31/08/2013

le portrait du jour, Cédrick Blanch, conservateur du patrimoine aux Angles

Cédrik Blanch.jpg

Originaire, des Albères, Cédrik a toujours été passionné par l’histoire, et le patrimoine. « tout jeune, j’étais intéressé par l’art et la culture catalane. A l’époque j’ai réalisé l’inventaire du mobilier de l’église de Saint André. J’ai aussi tenté de compléter la recherche historique de ce village, initiée par monsieur Barcelo ». Licencié de catalan, il arrive aux Angles, emploi jeune au club de l’aventure. Puis il intègre le service animation et patrimoine de la station. « à travers le témoignage des anciens, la consultation d’archives, je me suis plongé dans la culture capcinoise ». Des rencontres vont façonner son destin « le conservateur, Henri Loretto, les techniciens du centre de restauration, suite à la découverte du monument de la semaine sainte, ont provoqué un véritable déclic, qui m’a conforté vers cette volonté de préservation et conservation du patrimoine ». Sauvegarder, certes, mais avec la finalité de restituer « ce que l’on sait, il faut le faire savoir aux autres ». Impliqué dans la sauvegarde de la chapelle de Villeneuve, il en écrit son histoire et passe le pas « tout s’est tout à coup articulé, et je suis devenu conservateur délégué, une mission d’état bénévole ». Prospection, recensement, préconisation des mesures de protection, proposition de classement, voilà le lot quotidien de ce travail « Je suis un observateur, un sonneur d’alarme ». Cédrik est aussi membre de la société française de campanologie « j’ai pris de relai de Louis Ausseil. Ce qui me passionne, c’est à partir de l’étude des cloches, de faire le lien avec la vie locale, retisser l’histoire ». Une véritable passion qui motive Cédrik dans cet investissement personnel qu’il retransmet avec joie.

Contact 06.78.80.33.63.

Ils ont fait l'actualité cet été en Capcir

Qu'ils soient sportifs, éleveurs, responsables de spectacles ou encore bénévoles, vous les avez sans doute croisé, ou en avez peut-être entendu parler. Zoom aujourd'hui sur ceux qui ont marqué l'été en Capcir.


1 - Antoine Frances (2).jpgAntoine Frances

Depuis onze années, Antoine, gère l’été, pour le compte du Conseil Général, la fréquentation touristique du site classé des Bouillouses. Accueil du public, navettes, balisages, animations… Tout est mis en œuvre pour que les 100 000 visiteurs, dont 60 % accèdent par navette, soient bien accueillis, découvrent la nature sans voiture, et repartent avec des souvenirs impérissables.

 

2 - Véronique Vieujot.jpgFrédérique Vieujot

Originaire d’Espousouille, Frédérique a grandi dans l’environnement de cette caverne mystérieuse. Guide, elle vous invite à découvrir les richesses de ce joyau naturel. Avec beaucoup d’humour, de précision, d’explications claires sur les diverses concrétions, adaptées aux adultes et aux enfants, c’est une passion qu’elle transmet avec plaisir aux visiteurs.

 

3 - Jonathan Sandoz (2).jpgJonathan Sandoz

Animateur à la régie municipale des Angles, Jonathan est spécialisé dans les spectacles vivants de rue, le théâtre, les sons et lumières. Il met en place des résidences d’artistes aidant ainsi à la création culturelle. Durant l’année, il programme l’évènementiel ludique et culturel, pour le plus grand plaisir des vacanciers qui résident sur la station ou en Capcir.

 

4 - René Fouet,Michel Ferrand.jpgRené Fouet et Michel Ferrand

Passionnés de vtt et de randonnée montagne, René et Michel, sont chargés, au sein de la communauté de communes Capcir/Haut Conflent, de la conception, du plan de balisage, des éditions et topos guides de ces disciplines. Cinquante sentiers pédestres, 30 circuits vtt, de tous niveaux, permettent à tous de découvrir le territoire et ses grands espaces.

 

6 - Jean Viguier (2).jpgJean Viguier

Jean a deux passions, la montagne et le parapente. La montagne, il l’a tutoyée au travers de son métier de gardien du refuge des Bouillouses. Vice président de l’association Appel d’Air, il milite bénévolement pour la pratique du parapente de loisir ou sportif, et la formation des jeunes locaux. En décorateur du ciel, il développe ce sport de nature lié aux conditions météos.

