11/10/2013

La patate élue reine à Matemale

IMG_1690_modifié-1.jpg


Récoltée début octobre en altitude, appréciée dans tout le département, elle est l’élue incontestée de l’automne, et fêtée depuis plus de 20 ans.

IMG_7737_modifié-1.jpgDodue, ferme, peau douce, blonde, bien gansée dans ses filets, avec des noms évocateurs, Mona Lisa, Béa, Charlotte, Florisse…, la pomme de terre est sortie de son lit. Sur les plateaux d’altitude, roulée paresseusement sous son édredon de terre généreuse, bien à l’abri des intempéries, elle s’épanouit durant six mois, se prépare à être la reine incontestée des hauts plateaux. Les pluies de juillet, le soleil d’août, ont conforté la promesse d’une année d’abondance et de qualité. Pour arriver à maturité, s’offrir langoureusement à ses admirateurs consommateurs, elle n’a pas besoin de produits dopants ou chasseurs de parasites. La patate de montagne, ce n’est que du naturel, elle est marquée parc naturel régional. Comme tous les ans, elle est mise à l’honneur et fêtée dignement par de nombreux admirateurs, dans le village de Matemale. Une occasion de se livrer avec joie à tous ses fans. Cette année, c’est le samedi 12 et le dimanche 13 octobre. Pour le confort de tous, deux chapiteaux chauffés sont installés au cœur de l’agglomération. Ils abriteront repas du terroir, buvette, soirée musicale. Animations enfants, bandas, marché à la pomme de terre, de produits locaux, dégustation de diverses variétés, concours de cuisine, exposition, compètent la fête.  Ce week-end, venez la plébisciter, vous ne le regretterez pas.

Le programme en détail

Samedi 12 octobre 

De 14 h à 18 h, marché de la pomme de terre, à l’entrée du village

19 h apéritif musical animé par les « Pep’s »

20 h 30 dîner sous chapiteau chauffé : charcuterie, moules frites, fromage, pâtisserie (13 €)

22 h soirée musicale (gratuit) sous chapiteau chauffé, animée par les « Pep’s » et les « Nouveaux Nés »

Dimanche 13 octobre

IMG_7737_modifié-1.jpgDe 10 h à 17 h, marché de la pomme de terre à l’entrée du village, marché des produits du terroir dans le cœur du village. Animation enfants, trampoline, jeux géants, château gonflable, décoration de patates, spectacle de clown (participation 5 € journée avec boisson), expositions des enfants des écoles Capcir au foyer.

Animation musicale des marchés et du chapiteau durant le repas avec la fanfare « les Canayous »

11 h au foyer communal, dégustation de diverses variétés de pommes de terre, concert lesIMG_1905_modifié-1.jpg « Percubidons » devant le chapiteau

12 h au foyer communal, concours de cuisine et dégustation des plats du concours

13 h repas sous chapiteau chauffé : charcuterie, bolas de picolat de gibier, pommes vapeur, pâtisserie (13 €)

15 h au stade au stade, rencontre à 15, RACC/Ponteilla

 

DSC01515_modifié-1.jpg

Renseignements www.matemale.fr

07/10/2013

C'est parti pour la récolte de la patate de montagne


IMG_8118_modifié-1.jpg

Sur les hauts plateaux, dans les champs, les colles de ramasseurs récoltent ce précieux tubercule, qui sera fêté les 12 et 13 octobre.

Ça y est, c’est parti. Depuis quelques jours, la pomme de terre de montagne est ramassée. Cette année, s’annonce une belle récolte, tant en qualité qu’en quantité.

IMG_8126_modifié-1.jpgPédagogie : dans le cadre d’un programme pédagogique basé sur la pomme de terre, tous les ans, les écoles primaires du Capcir, participent à « sa fête ». Les enfants, au travers d’ateliers d’arts visuels et plastiques, préparent une exposition, à découvrir lors de la fête de la patate. Hier, l’école des Angles, était en visite au champ. EncadrésIMG_8097_modifié-1.jpg par leurs enseignantes et des parents, les 58 enfants ont rejoint à pied le plateau pour découvrir la récolte « cette sortie sur le terrain, permet aux enfants de vivre concrètement la récolte de la pomme de terre, et de découvrir son environnement. Cela complète le travail engagé depuis le début de l’année scolaire » précisent les enseignantes.

La fête : le 12 et 13 octobre, la patate sera fêtée dignement, dans le village de Matemale, par ses nombreux admirateurs. Pour le confort de tous, deux chapiteaux chauffés seront installés au cœur de l’agglomération. Ils abriteront repas du terroir, buvette, soirée musicale. Animations enfants, bandas, marché à la pomme de terre, de produits locaux, dégustation de diverses variétés, concours de cuisine, exposition, compètent la fête. Notez bien cette date, venez la plébisciter, vous ne le regretterez pas.

