22/08/2013

Si la grotte de Fontrabiouse m'était contée

IMG_6558_modifié-1.jpg


A 2000 printemps, le papillon, plus jeune concrétion de la grotte de Fontrabiouse, nous présente son environnement.

le papillon.jpgLes mauvaises langues disent que je suis une aberration de la nature. Pourtant, c’est moi que l’on admire. Je suis la Marylin Monroe de la grotte. D’un blanc cristallin, je déploie mes ailes gracieuses de papillon, prends la pause photo. Clic clac, clic clac, cela n’arrête pas, la star, c’est moi. Je suis entourée de vieilles concrétions, tordues, rouillées, bourrées de rhumatismes, qui depuis des millénaires, accumulent autour de leur corps, le calcaire de l’eau qui ruisselle. Pourtant, elles en « jettent » encore avec leurs couleurs vives. Celle que l’on appelle la  « tour de pise » est née il y a six millions d’années, c’est la doyenne.  La nuit, quand tout est calme, je décolle de ma paroi et je fais le tour du propriétaire. Je me pose par ci, par là, au gré de mes envies.IMG_6553_modifié-2.jpg Je brave mes concurrentes, les aragonites d’un blanc étincelant. Tiens, l’autre jour, j’étais sur la méduse géante, même pas peur. Elle impressionne, avec ses couleurs rouille foncé, ses filaments en sole pleureur. Mon coup de cœur, c’est le lac du parcours du haut. Son eau est limpide, fraîche. Les jeunes stalactites me narguent, mais ils sont creux. Je les frôle d’un battement d’aile et fait tomber la goutte à côté de leur moitié de stalagmite, ils ne sont pas près de se rejoindre. Du monde j’en voie passer, je ne m’ennuie pas. Je me méfie de ceux qui m’approchent de trop près. Même qu’un jour, un imbécile a essayé de me voler. Il m’a cassé le bout de la queue. Dans cent ans, il n’y paraîtra plus. Bon, je vous laisse, je retourne à ma place, les visites ne vont pas tarder à démarrer.

Pratique

Ouvert tous les jours de 10 h à 18 h. Il vous en coûtera 9.40 € pour un adulte, 5.9 € pour un enfant. Prenez une petite laine, la visite sera plus confortable.

Tél 04 68 30 95 55   www.fontrabiouse.fr

 

Ils l’ont visitée

 

Sylviane, Jean, Laurent, Claude, Jane, Pierre, Rose, Jane.jpg"Voyage dans l’imaginaire"

Jean, Laurent, Jane, Pierre, Jane, Claude, Rose, Sylviane, originaires de l’Aube, en vacances à Formiguères. « c’est un beau voyage dans l’imaginaire. Chacun y voit ce qu’il veut, des dinosaures, bouddha, un fantôme… la nature fait de très belles choses. Une guide intéressante, avec de l’humour et des commentaires  adaptés aux adultes et aux enfants. On a été impressionnés par la sonorité des stalactites ».

 

 

"Une visite généreuse"

Hannah, Evea, Roland, Fanny, Patrick, originaires de Besançon, en vacances à Matemale. « laPatrick, Hannah-Evea, Fanny, Roland.jpg grotte est fantastique, très belle, d’une grande richesse. Sa taille, la diversité des concrétions. Nous en avons visité d’autres, c’est celle que l’on préfère. Le parcours est très accessible, le circuit est long, mais dans le bon sens du terme. Rajoutez à cela la qualité du guide, c’est une visite très généreuse »

 

Judith, Isalda, Arnau, Laia, Marti.jpg"C’est du Gaudi"

Laia, Judith, Marti, Isalda, Arnau, originaires de Barcelone, en vacances à Dorres. « nous avons beaucoup aimé. Elle est étroite, intimiste, beaucoup de concrétions très variées. Elle nous rappelle des éléments de Gaudi du parc Güell et même de la Sagrada Familia, l’impression d’être dans une cathédrale. Le lac est magnifique. Le fil conducteur de la guide et son humour rendent la visite très agréable ».