 

7 - Sylvie Coudau (2).jpgSylvie Coudau

Responsable du patrimoine, archéologue de formation Sylvie conduit depuis 10 ans, les visites guidées et la recherche historique sur Mont-Louis. En une heure, elle vous fait découvrir les secrets de l’histoire militaire de Vauban, la vie de la citadelle au 17è siècle, son évolution, le fonctionnement du CNEC. Une belle découverte de ce site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

8 - Bernadette Planes.jpgBernadette Planés

Habitante de Railleu, Bernadette a travaillé a la promotion et l’animation touristique des Garrotxes, auprès de l’association « Garrotxes Conflent ». Son investissement a débouché sur la réalisation d’un guide pratique de découverte du territoire et à un programme d’animation. Des outils qui durant l’été ont permis aux vacanciers d’être informés et de découvrir le pays.

 

9 - Jean Palau, Denis Corrieu.jpgJean Palau, Denis Corrieu

Jean le fromager et Denis l’éleveur, se sont associés pour le fonctionnement de la ferme du Rialet de La Llagonne. Plaisir des vacanciers adultes et enfants, qui trouvent sur place des produits fromagers artisanaux et une ferme pédagogique. Animaux de ferme, animaux domestiques pyrénéens menacés, balades à poney, un lieu éducatif et ludique.

 

10 - Gilbert Blanc (2).jpgGilbert Blanc

Garde pêche au lac de Balcère, Gilbert accueille les pécheurs. Informer sur le fonctionnement et la réglementation, vendre les cartes journalières de pêche, protéger l’environnement font partie de ses tâches. Truites arc en ciel et fario, saumons de fontaine, sont versées deux fois par semaine dans le lac, ici, les pêcheurs rentrent rarement bredouilles.

 

5 - Pierre Payré dit Pilou.jpgPierre Payré, dit Pilou

Moniteur de ski alpin et de voile, Pilou a créé la base nautique de l’Ourson. Ce site unique, dans la forêt de la Matte et au bord du lac de Matemale, réunit activités nautiques, restaurant, détente. Mettre la mer à la montagne, un pari audacieux et réussi. Trente ans plus tard, le projet a évolué, s’est entouré de diverses activités, pour le plus grand plaisirs des familles.

Vol à voile, une école de la vie

cours, voler, apprentissage


L’association aéronautique de la Llagonne, forme des jeunes au brevet de pilote de planeur, une belle initiative couronnée de succès.

L’aérodrome de la Quillane est connu pour son altitude (le plus haut d’Europe), et ses conditions aérologiques complexes, liées à la haute montagne. A côté des activités de découverte du vol à voile, et des vols de performance réalisés par ses membres, c’est aussi une école de formation. Tous les ans, 4 à 5 jeunes acquièrent le brevet de pilote de planeur.

cours, voler, apprentissageLa formation  si l’apprentissage au pilotage dépend de chaque élève, cela tourne en moyenne autour de 40 h de vol. La formation se séquence en trois temps forts. Le brevet théorique aborde météo, mécanique du vol, aérologie, procédures, réglementation. Au 2/3 du cursus, le jeune est « lâché », c'est-à-dire qu’il effectue son premier vol en solo. Le brevet de pilotage, vient conclure la démarche formative, après 10 atterrissages et un vol d’une heure, le tout en solo. « piloter un planeur, cela demande de la volonté et beaucoup d’intelligence dans le schémas perception, réaction. Il faut prendre la bonne décision » affirme Henri Castanet, président du comité départemental de vol à voile, précisant  « l’école de voile est l’antichambre de nombreux débouchés professionnels dans l’aéronautique ».

Un coût la formation complète coute environ 2500 €. Les jeunes de moins de 25 ans peuvent recevoir une bourse de 1450 €, attribuée par le Conseil Général et la fédération de vol à voile et ses instances départementales et régionales. Le comité départemental a signé une convention « aérojob » avec un pool d’entreprises qui proposent aux stagiaires de plus de 18 ans, un travail d’été durant un mois, qui leur permet de compléter le financement de la formation.

Renseignements  06.72.34.57.69.  www.planeur-la-llagonne.com

Les jeunes pilotes et un planeur, seront présents et répondront à vos questions, le 21 septembre, à la journée multisports organisée par le Conseil Général à la maison des sports à Perpignan.

