25/09/2013

Ferme du Rialet, de la passion à l'économie

Denis et Jean.jpg


À partir de leur passion pour les chevaux, le terroir, la montagne, le Capcir,Denis Corrieu et Jean Palau, ont créé leur propre outil de travail.

Denis et des chevaux.jpgDenis Corrieu, originaire de la Llagonne, est passionné de chevaux. Après ses études au STAPS de Font-Romeu, il décide de «créer une activité qui allie sport et passion ». Jean Palau, originaire de Villeneuve de la Raho, amoureux de la montagne, après des études d’expert comptable, « métier qui ne me convient guère », s’associe avec Denis. Ainsi est né en 2009, le centre d’entraînement de chevaux d’endurance de Barrès. Cinq poulinières, un étalon, trois chevaux en pension. En 2011, l’étude économique de l’exploitation prouve que l‘élevage seul n’est pas viable. Il faut donc se diversifier. Ils reprennent la « ferme du Rialet » de la Llagonne  pour développer une fromagerie et une ferme pédagogique.

La fromagerie : les installations de la ferme, permettent de redémarrer rapidement une activitéespace vente à la fromagerie.jpg fromagère. C’est le domaine de Jean. Affinage de fromages fabriqués par la fromagerie « Flor de Neu » de Fontrabiouse, et valorisation du lait, en le transformant en yaourts, fromages, frais, crèmes dessert. « au départ, c’est la ferme de Fontrabiouse qui fournissait le lait. Les normes Européennes, nous obligent aujourd’hui à passer par une coopérative laitière » précise Jean. Par an, cela représente 15 000 litres de lait en produits frais et 1500 tommes affinées. L’espace vente obtient la marque « boutique partenaire » délivrée par le parc naturel régional. Cela permet de proposer à la vente des produits du terroir, élaborés par d’autres producteurs locaux.

IMG_7992_modifié-1.jpgLa ferme pédagogique : l’idée de présenter au public des espèces d’animaux issus de la ferme pyrénéenne, germe. Les terrains agricoles, disponibles autour de la fromagerie, sont aménagés. Sur un espace de 2  hectares, Denis réalise et gère ce projet. Chèvre pyrénéennes, ânes catalans, brebis rouges du Roussillon, côtoient poules, oies de Toulouse, vaches lourdaises et autres cochons, pintades, lapins, canards… 31 espèces, représentant entre 120 et 140 animaux selon les périodes. « ce sont des races pour la plupart menacées. Nous participons à la reproduction et au maintien de ces espèces » déclare Denis.

L’élevage équestre : il a considérablement grandi. Trente chevaux, cinq naissances par an, et trente chevaux en pension. Des chevaux qui commencent à être reconnus. Vendus en automne, ils constituent une partie importante du revenu de l’exploitation équestre à côté des pensions, saillies et dressages. Autonomes en alimentation pour le foin et la luzerne qu’ils cultivent, le travail ne manque pas sur l’exploitation.  La chambre d’agriculture reconnaît cette entreprise et la montre en exemple de diversification dans ses stages agricoles.

« Aujourd’hui, l’entreprise a trouvé son rythme de croisière, pas question de la développer. Enfin, on verra dans dix ans… », affirment Denis et Jean.

 

IMG_8001_modifié-1.jpg

L’entreprise réalise un chiffre d’affaire annuel de 280 000 €, dont 1/3 provient de la partie animale et 2/3 de la fromagerie.

Outre leurs deux emplois permanents, trois postes saisonniers ont été créés sur la période estivale.

Fromagerie et ferme pédagogique sont ouvertes au public de 16 h à 19 h, tous les jours durant les vacances scolaires, tous les week-ends pour les autres périodes. La visite de la ferme coûte 3 €. Fermeture annuelle du 23 septembre au 17 octobre 2013 inclus.

Tél 06.19.62.93.28.   www.la-ferme-du-rialet.com

Les commentaires sont fermés.