 Renseignements www.matemale.fr  

IMG_8145_modifié-1.jpg

les enfants ont découvert la récolte de la pomme de terre

25/09/2013

Une balade revendicative pour le partage de l'eau

foto jcf.jpg


Le Rotary Club Cerdagne Capcir, en balade familiale aux Bouillouses, soutien les agriculteurs, pour un partage équitable de l’eau en Cerdagne.

Au départ du télésiège de la Calme, Jean Louis Démelin, maire de Font-Romeu accueille le groupe, et confirme la possibilité d’utilisation des canalisations qui alimentent l’usine à neige depuis les Bouillouses, pour alimenter l’Angoustrine.

IMG_3519 (2).JPGEquité : Jacques Barnole, Président de l’ASA des Canaux d’Irrigation d’Ur, participe à cette balade. Il plaide pour un partage équitable de l’eau. Il démontre l’inégalité dans l’utilisation de l’eau, dénonce le détournement de l’eau du Lanoux vers les centrales hydro-électriques de l’Ariège. Les directives sur l’eau qui élèvent les débits réservés dans les cours d’eau accroissent le problème. « ce projet sera le fossoyeur de l’agriculture et nous privera d’une ressource dont nos voisins espagnols sauront faire bon usage. De plus, cette situation aura un impact négatif sur l’environnement paysager actuel, fait de bocages, de haies et de prairies».

Des soutiens : L’étude diagnostic « adéquation besoins/ressources », validée en 2010 par les financeurs des projets d’irrigation, propose de transférer de l’eau des Bouillouses dans l’Angoustrine, pendant l’étiage estival. C’est ce que demande Jacques Barnole. Les Conseillers Généraux Georges Armengol et Pierre Bataille, rejoignent le groupe au repas et apportent leur soutien. Par courrier, le sénateur François Calvet, Josiane Josande maire d’Angoustrine et Jean Jacques Fortuny maire de Bourg Madame affirment leur appui à cette action.

 

IMG_3528.JPG

une belle balade et un plaidoyer pour l’équité de la distribution de l’eau en Cerdagne.

Ferme du Rialet, de la passion à l'économie

Denis et Jean.jpg


À partir de leur passion pour les chevaux, le terroir, la montagne, le Capcir,Denis Corrieu et Jean Palau, ont créé leur propre outil de travail.

Denis et des chevaux.jpgDenis Corrieu, originaire de la Llagonne, est passionné de chevaux. Après ses études au STAPS de Font-Romeu, il décide de «créer une activité qui allie sport et passion ». Jean Palau, originaire de Villeneuve de la Raho, amoureux de la montagne, après des études d’expert comptable, « métier qui ne me convient guère », s’associe avec Denis. Ainsi est né en 2009, le centre d’entraînement de chevaux d’endurance de Barrès. Cinq poulinières, un étalon, trois chevaux en pension. En 2011, l’étude économique de l’exploitation prouve que l‘élevage seul n’est pas viable. Il faut donc se diversifier. Ils reprennent la « ferme du Rialet » de la Llagonne  pour développer une fromagerie et une ferme pédagogique.

La fromagerie : les installations de la ferme, permettent de redémarrer rapidement une activitéespace vente à la fromagerie.jpg fromagère. C’est le domaine de Jean. Affinage de fromages fabriqués par la fromagerie « Flor de Neu » de Fontrabiouse, et valorisation du lait, en le transformant en yaourts, fromages, frais, crèmes dessert. « au départ, c’est la ferme de Fontrabiouse qui fournissait le lait. Les normes Européennes, nous obligent aujourd’hui à passer par une coopérative laitière » précise Jean. Par an, cela représente 15 000 litres de lait en produits frais et 1500 tommes affinées. L’espace vente obtient la marque « boutique partenaire » délivrée par le parc naturel régional. Cela permet de proposer à la vente des produits du terroir, élaborés par d’autres producteurs locaux.

IMG_7992_modifié-1.jpgLa ferme pédagogique : l’idée de présenter au public des espèces d’animaux issus de la ferme pyrénéenne, germe. Les terrains agricoles, disponibles autour de la fromagerie, sont aménagés. Sur un espace de 2  hectares, Denis réalise et gère ce projet. Chèvre pyrénéennes, ânes catalans, brebis rouges du Roussillon, côtoient poules, oies de Toulouse, vaches lourdaises et autres cochons, pintades, lapins, canards… 31 espèces, représentant entre 120 et 140 animaux selon les périodes. « ce sont des races pour la plupart menacées. Nous participons à la reproduction et au maintien de ces espèces » déclare Denis.

