27/09/2012

Vestiaire des guinguettes, un combat pour l'emploi

IMG_3710_modifié-1.jpg


L’Association de Ressources Sociales (ARES), qui gère le « Vestiaire des Guinguettes », chantier d’insertion de récupération de textile, a tenu son assemblée générale à Bourg Madame.

 Créé le 1 juin 2007, l’ARES est spécialisé dans la récupération de textiles. Les vêtements sont triés, ceux qui sont en bon état, lavés, repassés et mis à la vente dans sa boutique « le vestiaires de guinguettes » de Bourg Madame. Le reste est revendu à une société de collecte. En 2011, c’est 90 tonnes qui ont été traitées. L’Association a aussi créé un atelier de retouche, repassage, ouvert à tous. Un partenariat est en train de se mettre en place avec « Caritas » son homologue catalan implanté à Puigcerdá et à la Seo d’Urgell. Dix sept personnes travaillent pour l’association qui au-delà des recettes de ses travaux est aidée financièrement par l’Europe au travers du Fond Social Européen, l’Etat, le Conseil Général des Pyrénées Orientales.

Un vrai problème : l’association  n’a, pour l’instant,  pas souhaité mettre en place dans les villages des containers de récupération. « nous privilégions le lien qui se crée entre les personnes qui apportent les vêtements à la boutique et les salariés de l’association qui les accueillent » affirme Mado Gaurenne Présidente de l’association. Dans le cadre de ses compétences, le SYDETOM, qui gère au niveau du département les ordures ménagères et déchets assimilés, a décidé de mettre en place une collecte textile sur tout le département. Une décision motivée par un motif économique, mais qui n’est pas appréciée par la présidente de l’association «cela risque de nous priver de nos ressources textiles et signer la mort du chantier d’insertion. Cette mesure met en danger toutes les associations du département qui œuvrent dans le même créneau ». Malgré les contacts et rencontres, le SYDETOM reste sur ses positions. Les textiles, évalués à  7000 tonnes, seront donnés à la société Ecostyle qui s’engage à créer entre 10 et 40 emplois pour gérer le tri. « c’est déshabiller Pierre pour habiller Paul» s’insurge la présidente et précise « nous appelons les élus de Cerdagne et Capcir à nous soutenir en refusant la mise en place des récupérateurs dans leurs villages ».

Des comptes clairs : Gilles Marin, commissaire aux comptes présente les comptes de l’association, qu’il définit « réguliers et sincères, ils sont le reflet réel de l’association ». Le déficit de 14 000 € sur un total de 244 000 €, est dû à une promesse d’aide de 11 000 € non tenue par l’Europe, mais ne met pas en péril l’association. L’assemblée générale approuve rapport moral, d’activité et financier, et reconduit le conseil d’administration en place. Avant le pot de l’amitié, Mado Gaurenne remercie la solidarité des donateurs et des financeurs et conclue « pour mener notre combat pour l’emploi, nous devons être réactifs, c’est un état d’esprit chronique et il faut que tout le monde soit infecté ».

 

IMG_3707_modifié-1.jpg

élus, salariés, bénévoles réunis pour l’assemblée générale de l’ARES.

Les commentaires sont fermés.