 

"Visite éducative"

Ouahid, Samira, Ayyoub, Leina, originaires de Lille, en vacances à Font-Romeu. « c’était uneOuahid, Ayyoub, Leina, Samira.jpg première visite de grotte réelle. C’est impressionnant, le petit lac est superbe. On apprécie de faire découvrir aux enfants l’univers d’une grotte, un vocabulaire. Le circuit est très accessible même pour un enfant de 4 ans. La guide est intéressante, avec de bonnes explications. On a pris de nombreuses photos ».

13:16 Publié dans visite guidée | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grotte

20/08/2013

La "Retirada" par Frédérique Berlic

1 Frédérique Berlic.jpg


Frédérique Berlic, collaboratrice de notre journal, présente et dédicace son livre « la Retirada en février 1939, la Cerdagne se souvient ».

Dès son jeune âge, Frédérique a baigné dans l’histoire de la retirada en Cerdagne. « les anciens ont toujours parlé de cet épisode qui les a affectés». Un moment d’histoire locale, qui a marqué l’auteur, et incité à écrire ce livre témoignage, qui fait suite à une superbe exposition photographique sur cette période.

Emotions « en quelques jours, des milliers de personnes civiles et militaires ont franchi la frontière pour fuir les troupes franquistes ». Ils étaient soixante mille, enfants, femmes, personnes âgées, républicains blessés, en plein hiver, à « débarquer » sur Bourg-Madame, et rien n’était prévu pour les accueillir. Certes, leur laisser passer la frontière, c’est en quelque sorte leur sauver la vie. Mais ils ont vécu, durant ce mois de février 1939, dans des conditions épouvantables. C’est ce que nous raconte avec émotion ce livre.

Travail de recherche à partir de témoignages directs, ou d’enfants de réfugiés, s’appuyant sur des archives, ce livre est le fruit d’un travail de plusieurs années. Un témoignage écrit, illustré par 150 photos, dont la plupart sont inédites, provenant de collections privées de familles locales. Des photos de la presse mondiale de l’époque, sont aussi présentes. Un ouvrage minutieux, bien documenté, incontournable, qui engage son auteur « c’est un travail de mémoire, pour tous ces gens qui ont combattu le fascisme européen. Par la suite, beaucoup d’entre eux, se sont retrouvés  à nos côtés dans la résistance ».

Le livre a reçu le prix spécial 2013 du jury du salon du livre d’histoire locale et régionale de Mirepoix.

Frédérique présente et dédicace son livre cet après midi, 16 h, au musée de Cerdagne à Saint Léocadie. Vous pourrez l’acheter sur place ou vous le procurer dans les maisons de la presse et les librairies.

 

 

Les équipes de France de moto cross en stage à Bolquère

IMG_6286_modifié-1.jpg


Féminines, jeunes, militaires, ont durant une semaine alterné oxygénation et pratique moto, sur le circuit de Bolquère.

IMG_6187_modifié-1.jpgPierre Marie  Castella entraîneur responsable de l’équipe de France féminine et du collectif espoir et son collègue Frédéric Weil, entraîneur national de l’équipe de France militaire, ont conduit cette semaine de stage.

Un programme préparation physique, vélo de route, randonnée pédestre, piscine, alternent avec moto cross, trial et enduro extrême, sur le circuit de Bolquère et la station de la Quillane. Le travail d’enduro extrême (pierriers, marches, descentes) favorisent le travail du cœur. Le trial, permet un travail de finesse du pilotage. « franchir des obstacles de plus en plus gros, améliore la technique et permet d’être plus efficace et de moins solliciter le physique lors des compétitions » affirme Gérôme Delair entraîneur à la Fédération Française de Moto.

Des champions la France détient le titre de champion du monde 2013, dans les catégories juniors, séniors, féminines, en enduro. D’où l’intérêt de ce stage qui prépare aux prochainesIMG_6269_modifié-1.jpg échéances dont une manche du championnat du monde à Saint Flour en septembre, et les championnats du monde par équipes programmés en Sardaigne début octobre. L’équipe de France militaire compte quatre pilotes professionnels, issus du collectif espoir. Un collectif que la quinzaine de jeunes présents espèrent intégrer. L’équipe féminine est composée de quatre pilotes

Site parfait « ici, l’infrastructure du terrain est parfaite pour la moto. L’altitude est aussi un facteur bénéfique. Il faut ajouter à cela la qualité de l’accueil, voilà le pourquoi de notre présence » précise Pierre Marie. Un compliment pour l’association moto club « Bolquère plein pot » et son président Norbert Canjusan qui œuvre pour le développement de ce sport et nourrit des projets pour le circuit local.