 

Ils suivent ou ont suivi la formation

 

"Un choix professionnel"

Elina de Perpignan, 16 ans et demi « je souhaite devenir pilote de ligne, et j’ai été orientée vers la formation de pilote de planeur. C’est une belle école d’apprentissage. Cela m’a confirmé dans mon choix d’avenir professionnel. J’ai fait mon premier vol en solo le 10 juillet et je prépare le brevet. C’est passionnant de voler, chercher les ascendances, un vrai plaisir ».

 

cours, voler, apprentissage

"Une véritable passion"

Pablo, du Soler, 15 ans en octobre « j’ai découvert l’aéronautique au collège du Soler, à partir de la sixième. Premier vol en moto-planeur à la Llabanère, une découverte qui est devenue une passion. Je suis en formation à la Quillane, j’ai été lâché après 28 h de vol, un grand jour pour moi. Je suis ravi, je poursuis vers le brevet. Je souhaite travailler dans l’aéronautique ».

 

cours, voler, apprentissage

"Une sensation de légèreté"

Vincent de Toulouse, 19 ans « mes parents travaillent à Airbus. Depuis l’âge de 13 ans, je fais des stages de pilotage d’avions. Un stage de planeur ici, l’an dernier a été déterminant. De beaux vols, survol de la chaîne des Pyrénées. Voler sans moteur, c’est une sensation de légèreté, plus impressionnante qu’en avion. Je me destine à être architecte, mais je continue à voler »

 

cours, voler, apprentissage

"Des sensations fantastiques"

Guilhem de Bages, 17 ans « je suis passionné depuis tout petit par les avions. Arrivé au planeur par hasard, après un vol d’initiation en moto planeur, j’ai testé un vol en planeur sur cet aérodrome. Des sensations fantastiques, le calme, le souffle de l’air sur les ailes. Aujourd’hui, je suis pilote breveté et je me spécialise. Je souhaite devenir mécanicien en aéronautique ».

cours, voler, apprentissage

30/08/2013

Le col de la Llose, un site écolo

nature, écolo, balades


Randonnée pédestre, vtt, détente au chalet d’accueil, le Col de la Llose est un lieu site ludique, sportif, écologique.

Le domaine du col de la Llose est connu et apprécié l’hiver, des fondeurs et autres raquetteurs. C’est le phare de l’espace nordique du Capcir. Pistes de ski de fond tous niveaux, parcours raquettes, paysages extraordinaires sur le Carlit, le Canigou, milieu préservé, bâtiment d’accueil avec salle hors sac, buvette, WC. L’été, c’est le paradis pour la randonnée et le vtt.

nature, écolo, baladesSite écolo  Natura 2000, réserve naturelle, parc naturel régional, autant d’outils de protection de l’environnement, qui impactent les projets d’aménagement  du col de la Llose. Ces procédures strictes, où la nature et la biodiversité sont au cœur du débat, valorisent le site, et en font un lieu touristique écologique. La démarche pour la protection du grand tétras, a permis à cet animal emblématique de cohabiter avec les fondeurs, sans incidence sur sa survie. Le bâtiment d’accueil est chauffé au bois déchiqueté. Cet été, en partenariat avec la SHEM (Société Hydroélectrique du Midi), des vélos à assistance électrique sont testés, et cela fonctionne. Munis d’un système d’aide électrique, l’effort de pédalage est allégé, dans les pistes à fort dénivelé. Ne criez pas victoire, si vous ne pédalez pas, le vélo n’avance pas. L’assistance favorise le déplacement et réduit l’ effort.

Belles balades tous les amoureux des 2 roues et de la marche à pied, sont comblés au col de la llose. Au départ du chalet d’accueil, sept itinéraires vtt, accessibles aux randonneurs (1 vert, 3 bleus, 2 rouges, 1 noir), vous invitent à pénétrer le massif, en sécurité et sans agression sur la nature environnante. Un site naturel à découvrir.

Pratique

Ouvert juillet août, du mardi au dimanche, de 11 h à 18 h.

Location vélos électriques à partir de 8 € l’heure, 22 € la journée.

Tél 04.68.04.84.79.   www.capcir-pyrenees.com

 

nature, écolo, balades

                         des paysages magnifiques à découvrir à partir des sentiers balisés

Matemale, les jeunes du comité de biathlon du Dauphiné en stage

stage, biathlon,


En stage durant sept jours, 25 athlètes de 15 à 20 ans, et leurs entraîneurs ont parcouru et apprécié le territoire.