L’élevage équestre : il a considérablement grandi. Trente chevaux, cinq naissances par an, et trente chevaux en pension. Des chevaux qui commencent à être reconnus. Vendus en automne, ils constituent une partie importante du revenu de l’exploitation équestre à côté des pensions, saillies et dressages. Autonomes en alimentation pour le foin et la luzerne qu’ils cultivent, le travail ne manque pas sur l’exploitation.  La chambre d’agriculture reconnaît cette entreprise et la montre en exemple de diversification dans ses stages agricoles.

« Aujourd’hui, l’entreprise a trouvé son rythme de croisière, pas question de la développer. Enfin, on verra dans dix ans… », affirment Denis et Jean.

 

IMG_8001_modifié-1.jpg

L’entreprise réalise un chiffre d’affaire annuel de 280 000 €, dont 1/3 provient de la partie animale et 2/3 de la fromagerie.

Outre leurs deux emplois permanents, trois postes saisonniers ont été créés sur la période estivale.

Fromagerie et ferme pédagogique sont ouvertes au public de 16 h à 19 h, tous les jours durant les vacances scolaires, tous les week-ends pour les autres périodes. La visite de la ferme coûte 3 €. Fermeture annuelle du 23 septembre au 17 octobre 2013 inclus.

Tél 06.19.62.93.28.   www.la-ferme-du-rialet.com

23/07/2013

Séjours d'été en montagne pour les bovins capcinois

estives, prairie fleurie, fromages, terroir


Vaches, génisses, veaux, quittent les prairies fleuries primées du PNR, et prennent leur quartier d’été en estives.

Double évènement à la Calmazeille, sous le regard figé des remontées mécaniques, et  l’importante présence d’un public de vacanciers ravi. Comme tous les ans, lors de la montée en estive des bovins, le parc naturel régional des Pyrénées Catalanes récompense les lauréats du concours des prairies fleuries, qu’il organise.

estives, prairie fleurie, fromages, terroirConcours fleuri il récompense les agriculteurs, dont la gestion des parcelles répondent à leur besoin en fourrage, tout en préservant la biodiversité qu’elles abritent. Le gagnant représentera le parc au concours pyrénéen et peut-être national. Philippe Loos maire de Formiguères insiste sur « la qualité de nos prairies, qui donne ce goût particulier aux fromages ». Pour Raymond Trilles, premier vice président du parc, « le concours prairies fleuries, la montée des vaches en estive, démontrent aujourd’hui, qu’avec du naturel, on peut faire de bons produits et les vendre dans de bonnes conditions ». Raphaëlle Charmetant agronome du SUAMME est membre du jury « les prairies fleuries, c’est le premier concours agricole national qui valorise les performances environnementales des éleveurs». Françoise Guidel fromagère, élue à la chambre d’agriculture revendique « les prairies fleuries, ce n’est pas que joli, ce sont les réserves fourragères pour l’hiver. Il faut les protéger contre l’urbanisation excessive ».

En vacances départ en estives pour les 230 vaches et 60 génisses du groupement pastoral. Son président, Barthélémy Riveil rappelle « le travail des éleveurs tournés vers la qualité. Après avoir pâturé les prairies fleuries, les bovins vont gouter à l’herbe naturelle de notre montagne ». Après le Galbe, le troupeau rejoindra la Lladure jusqu’au 20 octobre. Trois salariés du groupement assurent le suivi du bétail en estive.

estives, prairie fleurie, fromages, terroir


Parmi les six agriculteurs qui ont participé cette année au concours prairies fleuries, c’est Philippe Bazan de Saillagouse qui reçoit le prix d’excellence, un beau cadeau et un magnifique bouquet offert par la fleuriste Primevère de Font-Romeu. Les autres participants (Georges Lledos de Valcebollère, Christian Tallant, Bernard Clément d’Osséja, Arnaud Carcassonne, Eric Grassaud associé à Alain Bousquet d’Eyne, reçoivent tous une mention spéciale

11/07/2013

Ha la vache ! quelle balade...

rosée, pyrénées, vache, éleveur


Profiter des vacances pour découvrir un territoire naturel, rencontrer des hommes qui y vivent et y travaillent, déguster et apprécier le fruit de leur travail, c’est possible avec les balades en estives.

rosée, pyrénées, vache, éleveurC’est merveilleux les vacances. Un moment privilégié où l’on peut faire, ou ne rien faire. Il y a les « plage-soleil », les « actif-sportif », les « bar-disco », les « penseur-rêveur », les « routinier-passif », les « va-comme je te pousse », les « visiteur-planifié », les « qu’est-ce que je fous-ici », les « voyageur-flexible ». Mais, quelle que soit votre typologie de vacanciers, vos habitudes, vos goût pour l’action ou la non action, changez de planète. Les éleveurs de la montagne catalane vous y aident, au travers de leurs balades en estives.