 

IMG_6293_modifié-1.jpg

 

19/08/2013

Espace loisirs, une histoire d'eau

IMG_4645_modifié-1.jpg


Piscine, bain chaud, espace détente, restaurant, animation, un espace loisirs à consommer sans modération. 

Le point fort de l’espace loisirs de Matemale, c’est son espace. Vous avez raison, dit comme cela, cela ressemble à une lapalissade, ou peut-être à un pléonasme, c’est vous qui voyez. Tout est réuni pour apprécier les bienfaits du soleil et de l’eau, qui est bien sûr au rendez vous. Piscine 25 m, pataugeoire, bain bouillonnant à 36 °. Une eau de source, chauffée au solaire et au bois déchiqueté. Autour de l’eau, une aire engazonnée de détente et jeux, avec tables pique nique, au frais, sous les arbres. Le restaurant propose une carte snack et quelques plats traditionnels à base de produits locaux marqués Parc. Tous les lundis et jeudis à 15 heures, animations aquatiques pour tous. Un cadre familial, calme, au grand air, dans un environnement boisé exceptionnel. N’oubliez pas votre crème solaire.

Pratique  ouvert tous les jours de 10 h à 20 h. il vous en coûtera 5 € pour un adulte, 3 € pour un enfant (5 à 11 ans).

Renseignements : 04.68.04.34.64.   www.matemale.fr

Les Camporells, la nature positive

IMG_0675_modifié-1.jpg


Montagnard aguerri, ou promeneur dilettante, la balade à Camporells est incontournable durant vos vacances

IMG_9561_modifié-1.jpgLa montagne, qu’elle soit catalane ou non, est belle lorsque l’on sait prendre le temps de la regarder et d’y randonner. Parmi les sites de montagne réputés du département, le massif classé et les lacs des Camporells est incontournable. Un accès facile en deux petites heures de marche. Qualité de son environnement, beauté des paysages, accueil au refuge, en font un lieu d’excellence montagnarde.

Prenez le temps empruntez la route de la station de ski de Formiguères, puis poursuivez doucement sur quelques kilomètres par la route forestière, relativement carrossable, arrivez au parking. Vous pouvez partir de la station, mais il faut alors compter 4 heures de marche aller. Suivez le balisage, jaune, tracé sur les arbres, ou sur des cairns (tas de cailloux). En moins de deux heures, vous accédez au refuge. Au fur et à mesure de l’ascension, le point de vue s’élargit. Derrière vous, le Madres, la Pelade. Au Sud, l’emblématique Canigou défie l’espace et le temps. Arrivés à la Serre de Maury, l’effort à l’aller est pratiquement terminé. Traversez ce haut plateau en admirant sur votre droite les sommets qui dominent la vallée du Galbe. Plus loin, sur votre gauche, levue sur le canigou_modifié-1.jpg Carlit apparaît, avec à ses pieds le lac des Bouillouses.

L’extase  au bout de la serre de Maury, grimpez sur le dernier promontoire, doucement, en savourant. Découvrez avec gourmandise le point de vue, vous frôlez l’extase. Les Pérics majestueux vous tendent les bras, le pic de Camporells ferme le cirque de la coquille. Les pins à crochets encore abondants à cette altitude, tels une mosaïque de tâches vertes, adoucissent l’état brut des roches. Plus bas, les lacs étoilent le paysage de mille scintillements. Posez-vous, c’est la nature à l’état pur. Sous un bosquet, en lisière de l’étang « del mitg », le refuge des Camporells est une agréable halte. Vous pouvez vous y restaurer, ou manger votre pique nique, sur les tables en bois. N’oubliez pas de ramener vos déchets dans la vallée. Si vous ne dormez pas au refuge, il est temps de retourner sur vos pas et de rejoindre votre véhicule. Ne soyez pas tristes, vous reviendrez vous ressourcer.

cairne avec balise.jpgIMG_0749_modifié-1.jpg

Pratique  vous êtes dans un site classé, donc, chiens tenus en laisse, pas de feu en dehors des places prévues à l’espace bivouac, baignade interdite. Pêche autorisée tous les jours, permis de pêcher obligatoire. Prudence  vous êtes en haute montagne.

