur du patrimoine et l’accueil de nouveaux habitants.

 



Lucien Mitjaville.JPGLucien Mitjaville, Ayguatebia

Natif et vivant à Ayguatebia, il a assuré durant 55 ans la fonction de maire. Premier mandat « par hasard » en 1957, amoureux de son village, il a assumé sa tâche contre vents et marées. Décoré de la Légion d’Honneur par le ministre des collectivités territoriales, c’est un moment fort en émotions qui récompense un investissement au service de tous.

 



Lilian Olive.JPGLilian Olive, Les Angles

Blessé du rugby qui l’éloigne des stades il découvre le triathlon, sport ludique. Avec le club les Angles Triathlon qu’il préside, il a donné au triathlon du Capcir une renommée internationale avec en particulier « l’altriman » considéré comme le plus dur au monde. Le club c’est aussi une école de triathlon qui prépare de jeunes compétiteurs locaux à devenir les champions de demain.

 



Tierry Vergés.JPGThierry Vergés, Matemale

Gérant d’une auberge familiale, n’a pas oublié ses origines paysannes. Président de l’association « les pieds sur terre », il œuvre à la valorisation de la culture de la pomme de terre de montagne marquée parc, et à la mise en marché au travers de la fête de la patate en automne. Octobre 2012, c’est le 20è anniversaire.

 



Corine et Marcel Pérarnaud.jpgCorinne et Marcel Pérarnaud, Formiguères

Paysans fermiers, comme ils se définissent, ils gèrent une exploitation de vaches laitières et allaitantes. Sur leurs pâturages, pas d’engrais chimiques, que du fumier des vaches pour protéger la biodiversité. En 2011 ils ont reçu le premier prix des prairies fleuries au niveau du département et de la chaîne des Pyrénées.

 

Alexandre Artaud.JPGAlexandre Artaud, Rieutort

Gérant de gîte, passionné de pêche à la mouche, ancien président de la société de pêche en Capcir, il est le défenseur d’une étique de la pêche sportive. Avec ses collègues et la fédération de pêche, il s’est impliqué dans la mise en place de parcours no kil (sans tuer) en Capcir, favorisant la pratique de la pêche en rivière.

 



Véronique Gomez.JPGVéronique Gomez, Formiguères

Présidente de l’association « loisir et culture », qui œuvre à l’animation de la vie du village toute l’année. Des actions qui s’adressent à tous les publics, tous âges, vacanciers ou habitants. Aidée par les adhérents et l’animatrice municipale, elle met son énergie au service des autres, une belle philosophie.

 



Norbert Canjuzan.JPGNorbert Canjuzan, Mont-Louis

Président de l’association « moto club plein pot », passionné et pratiquant de la moto tout terrain (cross, trial, enduro), il anime bénévolement le circuit de Bolquère, qui accueille de nombreux compétiteurs dont l’équipe de France et a pour objectif la création d’une école de mini moto, et d’une section moto au lycée de Font-Romeu.

 



Jean Brice Leroy.jpgJean Brice Leroy, Capcir

Gardien du refuge de Camporells, montagnard averti, c’est un homme stratégique pour la vie du massif. Conseils et secours aux randonneurs, accueil au refuge, protection de l’environnement du site, autant de missions qu’il accomplit hiver comme été pour le plus grand plaisir des amoureux de la montagne.

 



Lucien Marc.JPGLucien Marc, Espousouille

Préside l’association école de musique Capcir Haut-Conflent, qui initie à la musique et la pratique d’instruments enfants et adultes. Une mission de service public, aidée par des communes et le département, avec la volonté de maintenir un enseignement de qualité, à un tarif non prohibitifs, et ils sont une soixantaine à en bénéficier.

 



Simon et Martin Fourcade.JPGSimon Martin Fourcade, La Llagonne

Frères et enfants de la Llagonne,  empreints de la même passion, le biathlon, ils se soutiennent dans l’effort, et cet hiver, ont à leur palmarès de superbes podiums internationaux. Bien calés dans leur vie et leur sport, ce sont de merveilleux symboles positifs pour les jeunes des hauts cantons, sportifs ou pas.

 

Valérie Janny.JPGValérie Janny, La Llagonne

Musicienne, elle anime la chorale « l’air de rien » et met au service du groupe ses compétences musicales, qui vont jusqu’à la réalisation des arrangements des partitions. Chanter a capella, et à plusieurs, c’est un partage d’énergie et de plaisir, que le groupe qu’elle dirige, fait partager au public lors des concerts.