Ha, la vache ! dans ce siècle où la viande de cheval se confond avec celle du bœuf, le sous vide industriel avec le fait maison, les éleveurs catalans on choisi la voie de la qualité. Ainsi est née la « Rosée des Pyrénées Catalanes ». Cette « vedelle » (nom féminin du veau), élevée en estive au lait de sa mère et à l’herbe naturelle des montagnes. Le cahier des charges élaborérosée, pyrénées, vache, éleveur par les éleveurs, contrôlé par un organisme indépendant, est la garantie d’une production naturelle. Qualités gustatives, nutritionnelles et sanitaires des viandes, choix des races (Aubrac, Gasconne, Brunes), dates de commercialisation de juin à septembre, traçabilité, devraient permettre d’obtenir l’obtention d’une IGP (Indication Géographique Protégée). « ici, on n’engraisse pas les bêtes. Elles sont nourries à l’herbe de montagne et au lait de leur mère » déclare avec fierté un éleveur.

Quelle balade… organisés en association, les éleveurs de rosée, amoureux de leur métier, leurs montagnes, leurs troupeaux, ont décidé d’organiser des balades en estive. « l’objectif de ces balades, c’est la promotion de la rosée, mais aussi, pour le public, la découverte du territoire, l’expression d’un métier, la transmission de l’amour d’un pays » affirment les éleveurs. Et ce n’est pas une promesse de gascon. Il suffit pour cela d’écouter les participants :  « c’est un retour aux sources, aux origines, ça c’est de l’écologie», « on est très contents de cette découverte, on reviendra et on enverra du monde », « on a passé une belle journée », « nous découvrons un mode d’élevage respectueux de l’environnement et des consommateurs » « une belle journée très conviviale », « les enfants ne regrettent pas d’être venus », « on apprécie de rencontrer les gens du pays dans leur cadre de vie, la façon dont ils nous font partager leur passion», « c’est une belle organisation, l’accueil est agréable. L’échange avec les éleveurs très enrichissant », « lors du repas, les senteurs de la grillade de Rosée et la senteur des pins se marient parfaitement ».

rosée, pyrénées, vache, éleveur


A midi, un repas composé uniquement de produits locaux, dont une grillade de Rosée, vous permettra d’apprécier ses qualités gustatives.

Les balades en estive ont obtenu la marque « accueil » du Parc naturel régional des Pyrénées Catalanes pour leurs qualités environnementales et humaines.

Une journée inoubliable, accessible à tous, meuh oui…

 

Pratique

rosée, pyrénées, vache, éleveurTarifs repas compris: adulte 30 €, enfant (6 à 12 ans) 15  €, moins de 6 ans gratuit.

Inscription obligatoire 48 h au plus tard avant la date de la balade

Penser aux indispensables : chapeau, crème solaire, vêtement chaud et de pluie, bonnes chaussures, bouteille d’eau, appareil photo…

Dates des balades : 25 juillet Caudiès Conflent départ de la Llagonne, 7 août Coma de Pontells départ d’Olette, 22 août Estany de Clot départ de Nohèdes.

Renseignements, réservation : 06.24.41.01.18.  www.roseedespyrenees.com

rosée, pyrénées, vache, éleveur

02/03/2013

Portrait d'ici : Jane, apicultrice, vend sur les marchés

Jane.jpg

Originaire d’Australie, dont elle a gardé un agréable petit accent, Jane « débarque » avec son conjoint Yves en Cerdagne en 1981, et décide de poser ses valises dans cette belle montagne. Passionnée de nature, elle participe à la gestion des ruches, à la production du miel, à la promotion et la vente de celui-ci. « j’aime ce travail en pleine nature. J’apprécie le contact avec les gens mais aussi celui avec les abeilles. Sur les marchés, on fait de belles rencontres. Quand on vend un produit naturel de qualité, c’est facile, les clients sont contents ».

Vous pouvez retrouver Jane sur le marché des Angles le mardi matin, de Formiguères le samedi matin. Ses miels sont aussi en vente à l’épicerie d’Estavar.

Renseignements 04.68.04.76.99.