Refuge 19 places, 35 € la demi pension, repas 19 €, nuit 10 € réservation obligatoire 06.82.12.99.22.

 

pique nique devant le refuge_modifié-1.jpg

                                    la nature à l’état brut vous attend à Camporells.

18/08/2013

J'ai testé pour vous un vol en parapente

parapente, voler, paysage,


Moins motivé qu’Icare, à m’envoyer en l’air, pas rassuré à voler suspendu à un morceau de tissu, j’ai testé pour vous un vol en parapente, le pied.

parapente, voler, paysage, Courageux, mais pas téméraire, j’ai sollicité mon fils, pour effectuer ce vol découverte en double, me disant qu’il mettrait tout en œuvre pour me faire plaisir, à moins qu’il ait des velléités  d’héritage. « Antoine, t’as un couteau sur toi », « non ». Me voilà rassuré, il ne coupera pas les suspentes, ces fils multicolores, fins mais très solides qui réunissent la voile à la sellette.

Ce qui m’a mis en confiance dès le début, c’est la sécurité qui est le fer de lance de cette pratique. Si les conditions aérologiques ne sont pas favorables, on ne vole pas. Le matériel est contrôlé avant chaque vol, les consignes pour l’apprenant claires, répétées, vérifiées par le pilote, avant le décollage. La montée à l’aire d’envol se fait par la télécabine des Angles, séquence émotion. Le pilote, en véritable pédagogue vous met à l’aise, vous avez fait le bon choix. Puis c’est le moment de l’harnachement, le casque bien attaché, petite boule dans leparapente, voler, paysage, ventre… C’est parti, en quelques mètres, les pieds décollent du sol, plus de vertige, je vole… Bien installé dans ma sellette, je suis bien, je me sens léger, c’est le calme, l’angoisse a disparu. Là, le point de vue sur les montagnes est imprenable. Les vautours qui volaient au dessus de l’aire de départ ont disparu. Il paraît que parfois ils vous accompagnent, vous prenant peut-être pour un des leurs. A moins qu’ils ne se disent s’ils tombent, je les nettoie.  Nous voilà au dessus du village des Angles, un petit tour du clocher, et un grand virage sur la droite en direction du lac. La phase de l’atterrissage s’annonce, le sol se rapproche, et tout à coup, comme par enchantement mes pieds reprennent contact avec le sol.  Je suis un homme debout, le parapente s’affale, j’ai envie de crier de joie, mais je n’ose pas. Je comprends maintenant la mine réjouie des pratiquants à l’atterrissage. C’est sûr, je recommencerai, et cette fois, je prendrais mon appareil photo.

Pratique

En Cerdagne Capcir plusieurs écoles proposent ces vols de découverte.

Aventure Pyrénéenne à Font-Romeu, de 55 à 145 € selon durée tél 04.68.04.96.59     www.aventure-pyreneenne.com

Vol’aime à Angoustrine, de 60 à 100  € selon durée, tél 04.68.30.10.10 www.volaime.com

Thibal Serge à Font-Romeu, de  60 à 100 € selon durée, tél 06.23.84.58.85

parapente, voler, paysage,


 le plaisir de planer, adrénaline et zénitude

13/08/2013

Les oiseaux de la passion s'invitent à Réal

 

Benjamin Joffre et Stéphane Nevier.jpg

                                            les deux « compères » dans la salle d’exposition

Passionnés de nature en général, et des oiseaux en particulier, Stéphane Nevier et Benjamin Joffre, ont mis en synergie leur passion. Le premier, accordéoniste intermittent du spectacle, utilise son temps libre, pour graver sur la carte mémoire de son appareil photo, les oiseaux du Capcir. Des photos exceptionnelles, telle celle de l’Elanion blanc, qui a passé deux mois en montagne en 2012. Des images que vous pouvez découvrir à la mairie de Réal, tous les jours, du 11 au 18 août, de 15 h à 18 h. Le deuxième, animateur nature, propose une projection conférence sur les oiseaux de montagne, samedi 17 août à 17 h 30, et une sortie ornithologique autour du lac de Puyvalador dimanche 18 août (rendez vous à 9 h devant la mairie de Réal).

Des rendez vous incontournables, et gratuits.

 

 

19:55 Publié dans photographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : oiseaux, nature, balade