Loïs Habert, a arrêté sa carrière de compétiteur de haut niveau, en 2012. Aujourd’hui, entraîneur des jeunes biathlètes du comité du Dauphiné, il a conduit, avec son collègue Bastien Moretti, ces  sportifs, en stage d’entraînement au biathlon. Hébergés au centre de vacances « la Capcinoise » à Matemale, ils ont utilisé toutes les infrastructures du territoire, durant sept jours. « je suis pote avec Simon et Martin Fourcade. J’avais passé une dizaine de jours chez eux, et j’avais trouvé le territoire adapté à nos besoins ». Alternant ski roue, tir, randonnée, course à pied, travail musculaire, ce stage de préparation est une réussite. « ces jeunes s’entraînent 1000 h par an. Changer de lieu, voir de nouveaux paysages, rencontrer de nouvelles personnes, cela casse la routine, donne de l’intérêt au stage. C’est bon pour leur mental, cela les motive ». Dans le choix de la destination montagne catalane, c’est la piste ski roue de Font-Romeu et son pas de tir, qui a été prépondérante. «c’est un plus pour notre séjour. On peut skier et tirer en toute sécurité ».

La mutualisation des atouts de la montagne catalane, est à l’évidence, un gage de réussite pour l’accueil de sportifs de tous niveaux.

21:51 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stage, biathlon

29/08/2013

Le groupe "l'Agram" clôture les "jeudis qui chantent"

Agram.jpg

Comme l’herbe folle qui lui a donné son nom, l’Agram, enraciné dans la réalité roussillonnaise, essaime aux quatre coins de Catalogne, ses créations originales et revendicatives. Créé en 1975, ce groupe de chanson catalane navigue entre tradition populaire, traductions et créations originales. La défense de la langue catalane, des libertés, des droits de l’homme, de la paix entre les hommes, est au chœur de leur production musicale. L’Agram a créé dix spectacles, mêlant théâtre et chansons, testés  sur la scène de Matemale.

Cette clôture des « jeudis qui chantent c’est aussi le mardi », est en quelque sorte un retour aux sources et à  Matemale, les jeudis c’est aussi le vendredi.

 

Programme du vendredi 30 août 2013

17 h 00 visite gratuite du village de Matemale, rendez vous devant l’office du tourisme.

19 h 30 apéritif offert par la municipalité, puis grillade, organisée par le bistrot d’Aquí. 10 € l’assiette de grillade. Réservation obligatoire au  04 68 30 94 68

21 h spectacle gratuit de l’Agram sous le chapiteau.

le portrait du jour, Evans Kai, "damleur" d'été au Nike park des Angles

Evans Kai (2).jpg

Originaire du pays de Galles, Kai débarque dans le département il y a une vingtaine d’années « j’avais huit ans, et ma mère a décidé de s’installer ici ». En 2007 il vient travailler aux Angles. Salarié de la régie municipale, il décide de se poser en Capcir. « je suis sportif, je pratique le ski et le vélo, et ici, pour de telles activités c’est super ». Il apprécie aussi le pays « la montagne c’est un beau cadre de vie, une nature sympathique, je me plais beaucoup ici ». Conducteur de téléski l’hiver, cet été, il est chargé de l’entretien du bike Park des Angles. Un emploi nouveau, créé par la régie, qui occupe deux personnes à temps plein. « les pistes vtt se dégradent avec le passage des vtt et les orages. Cela demande un entretien régulier ». Tous les soirs, les « bike patrol » (pisteur vtt), indiquent les lieux d’intervention. « on refait les appuis, on retaille les kicker (sauts), on enlève les gros cailloux. Demain, les pratiquants de vtt de descente vont trouver les pistes en parfait état et pourront se lâcher et se faire plaisir ». Parfois, ils font appel à la mini pelle. « c’est un métier nouveau, induit par la mise en place de ces circuits. Une sorte de travail de dameur des pistes d’été ». Un métier dans lequel s’investit Kai, et en mesure l’intérêt « je pratique le vtt de descente et je suis conscient des risques que cela sous-entend. Aussi je suis content de participer à cette mission, véritable plus pour la sécurité des descendeurs ». Tous les jours, Kai a le retour sur son travail par les pisteurs vtt. « pendant mes jours de congé, je roule sur tous les circuits, ce qui me permet de me rendre compte de l’état des pistes et du fruit de notre travail. Je suis heureux et fier de participer à cette action appréciée par le public».

21:43 Publié dans portrait | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vtt, descente, bike park