 



Béatrice Garcia.jpgBéatrice Garcia, La Llagonne

Ancienne compétitrice de ski de fond et élève du sport étude à Font Romeu, présidente du club de ski nordique Capcir Haut-Conflent, elle participe au développement de la pratique auprès des jeunes et leur transmet sa passion pour ce sport de plaisir. Avec ses bénévoles actifs, le club organise des compétitions dont la célèbre traversée du Capcir.

 



Virginie Garcia.jpgVirginie Garcia, Matemale

Le rugby, petite elle y est tombée dedans, au travers de ses parents. Elle n’est ni sur le stade, ni sur le devant de la scène, mais son poste de secrétaire est fondamental pour le club local, le RACC, qui aujourd’hui réunit 180 licenciés de l’école de rugby aux équipes séniors femmes et hommes. Un engagement apprécié par tous.

 



Jean Francois Pellicer.JPGJean François Pellicer, Les Angles

Chef du centre de secours des sapeurs pompiers de son village, il est pompier volontaire depuis 34 ans. Au départ, c’était une envie de participer à la vie de la commune en rendant service à la population. Beaucoup de disponibilité, de professionnalisme, de gestion, et une belle satisfaction du service rendu à autrui.

 



Marie Josée Pastor, Monique Di Napoli.JPGMarie Josée Pastor, Monique Di Napoli Matemale

Elles ont mis à profit le temps libre que leur laissait leur retraite pour s’impliquer dans la vie du village. Depuis février 2011, elles animent la bibliothèque municipale. Autour du livre, elles organisent des animations enfants, des conférences pour le plus grands, facilitant l’accès à la culture aux 42 lecteurs inscrits.

09/01/2012

Des projets au menu du dernie comité syndical du Parc Naturel Régional

IMG_2519.JPG


Réunis comme à leur habitude à la salle des fêtes de la Llagonne, les élus du Parc Naturel Régional, en présence de leur président Christian Bourquin, ont tenue leur dernier conseil syndical de l’année 2011.

La neige, qui s’était faite désirer, était au rendez vous de ce dernier conseil syndical 2011 du PNR, une réunion active avec 23 délibérations à l’ordre du jour et la présentation des grands axes d’actions des actions du parc durant l’année 2012. Un conseil syndical ouvert par Christian Bourquin, qui se « réjouit de se retrouver dans les hauts-cantons au contact des élus locaux ». Une habitude qui perdure et qui est fondamentale pour les décisions prises par l’ensemble des élus « plutôt que de délibérer en petit comité ». Tous les sujets sur lesquels les élus doivent délibérer, ont étés travaillés par des commissions thématiques ouvertes et discutés au sein du bureau qui réunit le président et ses 13 vice président.

Des thèmes forts : en appui à l’animation du président, des vice présidents, présentent le rendu des commissions de travail qu’ils président et qui demandent un vote. Jean Louis Alvarez présente le travail du conseil d’orientation énergétique qui a permis à 18 communes de réaliser des économies d’énergie. Un deuxième programme concernera 9 communes. Jean Louis Démelin présente la réflexion engagée sur la charte signalétique, la mise en place de 13 vitrines du parc et l’édition d’un guide des hébergements marqués parc. Vincent Mignon plaide pour la promotion des produits locaux marqués parc. Suzanne Delieu présente le programme de biodiversité sur la conservation et l’utilisation des espèces végétales indigènes et la réalisation d’un observatoire ornithologique en Capcir. Raymond Trilles présente la modification du POS de sa commune et la motion de soutien à l’Office National des Forêts que l’Etat veut privatiser. Alain Bousquet propose un partenariat avec le Groupement Ornithologique Roussillonnais  pour une observation des migrations des oiseaux dans la vallée d’Eyne. Toutes ces propositions ont été approuvées à l’unanimité, à la satisfaction du président qui rappelle que « le parc met en place de la cohérence sur le territoire. Ce sont les communes ou groupements de communes qui réalisent ».

Et 2012 : parmi les actions engagées et qui seront pérennisées il faut noter la valorisation du petit patrimoine et la mise en tourisme des sites Vauban, l’accompagnement des collectivités sur la réalisation des documents d’urbanisme, la réflexion sur les refuges de montagne, la valorisation de l’agriculture et des marques parc, la préservation de la biodiversité et la sensibilisation à l’environnement. Le travail sur la révision de la charte est toujours en cours et le point sera réalisé au prochain conseil syndical. Le projet de construction de la maison du parc sera le dernier point abordé. Réalisée sur le territoire de la commune d’Olette, les travaux devraient débuter en février 2013 et se prolonger durant une année.

Un apéritif dinatoire concluait cette matinée de travail.

