21/08/2012

J'ai testé pour vous la pêche à la mouche

pêche avec le Tankara.jpg


Pas pris dans les filets de la pêche, par curiosité, j’ai décidé de tester une initiation à la pêche à la mouche, conquis.

Marc Ribot.JPGGuide de pêche depuis 1991, Marc Ribot est un spécialiste de la pêche à la mouche, et ardent défenseur du « No Kill » (prendre et relâcher le poisson). « les truites en rivière sont magnifiques, de pure souche. Il faut les préserver pour nos descendants ». L’homme est souriant, calme, je me détends. J’apprends qu’il y a différents types de pêche et différents types de pêcheurs. « la pêche, ce n’est pas compliqué. Il faut-être patient, humble, observateur, aimer la nature » affirme Marc en me présentant le matériel traditionnel. Une canne de 8 à 10 pieds (un pied vaut 30.5 cm), en fibre de carbone, un moulinet, une ligne synthétique, un bout de ligne où l’on vient fixer l’hameçon sans émerillon (pour ne pas blesser le poisson) et la mouche. Le geste deboite à mouches.JPG base, consiste à acquérir la technique pour pouvoir propulser la mouche. La mouche est une imitation d’un insecte naturel aquatique ou terrestre,  fabriqué avec des poils, des plumes et des matériaux synthétiques. Aujourd’hui, grande première, c’est avec un « Tankara » que va commencer l’initiation. Cette technique ancestrale japonaise, remise au gout du jour, apporte une grande simplicité dans le matériel et la technique de pêche. Une canne longue de 13 pieds, un bout de ligne fixe avec hameçon et mouche. « la technique de lancer est la même, la longueur de ligne constante facilite l’apprentissage pour un débutant » précise mon guide. Muni du « Trenka », je me lance, le bas de canne dans la main droite, la mouche en bout de ligne dans la gauche. Je fouette « de 9 h à 13 h », et propulse la mouche qui flotte sur l’eau. Au bout de quelques lancers, Marc me conseille, m’encourage. C’est vrai, avec ce IMG_1703.JPGmatériel, ce n’est pas difficile. Une truite gobe ma mouche, je la ferre et la ramène doucement vers moi. Je la décroche, l’observe quelques secondes dans ma main, et la remet à l’eau. Je suis fier de moi, l’impression d’avoir remporté une médaille d’or aux JO. Frédéric, originaire du Jura Suisse, initié par Marc à la pêche en 1993, pêcheur à la mouche aguerri, essaye le « Tankara ». Il est bluffé par la simplicité du maniement de la canne. « la pêche, ce n’est pas qu’une technique » explique Marc. « il faut savoir lire l’eau pour lancer la mouche au bon endroit, comprendre comment la truite se nourrit, la tromper avec une mouche artificielle adaptée, et lui rendre sa liberté en la remettant à l’eau ». Emoustillé par ma «prise », j’essaye le matériel classique, avec moins de bonheur. La rivière est magnifique, l’eau claire et fraîche, les truites ne cessent de « moucher ». Je suis calme, détendu, une belle découverte. Demain, je récidive.

 Pratique :

S’équiper : matériel moyenne gamme, comptez 150 € avec un Tankara, le double avec du matériel traditionnel.

Apprendre à pêcher :

Un stage d’initiation de 2 jours coûte environ 260 €.

La carte de pêche est obligatoire.

Trois guides professionnels dans les PO proposent des stages d’initiation et perfectionnement. Marc Ribot www.pecheralamouche.com , Thierry Couasnon www.peche-terre-catalane.com , Jean Luc Belou www.belou-peche.com .

Tout savoir sur la pêche dans les PO : www.peche66.org

Acheter sa carte de pêche par internet : www.cartedepeche.fr

 

11:21 Publié dans pêche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : truite, no kill, poisson

Les commentaires sont fermés.