Renseignements www.par-pyrenees-catalanes.fr

 

IMG_2523.JPG

                             une matinée de travail intense pour cette dernière séance.

06/11/2011

"Palabres" capcinoises autour du parc naturel régional

IMG_2150_modifié-1.jpg


A l’invitation du parc, une trentaine de Capcinois se sont retrouvés au bistrot de pays de Matemale. A l’ordre du jour, l’avenir du territoire et de ses habitants, une participation à la réflexion pour la nouvelle charte du parc.

Donner la parole à ses habitants, pour coller à leur réalité et leurs attentes en matière d’aménagement, de vie, d’environnement, d’économie, tel est le défi que le parc a lancé pour le renouvellement de sa charte qui couvrira les années 2015/2027. Cette troisième rencontre a permis des échanges entre habitants et techniciens, riches d’enseignements. Si l’on note une certaine inquiétude sur le devenir du Capcir de la part des présents, ils ne baissent pour autant pas les bras. Certes, l’emploi est au centre des préoccupations, l’évolution climatique aussi, mais la volonté de vivre ici et d’y accueillir de nouvelles populations est une volonté partagée.

Préparer l’avenir : si la neige est en hiver le fer de lance de l’économie montagnarde, plus de 50 % de la clientèle ne skie pas. Une réflexion doit-être menée pour proposer à ces non skieurs des activités complémentaires au ski, praticables avec ou sans neige. Un effort doit-être fait sur les animations de fin d’après midi et de soirée. L’agriculture, l’artisanat doivent-être favorisés. Un projet ambitieux sur le télétravail pourrait à la fois procurer des emplois localement, mais aussi permettre aux vacanciers de prolonger leur séjour combinant vacances et travail. Les services publics son concentrés ce qui pose problème à une population vieillissante ayant des difficultés à se déplacer. Un frein à l’implantation des jeunes, c’est le manque de logements sociaux, pour les permanents, mais aussi pour les saisonniers. Acheter un terrain ou une maison est hors de prix. Il faut développer une politique d’aide sous peine de voir les porteurs de projets se diriger vers des territoires plus accueillants. Concernant les offices du tourisme locaux, leur relai de l’information globale est déficitaire chacun « vendant » son bout de territoire.

Un constat : interrogés sur leurs actions, les techniciens du parc ont pu préciser quelques grandes missions de développement économique et de protection de l’environnement qu’ils conduisent. Force est de constater un  problème de déficit de communication interne du parc. Une communication qui devrait s’améliorer en multiplication les débats avec la population, par la mise en place d’une documentation auprès des offices du tourisme, des bistrots de pays et de tous les lieux accueillant du public.

03/11/2011

Les élus du PNR débattent sur les enjeux du territoire

Réunis à la Cabanasse, les élus du comité syndical du parc, après un bilan de son action, ont échangé sur le projet de développement du territoire préfigurant la charte 2015/2027.

Ils étaient nombreux les élus à participer à cette journée de travail. Le matin a permis de leur rendre compte du travail des acteurs et partenaires de juin et septembre. Réflexion mettant en avant forces et faiblesses actuelles et opportunités et menaces future à 15 ans. Un exercice auquel les élus se sont confrontés avant de répondre à un questionnaire en 20 points, portant sur les axes du projet de la nouvelle charte du parc. Ce questionnaire, issu des réunions de travail de juin et de septembre, avait pour objectif de faire s’exprimer des points de vue, d’identifier les désaccords, baliser le programme de la charte qui doit tenir compte de tous les avis. La charte est certes un document consensuel, mais qui ne doit pas être mou, et proposer un développement économique dans un souci de protection du territoire.  

Des convergences : abordant l’urbanisme, la culture, le tourisme, les transports, la protection de l’environnement, les énergies, la population, le logement, l’économie locale, la coopération transfrontalière, le questionnaire a permis de visualiser le point de vue des élus présents. Sur l’ensemble des vingt points, il y a majoritairement des réponses communes. C’est ce qui impressionne Gonzague Devaux du cabinet Gouvernance et Développement chargé d’accompagner la démarche de réalisation de la nouvelle charte et de l’animation de cette journée «tout le monde m’avait mis en garde sur les spécificités des différentes parties du territoire du parc et la difficulté à avoir une vision commune du fait de ces particularités. Je ressort avec l’impression que sur les questions de fond susceptibles d’engager l’avenir il y a des convergences de visions ».  

La prochaine journée de travail est programme le 23 décembre

 

une journée de travail qui a permis de constater une similitude de points d’accord sur le développement du territoire du parc.